LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
.

TikTok : quand l'activisme se déguise en troll

2 min
À retrouver dans l'émission

Aux Etats-Unis, la génération TikTok a sabordé la tentative d'un groupe 'pro-life' de peser sur la mise en application de la 'Texas Heartbeat Law', qui interdit d'assister quiconque chercherait à se faire avorter après 6 semaines de grossesse. TikTok, une plateforme politique ?

.
. Crédits : AaronP/Bauer-Griffin - Getty

Aujourd’hui, je vous parle de la manière dont les Tik Tokeurs, (les utilisateurs du réseau social TikTok) se sont emparés de la loi sur l’avortement dans l’État du Texas aux États-Unis.

Depuis mercredi dernier, une loi texane interdit de fait l’avortement après 6 semaines de grossesse - même en cas d'inceste ou de viol.

Cette loi est très différente des autres initiatives anti-avortement américaines, car elle repose "exclusivement" sur les citoyens.
Elle encourage ainsi les habitants à porter plainte au civil contre ceux qui aideraient des femmes à avorter après six semaines de grossesse, quand la plupart ignorent être enceintes. Cela peut inclure le médecin mais aussi potentiellement le chauffeur du taxi qui a amené la patiente à la clinique, ou des proches qui l'ont aidée à financer la procédure.
En cas de condamnation, le citoyen dénonciateur, devenu plaignant, perçoit  au moins 10.000 dollars (8500 Euros) de "dédommagement".

Avant même que la loi entre en vigueur, un groupe texan anti-avortement, (Texas Right to Life) a très vite mis en ligne un formulaire de dénonciation de tentative et d’aide à l’avortement. Une partie du formulaire permet d’y ajouter des images pour appuyer sa déclaration.

Mais c’est là que les Tik Tokeurs sont entrés en action, en bombardant littéralement le site avec des fausses déclaration. Une Tik Tokeuse a déclaré avoir envoyé 742 fausses dénonciations de tentatives d’avortement, dont un grand nombre mettant en cause le très réactionnaire gouverneur du Texas, Greg Abbot.

Un autre Tik Tokeur a envoyé des images du héros Pixar Shrek pour en accusant faussement sa femme d’avoir avorté leur bébé après seulement 4 mois de grossesse. Des images pornos envoyés par les Tik Tokeurs ont également envahi le site de dénonciation. 

Un autre activiste a mis au point un bot passant soit par une ligne de code en Python soit par une faille d’IOS - le système d’exploitation d’Apple permettant de soumettre en masse des faux rapports de dénonciation.

Cependant, le site anti-avortement est resté accessible en dépit de l’afflux des fausses déclaration et d’autres attaques de hackers. Preuve que ces pro-life texans avaient anticipé la vague de protestation. Une activiste progressiste texane était bloqué par le site anti-avortement juste après avoir publié un tweet le critiquant. Ce qui signifie que des hébergeurs peuvent bloquer des visiteurs par le simple biais de leur adresse IP. 

L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......