LE DIRECT

La ménopause : obstacle ou étape ?

56 min
À retrouver dans l'émission

Michèle Lachowski, René Frydman et Lydia Marié-Scémama
Michèle Lachowski, René Frydman et Lydia Marié-Scémama Crédits : Catherine Donné - Radio France

Seules les orques et les baleines partagent avec la femme de passer une grande partie de leur vie en état de ménopause. L’arrêt des règles, l’arrêt de l’ovulation et de la sécrétion des hormones sexuelles surviennent vers l’âge de 51 ans en moyenne et ceci selon les climats et les périodes historiques. 450 000 femmes rentrent chaque année en ménopause. Les troubles présentés sont très variables. Les mystérieuses bouffées de chaleur dont la durée varie entre 5 ans en moyenne chez les femmes asiatiques et 10 ans chez les femmes noires et avec de nombreuses exceptions. Mais ce sont la sécheresse vaginale, les troubles urinaires, les troubles du sommeil accompagnés d’une quasi inéluctable prise de poids dont la localisation se concentre sur le ventre qui amène les femmes à consulter. Ecouter les femmes, bien sûr, nous dit Michèle Lachowski , Gynécologue psychosomaticienne, présidente de l'AFEM (Association Française d'Etudes sur la Ménopause) et Lydia Marié-Scémama , gynécologue obstétricien, vice-présidente de l'AFEM (Association Française d'Etudes sur la Ménopause). Il faut bien entendu proposer un traitement de substitution hormonale pour celles qui sont gênées, traitement de faibles doses, de courte durée avec un arrêt test (arrêt du traitement pour vérifier si les troubles sont toujours là et vérifier la nécessité de le poursuivre ou de l’arrêter) au bout de quelques années. Des risques mal évalués en 2002 ont créé la panique au point de mettre fin à cette prescription médicale. Des réajustements grâce à de nouvelles études permettent de dire qu’il n’existe pas de risques supplémentaires de cancer ou de risques vasculaires en dehors des contre indications au traitement hormonal. Dans ce cas des alternatives existent : acupuncture, homéopathie, hypnose, et elles doivent être tentées car ce qui est bénéfique pour l’une ne l’est pas forcément pour l’autre. Les préventions de risques d’ostéoporose et des fractures qu’elle peut occasionner sont une nécessité. Ménopause précoce, grossesse tardive post-ménopausique par don d’ovocytes seront également abordées avec nos deux invitées Michèle Lachowski et Lydia Marié-Scémama .

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......