LE DIRECT

Les implants dans le cerveau

56 min
À retrouver dans l'émission

Alim-Louis Benabid
Alim-Louis Benabid Crédits : Pierre Jayet - Radio France
Hervé Chneiweiss
Hervé Chneiweiss Crédits : Bernard Martinez - Radio France
Lionel NACCACHE
Lionel NACCACHE Crédits : CB - Radio France

Qui n’a pas vu dans son entourage ou dans son voisinage une personne atteinte de la maladie de Parkinson avec ses tremblements si caractéristiques. Cette affection atteint 8000 nouvelles personnes par an, soit 150 000 dans notre pays. Elles sont cueillies pour la plupart en pleine activité, aux alentours de 50/60 ans et même parfois plus jeunes. Causes génétiques, rôle du tabac ou des pesticides, etc., les causes sont peu connues mais les conséquences le sont : le manque de dopamine. Et cette découverte a permis un pas majeur dans le traitement rendu possible par la synthèse de la dopamine manquante ce qui a valu à ses découvreurs : le suédois Arvid Carlsson, conjointement avec deux chercheurs américains, Paul Greengard et Erik Kandel le prix Nobel de médecine en 2000. Malheureusement pour 20% des malades atteints par la maladie de Parkinson, ce traitement n’est pas adapté ou insuffisant. C’est alors que la découverte de l’implantation d’électrodes dans certaines zones du cerveau qui permettent une stimulation de haute fréquence a été réalisée pour la première fois en 1987 à Grenoble par le Professeur Alim-Louis Benabid , Président du Directoire de Clinatec (centre de recherche biomédicale au service de l’innovation en nanomédecine à Grenoble), conseiller scientifique du CEA (DRT) et membre de l’Académie des Sciences. Il a reçu en septembre le Prix Lasker 2014 (antichambre du prix Nobel) pour ses travaux sur le traitement de la maladie de Parkinson, et en novembre le « 2015 Breakthrough prize » dans la catégorie sciences de la vie pour ses travaux sur la stimulation cérébrale profonde. De quoi revenir sur cette application dont plus de 100 000 patients ont pu bénéficier dans le monde car le professeur Benabid à largement diffusé sa méthode. Cependant les applications semblent être de plus en plus vastes : dystonies musculaires, certaines épilepsies, les troubles obsessionnels compulsifs, algies vasculaires, et même sur certains cas d’anorexie mentale ou d’obésité.Alors cette psycho-chirurgie signifie-t-elle la relégation de l’inconscient et de la psychanalyse dans les limites de l’histoire. Nous serons pour en parler avec le Professeur Alim-Louis Benabid , Lionel Naccache , neurologue à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM), à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris qui consacre ses travaux à l’exploration des limites entre conscience et inconscience en particulier dans les cas de comas et Hervé Chneiweiss , Président du Comité d’Ethique de l’Inserm, neurobiologiste et neurologue, chercheur, directeur de la Revue Médecine / Sciences . Hervé Chneiweiss commentera la connaissance du cerveau grâce aux avancées technologiques (imagerie, chirurgie, médication). Nous aborderons bien entendu la question éthique avec les trois invités, tous médecins et chercheurs, en recherche appliquée et recherche fondamentale. Nous parlerons du futur de ce qui ressemble à une forme de pace maker de plus en plus miniaturisé. Bien entendu les conséquences éthiques de ces interventions seront abordées et remises dans le contexte de cette année riche sur les avancées du fonctionnement du cerveau et qui ouvre de grande perspectives pour la neurologie, la neuro-chirurgie et la neuro-pharmacologie.

Intervenants
  • Président du Directoire de Clinatec
  • neurobiologiste et neurologue, président du Comité d’Ethique de l’Inserm, directeur du Laboratoire de Neurosciences de Paris-Seine
  • Neurologue à la Salpêtrière, professeur à l’Institut du Cerveau et essayiste
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......