LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Tout autour le monde, et nous au milieu, aveugles

6 min

Affiche chinoise de Star Wars VII
Affiche chinoise de Star Wars VII

A la veille de sa sortie chinoise, le nouveau Star Wars semble en bonne voie pour détrôner le record historique de recettes d'Avatar . Avec quelques polémiques ici et là... “Comme chaque année, le magazine Forbes publie son classement très attendu des acteurs les plus surpayés, en comparant le montant de leurs cachets et les bénéfices de leurs films au box-office. A ce petit jeu , constate Le Parisien , c’est Johnny Depp qui arrive en tête de ce classement peu flatteur, après les échecs de Mortdecai, Transcendance et Strictly Criminal. L’ex de Vanessa Paradis est suivi par Denzel Washington, Will Ferrell, Liam Neeson, Will Smith et Christian Bale. Depp devrait néanmoins renouer avec le succès lors de la sortie, l’an prochain, de Pirates des Caraïbes 5, un blockbuster pour lequel il a touché un salaire de 25 M$.”

Retour Soit le même montant que ce qu’a perçu Harrison Ford pour reprendre son rôle de Han Solo dans Star Wars : le Réveil de la Force , selon le quotidien britannique Daily Mail , là encore cité par Le Parisien. “D’après une source proche des studios Disney qui a révélé le salaire de l’acteur américain, il aurait également obtenu un pourcentage sur les bénéfices du film, à hauteur de 0,5 %, si Star Wars atteint les 2 Mds$ de recettes, soit une augmentation de son cachet de 9,6 M$. « Harrison est la clé pour que le film fonctionne. Il fait le lien entre l’ancienne génération et la nouvelle. Star Wars VII n’aurait pas pu se faire sans Harrison Ford », a expliqué la même source au Daily Mail.” Alors que Star Wars VIII pourra très bien se faire sans lui, je dis ça, je dis rien… Mais que les fans du personnage se rassurent, c’est encore Le Parisien , toujours sur la brèche, qui nous l’apprend : “les Britanniques Aaron Taylor-Johnson et Tom Felton, les Américains Dave Franco, Miles Teller et Ansel Elgort, entre autres, font partie des acteurs auditionnés pour incarner Han Solo dans un film dérivé de Star Wars, centré sur la jeunesse du contrebandier de l’espace joué par Harrison Ford. Le tournage ne débutera que fin 2016 pour une sortie programmée en 2018.”

Discrétion Le pourcentage sur les bénéfices du comédien ne devrait en tout cas pas tarder à lui être versé. Car, nous apprend Le Monde d’aujourd’hui, “après avoir dépassé Titanic et Jurassic World, le septième volet de la saga Star Wars devrait ravir à Avatar le record historique de recettes aux Etats-Unis soit au total 760,5 millions de dollars. Dans ce pays, Le Réveil de la force affiche en effet déjà 740,4 millions de dollars de recettes. A l'échelle mondiale, le film réalisé par l'Américain J. J. Abrams se classe pour l'instant au sixième rang, avec environ 1,5 milliard de dollars. Il devrait bientôt doubler Fast and Furious 7 et The Avengers. De son succès auprès des spectateurs chinois dépendra sa capacité à détrôner Avatar – sorti en décembre 2009 et réalisé par James Cameron – et son record de 2,8 milliards de dollars de recettes.” Car oui, comme l’a noté François Bougon, là encore dans Le Monde , Le Réveil de la force ne sera en effet projeté dans les salles de cinéma, de plus en plus nombreuses en Chine, que le 9 janvier 2016. La raison en est simple : le quota des 35 films étrangers autorisé, un système mis en place pour protéger la production nationale face aux blockbusters hollywoodiens du type de Star Wars, a tout simplement déjà été atteint en 2015. Disney, qui s'apprête à ouvrir un parc d'attractions en 2016 à Shanghaï, a donc sagement attendu son tour.” Avec cette petite particularité locale : “comme au temps du maoïsme, où l'on faisait disparaître les rivaux déchus des photos protocolaires, l'affiche officielle chinoise a enlevé de sa position centrale l'acteur noir, le Britannique John Boyega, pour le reléguer, en plus petit, en bas. Et l'actrice mexicano-kenyane Lupita Nyong'o a tout simplement été effacée. Des accusations de racisme ont été lancées. Toujours présent pour répondre aux attaques, le journal nationaliste Global Times les a démenties, mettant en avant les relations d'amitié entre « les Chinois et les Africains ». L'honneur est sauf.” Et dire que d’après Le Parisien Magazine , “Han Solo a failli être noir” !...

Regrets On ne sait si c’est cette polémique qui a provoqué ces mots malheureux chez George Lucas, l’équivalent d’un point Godwin pour ce qui est de l’esclavage. “Quand George Lucas a vendu, en 2012, la franchise Star Wars à Disney pour 4 milliards de dollars, il avait l’air plutôt satisfait , rappelle Libération. Quand il a assisté à l’avant-première de l’épisode VII de la saga , le Réveil de la force, il ne semblait pas mécontent. Mais il faut croire que le cinéaste dissimulait alors de la rancœur. Dans un entretien pour la cérémonie des Kennedy Center Honors, diffusé mercredi [dernier], il explique que vendre Star Wars à Disney a été comme une « rupture » et que la difficulté est de ne pas être tenté de mettre son nez dans ce que les nouveaux propriétaires en font. Comparant les premiers films Star Wars à « ses enfants », le voilà qui déclare : « Je les ai créés, je me suis très intimement investi dedans, et je les ai vendus aux esclavagistes blancs, qui les prennent et en font… » avant de s’arrêter, sentant sans doute qu’il allait trop loin. Le lendemain, George Lucas se fend d’un communiqué pour s’excuser « d’avoir dérapé et utilisé une analogie très déplacée », en ajoutant qu’il est très excité que Disney possède les droits car le studio « fait un incroyable travail pour préserver et étendre la licence ». Dans le même entretien, il regrette tout de même que le dernier opus de Star Wars ressemble « à un film rétro ».” Ce qui démontre sa totale lucidité.

Laconisme On finit, comme il se doit, par un happy end. Happy end, c’est le titre du prochain long métrage de Haneke, qui sera tourné à Calais à l’été 2016 , a-t-on lu dans Libération , La Croix et Le Figaro. Le réalisateur autrichien, double palmé d’or pour Le Ruban blanc et Amour, y filmera Jean-Louis Trintignant et Isabelle Huppert. La thématique migratoire ne serait « pas le sujet du film » mais serait « évoquée, intégrée dans la problématique ». Le cinéaste a été l’un des 5 500 signataires de l’opération lancée par des professionnels du cinéma – « For a thousand lives : Be human » - en faveur de l’accueil des migrants. Quant à la note d’intention, toujours laconique avec Michael Haneke : « Tout autour le monde, et nous au milieu, aveugles. » Ça, c’est le côté Maître Yoda de Michael Haneke…

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......