LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Cannes et la Cour

5 min

Maintenant que les « professionnels de la profession » ont réussi à faire rendre gorge à la Commission Européenne sur les trois dossiers qui les inquiétaient depuis des mois (l’inclusion de la culture dans les négociations commerciales avec les Etats-Unis, la remise en cause de la territorialisation des aides publiques, et la contestation de la taxe sur les fournisseurs d’accès à Internet pour financer le cinéma), ils peuvent se concentrer sur la grande, la vraie, la seule question qui vaille : qui va présider le Festival de Cannes ? “C’est comme à la fête foraine, au stand de tir , métaphorise Clarisse Fabre dans Le Monde. Au début de la partie, plusieurs ballons s’agitent dans tous les sens. Mais, très vite, les baudruches atteintes par la carabine se dégonflent… Ainsi, il y a 48 heures , écrivait-elle jeudi soir, pas moins de cinq noms circulaient pour la présidence du Festival de Cannes – le mandat de Gilles Jacob, président depuis 2001 de la plus grande manifestation cinématographique mondiale, prendra fin le 20 décembre 2014. Il faut croire que certaines candidatures ont été « flinguées » dans les dîners en ville, ou ailleurs. Faisons le tour des prétendants , propose Le Monde plus personne n’ignore que Jérôme Clément, 68 ans, fondateur de la chaîne franco-allemande Arte et actuel président du Théâtre du Châtelet, à Paris, souhaite travailler aux côtés de Thierry Frémaux, l’actuel délégué général qui sélectionne les films cannois. « Le respect et la confiance dans le travail sont deux mots qui me tiennent à cœur », dit [au quotidien] Jérôme Clément. Lundi 2 décembre, Pierre Lescure, 68 ans [également], ancien patron de Canal , et actuel directeur du Théâtre Marigny, à Paris, est sorti du bois, dévoilant ses intentions dans le journal Presse Océan. Depuis, il s’impose une cure de silence. Trois autres noms flottaient dans l’air médiatique : celui du réalisateur Claude Lelouch, 76 ans celui du producteur et président de l’Académie des Césars Alain Terzian, 64 ans enfin, celui du [directeur général, et non, comme indiqué dans l’article] président de la Cinémathèque française, à Paris, Serge Toubiana, 64 ans. Marin Karmitz, 75 ans, producteur et fondateur du groupe MK2, y aurait pensé avant de lâcher prise, indique l’AFP. Puis, patatras, Lelouch, Terzian et Toubiana ont démenti, mercredi 4 décembre. Ou alors ont-ils renoncé, après avoir lancé un ballon d’essai ? « Je ne suis pas candidat, raconte le réalisateur d’ Un homme et une femme. Des gens m’ont appelé pour me dire d’y aller. Ça m’a fait plaisir, mais j’ai encore trois ou quatre films à faire. » « Je ne suis pas candidat, je vais continuer mon métier de producteur », confirme Alain Terzian. « Je ne suis pas candidat, parce que je pense que le processus de désignation n’est pas clair, ni la définition du poste. Aujourd’hui, le vrai pouvoir est du côté du délégué général. Quel sera le rôle du président ? », s’interroge le patron de la Cinémathèque. Il n’est pas le seul à être perplexe. Officiellement, le candidat à la présidence du festival doit obtenir la majorité des voix des vingt-huit membres (élus et professionnels du cinéma) du conseil d’administration de l’Association française du festival international du film, laquelle gère le Festival de Cannes, la Cinéfondation et le Marché du film – le vote devrait avoir lieu courant janvier 2014. Pourtant, certains estiment que les jeux sont faits : Pierre Lescure tiendrait la corde , croit savoir l’enquêtrice du Monde. « Il est l’auteur du rapport sur l’exception culturelle à l’ère numérique, et il est proche de François Hollande », décrypte l’une des meilleurs gâchettes du milieu. Une chose est sûre, le futur président devra jouer un rôle complémentaire à celui de Thierry Frémaux : porter le projet général sans s’immiscer dans les choix artistiques. Fins tireurs, à vos carabines…” , conclut Clarisse Fabre.

Mais attention de ne pas vous tromper de cible : obnubilé par la succession de Gilles Jacob et ses succès bruxellois, le milieu du cinéma n’a pas vu revenir la polémique qui l’avait agité il y a bientôt un an, avec ce qu’on avait appelé « l’affaire Maraval » . “Le cinéma français vit-il au-dessus de ses moyens ? Moins d’un an après la polémique sur les salaires exorbitants des acteurs les plus « bankable », le rapport que vient d’achever la Cour des comptes « sur le soutien public au cinéma et à la production audiovisuelle » va raviver les débats. Ce document, dont Le Journal du Dimanche a eu connaissance, dresse un bilan sans concession : « Malgré les réussites et les succès dont il peut s’enorgueillir, le système français souffre d’insuffisances, voire de dérives qui non seulement le fragilisent face à la nouvelle donne à laquelle il est confronté, mais s’avèrent de moins en moins compatibles avec la situation actuelle de raréfaction de la ressource publique. » La Cour évalue « l’effort public en faveur de ce secteur » à 1,6 milliard d’euros (1 milliard pour la production audiovisuelle et 600 millions pour le cinéma) en 2012. Les magistrats – même les plus cinéphiles – ne se placent pas sur le terrain de la qualité artistique, mais sur celui de l’utilisation des deniers publics, précise la journaliste du JDD , Marie-Christine Tabet. Dans leur étude, les rapporteurs déplorent aussi l’inflation des coûts de production, la répartition incertaine des aides publiques et leurs défauts de sélectivité, le manque de transparence des producteurs… Surtout, ils alertent sur la perte de terrain du cinéma à la télévision alors que les grandes chaînes restent les principaux bailleurs du secteur.” “L’enquête commencée en 2011 vient d’atterrir sur le bureau de la ministre de la Culture” , nous précise le JDD . On attend sa réponse, et surtout les contrefeux sous forme de tribunes outragées qui ne vont pas manquer de fleurir dans la presse. A suivre, donc !

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......