LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le retour des vieux rigolos

5 min

Il n’est jamais trop tard pour bien faire, et avant que l’année ne se termine, je m’en serais voulu de ne pas avoir abordé ici l’Évènement de l’année prochaine : le retour sur scène des Monty Python. Fin novembre, ils donnaient une conférence de presse épique, Eric Albert, le correspondant à Londres du Monde , y était. « Un peu de comédie, de la musique et du sexe antique (ancient sex) ». Voilà ce que promet John Cleese pour le nouveau spectacle des Monty Python. Le groupe comique mythique a annoncé son retour sur scène à partir du 1er juillet 2014, à Londres, trente ans après leur séparation. Mais leur conférence de presse tient déjà du spectacle à part entière, nous assure le correspondant du Monde . Sur la scène du Théâtre Playhouse, à Londres, ils arrivent en parlant tous en même temps, dans une cacophonie savamment calculée. Chacun s’assoit à une place différente de celle du nom indiqué – Eric Idle répondant à la place de John Cleese à chaque fois qu’une question lui est adressée. « Et le retour des Monty Python aura lieu… au Qatar ! », annonce le présentateur. « Non, c’était seulement le deuxième pot-de-vin, pas le plus élevé », grince John Cleese. Seule certitude : les retrouvailles se feront dans l’immense chapiteau du O2 à Londres, et beaucoup des sketchs seront des reprises de leurs anciens succès. Pourquoi ces retrouvailles maintenant, interroge une journaliste espagnole ? « Nous n’attendions pas l’Inquisition espagnole », réplique Michael Palin, en référence à l’un de leurs sketchs les plus connus, dans lequel trois prêtres en robes rouges torturent une vieille dame en la forçant à s’asseoir sur une « chaise confortable ». John Cleese enchaîne dans un charabia incompréhensible aux consonances espagnoles, tactique qu’il reprendra pour répondre à un journaliste autrichien. Les créateurs de La Vie de Brian et de Sacré Graal !, qui ont fait hurler de rire le monde entier depuis leur première apparition à la BBC en 1969, n’ont pas besoin de s’expliquer. A l’instar d’un vieux groupe de rock, les Monty Python, qui incarnent à eux seuls l’humour anglais, peuvent se permettre toutes les fantaisies. « Et le prix des billets sera 300 livres moins cher que les Stones ! », lance l’un d’eux. Ce qui n’est pas vraiment exact , rectifie Le Monde – avec des places entre 35 et 120 euros. Eric Idle fait savoir qu’il fait ça « pour l’argent » mais l’explication ne convainc guère. Tous ont fait de brillantes carrières après les Monty Python. Terry Gilliam est réalisateur ( Brazil, L’Armée des douze singes…), Michael Palin fait des documentaires de voyage à grand succès, John Cleese a continué comme acteur. Terry Jones et Eric Idle, peut-être les moins connus, ont eux aussi multiplié les films. « La vérité est que chaque fois qu’on se voit, on continue à se faire rire », précise John Cleese. Leur retour aura cependant un arrière-goût triste. Graham Chapman, l’un des fondateurs, est mort en 1989. [Le spectacle s’appelle d’ailleurs One Down, Five to Go (« un à terre, cinq prêts à y aller »] Chapman sera présent, en filigrane, avec des références à ses sketchs et sans doute des vidéos. « Et une équipe médicale sera dans les coulisses, parce qu’on ne veut pas le rejoindre trop vite », ajoute Terry Gilliam, rappelant que tous ont plus de 70 ans aujourd’hui.” Deux jours après, une brève de Libération nous informait qu’il avait fallu “43,5 secondes – selon la légende, puisque le chiffre reste invérifiable – pour vendre les places du spectacle. Un succès qui a entraîné l’annonce de quatre dates supplémentaires. Quelques secondes seulement après leur mise en vente sur les sites officiels, les places culminaient à 1 600 livres sur le marché noir”

En France, nous n’avons pas les Monty Python, mais côté vieilles gloires du théâtre comique et télévisé des années 60 à 80, nous avons… Barillet et Grédy ! Eux aussi sont de retour, avec une publication aux Editions Omnibus et une soirée qui leur rendait hommage, le 9 décembre, au Théâtre du Rond-Point. Le Don d’Adèle, Fleur de cactus, Folle Amanda, Potiche… Toujours choisi avec soin – n’est-il pas l’étendard d’une pièce ? – le titre des œuvres de Pierre Barillet et Jean-Pierre Grédy ranime maints souvenirs dans bien des foyers français , s’émeut Emmanuelle Giuliani dans La Croix . Reviennent en mémoire le générique sur fond de musique guillerette de l’émission Au théâtre ce soir, le rideau rouge à l’ancienne s’ouvrant sur un décor de Roger Harth (on découvrira sans tarder les costumes de Donald Cardwell) et les applaudissements ravis accueillant l’entrée en scène des comédiens… Dans son appartement parisien dont l’ambiance chaleureuse et le mobilier raffiné s’accordent à merveille au maître des lieux, Pierre Barillet, élégant nonagénaire, ravive sans se faire prier les heures flamboyantes du duo de plume qu’il forma pendant plus de trente-cinq ans avec son comparse Jean-Pierre Grédy. Un regret toutefois : « Désormais retiré, solitaire et de santé chancelante, Grédy ne partage pas cet hommage et j’en suis triste… D’autant que l’intérêt affectueux que nous portent des artistes comme le cinéaste François Ozon (qui adapta Potiche à l’écran), les comédiens Michel Fau, Pierre Cassignard ou Laurent Lafitte est à la fois touchant et stimulant. » Avec l’ironie du philosophe, Pierre Barillet chasse la mélancolie pour s’amuser gentiment de la reconnaissance tardive accordée à la comédie populaire et bon enfant « devant laquelle beaucoup se sont longtemps bouché le nez. Il est cocasse de constater, dit-il, que certaines de nos pièces sont désormais au répertoire de théâtres publics ! » A Thierry Dague, du Parisien , qui lui demande si “le théâtre actuel trouve grâce à ses yeux ? [Barillet répond :] « Moyen… On cherche davantage l’effet, les répliques gratuites. » Et de citer en guise de récent coup de cœur, Le Système Ribadier de Feydeau.” C'est son côté Anna Sigalevitch…

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......