LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La chirurgie maxillo-faciale

57 min
À retrouver dans l'émission

Goga et Frydman
Goga et Frydman Crédits : Radio France

« Docteur, dessine moi un visage… » La chirurgie maxillo-faciale touche au mieux être du patient, essentiellement le regard des autres, personnellement (image de soi) et fonctionnellement (respiration et mastication). Toucher le visage c’est toucher à l’intime, à l’identité, et à l’équilibre. Cette vaste spécialité qui réunit chirurgie plastique, ORL et toutes les maladies de la bouche à passionné le professeur Dominique Goga , chef du service de chirurgie maxillo-faciale, plastique de la face et stomatologie à l'hôpital Trousseau de Chambray-lès-Tours (Indre-et-Loire). Il nous explique les évolutions techniques des gueules cassées de la guerre de 14-18, il y a cent ans, où les médecins utilisaient l’ouvre-bouche, les casques remodelant et les premières greffes de peau succédant à cette idée folle, pour l’époque, de la greffe dite « italienne » pratiquée dès le XVIe siècle par Gaspare Togliacozzi qui fut condamné par l’Eglise pour avoir tenté de modifier la nature ( le greffon de peau était pris sur le bras ce qui nécessitait l’immobilité du bras sur la tête durant trois semaines le temps que le greffon prenne…) Dès le plus jeune âge il peut y avoir des situations qui font appel à la chirurgie maxillo-faciale : par exemple : la soudure prématurée des fontanelles peut aboutir à bloquer la croissance du cerveau dans une boîte crânienne trop petite et doit être opérée rapidement, le bec de lièvre unique ou bilatéral dépistable à l’échographie au cours de la grossesse bénéficie également de l’amélioration des techniques de chirurgie plastique de la lèvre et de la narine, mais aussi de la chirurgie du palais car très souvent les deux sont associés. A tout âge, les accidents traumatiques ou bien les anomalies de croissance peuvent nécessiter des interventions. La mâchoire trop en avant, trop en arrière créé un visage disgracieux et à l’adolescence peut aboutir à des troubles fonctionnels, cette chirurgie du visage peut faire appel à des prothèses, nommées épithèses, fabriquées en titane ou dans d’autre matériaux nobles qui sont utilisés pour remodeler les os du visage sur une technique de « distraction », mise au point en 1950 par Ilizarov en Sibérie, et qui faisait grandir les nains en fracturant les os et en les étirant pour laisser le nouvel os combler la distance ainsi créée… Les images en trois dimensions permettent désormais de prévoir le type et les modalités d’interventions complexes. L’avenir portera t-il sur les cellules souches et sur le développement de nouveaux matériaux ? Quoi qu’il en soit, cette chirurgie de l’image de la personne peut bénéficier d’une prise en charge psychologique pour se préparer à regarder la nouvelle image renvoyée par le miroir.

Intervenants
  • chef du service de chirurgie maxillo-faciale, plastique de la face et stomatologie à l'hôpital Trousseau de Chambray-lès-Tours
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......