LE DIRECT

Les trois mamelles du best-seller

5 min

Pour vendre des livres, faites scandale, écrivez une suite, et surtout, prolongez vos droits d'auteur. “Et la palme du titre absurde est attribuée , par Les Inrockuptibles, à… Annie Barrows, pour le Secret de la manufacture de chaussettes inusables (chez Nil), en librairie [depuis] le 15 juin. Il faut dire que le précédent livre de l’Américaine, Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, titre tout aussi impossible, s’est vendu à 3 millions d’exemplaires dans le monde.” Au fait, qu’est-ce qui s’est vendu cette année en France ? “C'est le tiercé du scandale , répond Thierry Dague dans Le Parisien. Portés par les polémiques et le battage médiatique, Valérie Trierweiler, Michel Houellebecq et Eric Zemmour squattent le podium des meilleures ventes de la saison littéraire, selon les chiffres de l'institut GfK. Un parfum de soufre qui a motivé les lecteurs à retrouver le chemin des librairies. « Le marché du livre se porte bien, avec une hausse de 5 % sur un an », observe Sébastien Rouault, chef du groupe livres à GfK. Il faut dire qu'outre ces trois phénomènes, l'année a été marquée par le retour de nombreux poids lourds de la plume : Fred Vargas, Emmanuel Carrère, David Foenkinos, Guillaume Musso, Marc Levy ou Ken Follett, tous présents dans le top 10 qui comptabilise les ventes en librairie et en grandes surfaces des nouveautés sorties depuis août 2014 (hors numérique, export et poche).

Faire parler... et vendre On y retrouve en bonne place les prix littéraires, à commencer par le Goncourt de Lydie Salvayre ou le Nobel de Patrick Modiano. Derrière ces valeurs sûres, apparaissent de nouveaux champions des rayons, comme Laurent Gounelle (12e des ventes), le nutritionniste Frédéric Saldmann (17e) ou Gilles Legardinier (14e). Et puis, il y a les trouble-fête, comme les humoristes Laurent Baffie (20e avec 121 000 exemplaires) et Stéphane de Groodt (19e), carton surprise de 2013 avec son Voyage en Absurdie, dont la suite, Retour en Absurdie, ne démérite pas avec ses 127 000 lecteurs supplémentaires. Ou la jeune Anna Todd et sa série érotique After. Les ados ont la fibre littéraire, à en juger par le succès fulgurant de la nouvelle idole des réseaux sociaux, Marie Lopez. Editeurs et libraires ont, enfin, ressenti le contrecoup des attentats de janvier contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher. « Juste après ces drames, le public s'est précipité sur les ouvrages de Cabu, de Charb, de Wolinski, note Sébastien Rouault. Aujourd'hui, les essais d'Emmanuel Todd et de Caroline Fourest, qui analysent la France post-Charlie, font beaucoup parler... et vendre. » Polémique incluse.”

On attend la version racontée par les boules de geisha Et à la rentrée, qu’aura-t-on ? “On connaît déjà les noms de la plupart des auteurs qui publieront leurs romans entre fin août et fin septembre. Aux côtés de l'incontournable Amélie Nothomb, chez Albin Michel, on trouvera, nous informe Le Monde , entre beaucoup d'autres : Mathias Enard (chez Actes Sud), Christine Angot (chez Flammarion), Tristan Garcia, Carole Martinez, Hedi Kaddour (chez Gallimard), Laurent Binet et Sorj Chalandon (chez Grasset), Atiq Rahimi (à L'Iconoclaste), Delphine de Vigan (chez Lattès), Agnès Desarthe (à L'Olivier), Nicolas Fargues (chez POL), Simon Liberati (chez Stock)… Il leur faudra se faire une place dans les librairies alors que paraîtront, à la même période, deux super-best-sellers annoncés : chez Actes Sud, un quatrième tome à Millenium, signé David Lagercrantz, et chez Lattès, le quatrième tome de la série Cinquante nuances, d'E.L. James.” “Pauvre rentrée littéraire ! , se désole Elisabeth Philippe dans Les Inrockuptibles. Ce nouveau tome, en librairie en VO [depuis hier] et le 10 septembre en France, déroule la même intrigue, mais du point de vue du héros. On attend la version racontée par les boules de geisha. Sans doute plus intéressante.” “C’est par le biais du réseau social Instagram que la Britannique E.L. James a choisi d’annoncer la publication du nouveau volume , apprend-on dans Le Parisien. « Il sera publié le 18 juin, pour l’anniversaire de Christian. Il s’appelle Grey … J’espère qu’il vous plaira. » Sauf que, a-t-on lu, là encore dans Le Parisien , le 11 juin, “l’un des manuscrits originaux en anglais de Grey [a été] dérobé au Royaume-Uni. Un vol qui [laissait] planer un risque de diffusion sur Internet avant sa sortie. [Résultat], l’éditeur français JC Lattès a décidé d’avancer au 28 juillet la sortie française du livre.” Plus que 39 jours à attendre, Emily.

Machine à cash et labyrinthe du droit d'auteur Quoiqu’il en soit, avec ses 125 millions d’exemplaires vendus dans Le Monde , la série érotique sadomaso Cinquante Nuances de Grey est encore loin, mais pas tant que ça, des 150 millions du Petit Prince , “une formidable machine à cash , rappelle Libération. Une manne considérable pour ses ayants droit et Gallimard. Mais, dans de nombreux pays, l’ouvrage est dans le domaine public depuis le 1er janvier. En France, il faudra attendre 2032 pour voir déferler les éditions parfumées au bubble-gum. Car notre droit d’auteur, labyrinthique, prévoit une extension qui prend en compte les guerres mondiales. A cela s’ajoute une rallonge de trente ans pour les auteurs « morts pour la France », comme « Saint-Ex » tombé en 1944. Enfin, la directive européenne qui étend le droit d’auteur à soixante-dix ans pour tout le monde n’a pris effet en France qu’en 1997 ; la base était autrefois de cinquante ans. Petit calcul : 50 ans 30 ans 8 ans. Ce qui donne… 88 ans. Donc, 2032.” D’où sortent ces mystérieux 8 ans ? “On entre là dans le labyrinthe du droit d'auteur français , tente d’expliquer Jean-Marie Pottier sur Slate.fr : en 1951, quand la prorogation de trente ans (pour les auteurs « morts pour la France ») a été votée, elle s'accompagnait d'un bonus supplémentaire de 8 ans et 120 jours pour les œuvres publiées avant 1948, dont on considérait que l'exploitation avait été pénalisée par la Seconde Guerre mondiale. […] Le calcul est tellement complexe que, pour Saint-Exupéry, si son petit-neveu Olivier d'Agay, contacté par Slate, confirme 2033 comme date d'entrée dans le domaine public, de nombreux médias l'ont dans le passé située en 2045, voire en 2051 !” Quoi qu’il en soit, ça laisse à Gallimard encore quelques belles années dans le top des meilleures ventes…

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......