LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Ken Loach, recordman des sélections en compétition au Festival de Cannes

Suspects habituels

5 min

Toujours les mêmes en compétition à Cannes ? Pas sûr : Emir Kusturica, ex-abonné du festival et deux fois palmé, n'est pas là cette année, en raison, selon lui, de son soutien à Vladimir Poutine. L'auteur du "Temps des gitans" appréciera-t-il le nouveau projet de Christian Clavier, "Sivouplééé !" ?

Ken Loach, recordman des sélections en compétition au Festival de Cannes
Ken Loach, recordman des sélections en compétition au Festival de Cannes Crédits : Thibault Camus/AP - Sipa

Festival de Cannes, suite. “Encore les mêmes à Cannes ! Chaque année ou presque, relaie Alain Grasset dans Le Parisien, c’est la même rengaine. Après l’annonce, par le délégué général Thierry Frémaux, des vingt films sélectionnés en compétition, le fait qu’on retrouve des réalisateurs habitués de la Croisette – comme Pedro Almodovar, Jim Jarmush, et plusieurs lauréats de la Palme d’or, à l’exemple de Ken Loach, les frères Dardenne, [mais aussi qui ne l’ont pas encore eu comme] Sean Penn et Olivier Assayas – relance la polémique. Pas moins de quatorze réalisateurs sont déjà venus à Cannes dans le passé. Beaucoup de festivaliers remarquent qu’il est dommage « qu’on choisisse trop souvent les mêmes metteurs en scène », selon un distributeur.” A l’appui de cette assertion, Le Parisien publie un tableau des réalisateurs les plus sélectionnés, avec un trio de tête constitué de Ken Loach, Wim Wenders et Woody Allen, avec respectivement 14, 13 et 12 sélections officielles. Suivent, avec seulement 10, Carlos Saura, Jean-Luc Godard, Lars von Trier, Manoel de Oliveira et Nanni Moretti. “« C’est vrai, cette année, la compétition fera la part belle à des gens dont vous connaissez le travail », a répliqué Thierry Frémaux, lors de la conférence de presse. Mais il souligne : « Il y a aussi de nouveaux entrants. »” « Woody Allen a fait un film merveilleux et ne devrait pas être accueilli à Cannes ?, plaide-t-il encore dans une interview au Parisien. On doit éliminer tous les cinéastes connus ? Or, quatre réalisateurs figurent pour la première fois en sélection et une dizaine ne sont pas venus souvent. Dans les années 1960, rappelle-t-il, les abonnés s’appelaient Fellini, Bergman, Tarkovski ou Antonioni. Pas mal, non ? Cette question est absurde, dit encore Thierry Frémaux. Le Louvre doit-il décrocher La Joconde et le 100 m olympique se priver d’Usan Bolt ? A la fin de l’année, les films de Cannes sont dans tous les palmarès et se retrouvent consacrés par les Oscars ou les Césars. […] Les meilleurs films sont réalisés par… les meilleurs cinéastes. Et les meilleurs cinéastes aiment Cannes. Chaque année, il y a bien des gens nouveaux, mais comme ils sont talentueux, ils reviennent… et deviennent des habitués. CQFD. »

« Je soupçonne que quelqu'un a donné l’ordre que mon film ne soit pas accepté. » Emir Kusturica

Thierry Frémaux aurait pu exciper, pour sa défense, de ce cinéaste qui, s’il n’est venu « que » 5 fois en compétition, a tout de même remporté deux Palmes d’or, et n’est pas pour autant sélectionné cette année : Emir Kusturica, qui se plaint justement de ce refus dans The Guardian. Pour lui, si Cannes a rejeté son dernier film, On the Milky Road, c’est parce qu’il soutient Poutine. “« Dernièrement, la politique a de plus en plus souvent interféré avec la façon dont le festival de Cannes fonctionne », a déclaré le cinéaste serbe au Russian News Service, dans des commentaires rendus publics par le Hollywood Reporter. « Je soupçonne que quelqu'un a donné l’ordre que mon film ne soit pas accepté. » Kusturica a révélé qu'il avait présenté son film avec un jour de retard au festival, mais qu'il ne croyait pas que son retard avait inspiré la décision des dirigeants de Cannes, parce que ces raisons n’avaient jamais été un problème avant. « Le film a été présenté, mais personne ne l'a même regardé », assure-t-il. Le réalisateur, qui a remporté la Palme d'Or en 1985 pour Papa est en voyage d'affaires et dix ans plus tard pour Underground, a été un fervent partisan de Poutine au cours des dernières années. Il a été interdit de se produire en Ukraine l'an dernier après avoir déclaré son soutien à la politique du président russe dans l'ancienne république soviétique. Kusturica n'a montré aucun remords : il a ouvert un concert à Paris dernièrement aux côtés de son groupe No Smoking Orchestra avec l'hymne national russe. La première de On the Milky Road aura finalement lieu au festival Pont des Arts dans la ville russe méridionale de Rostov-sur-le-Don en août”, nous apprend encore The Guardian.

Grosse rigolade sur le thème du racisme

L’auteur du Temps des Gitans appréciera-t-il le nouveau film du duo Christian Clavier-Philippe de Chauveron ? Alors que, comme le rapporte une brève du Parisien, “ce n’est pas Okayyy ! pour Jacquouille et Godefroy de Montmirail, Les Visiteurs, la Révolution ne totalisant que 1 739 479 spectateurs en France après deux semaines d’exploitation (pour amortir son très gros budget, il aurait fallu que Les Visiteurs 3 atteigne au minimum les 5 millions d’entrées en France. Un score désormais impossible. Au mieux, la comédie de Jean-Marie Poiré arrivera à 2,5 millions de spectateurs)”, on annonce les retrouvailles entre le réalisateur de Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? et son acteur principal, deux ans après le succès de cette comédie qui avait totalisé plus de 12 millions d’entrées. “Le plus embarrassant dans l’histoire, commente Bruno Icher dans Télérama, c’est peut-être le ton primesautier avec lequel le distributeur SND a annoncé le tournage imminent de [cette] nouvelle comédie de Philippe de Chauveron intitulée Sivoupléé ! (titre à l’international : Pleeeeeze) et dont le pitch a jeté un léger froid : « Un intellectuel de gauche (Christian Clavier), marié à une riche héritière (...) mise tout sur son prochain roman qui invite les citoyens à accueillir chez eux les gens dans le besoin. Au cours d’un talk-show, un journaliste met l’intellectuel au défi d’appliquer ce qu’il préconise. Une famille de Roms de neuf personnes débarque ainsi chez le couple. » Résumons : gauche caviar démagogie et malhonnêteté des élites invasion des étrangers. Une addition qui trouve un écho pas drôle du tout sur la scène politique. Le réalisateur reste donc fidèle à Christian Clavier et au filon de la grosse rigolade sur le thème du racisme, montant de deux bons crans dans le poujadisme ambiant. On attend son projet suivant avec une certaine anxiété.” “En attendant, commente Libération, il y a une future candidate à l’élection présidentielle qui cherche un réal pour son clip de campagne.” Et elle aussi aime beaucoup Vladimir Poutine…

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......