LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les héros ne meurent jamais

5 min

“Le milieu des comics n’est pas vraiment réputé pour la place qu’il accorde à ses héroïnes, à quelques exceptions près , se désole Morgane Fabre-Bouvier sur le Huffington Post. La célèbre maison d’édition américaine de bandes dessinées DC Comics crée d’ailleurs la polémique aux Etats-Unis , nous apprend-elle, en proposant dans les rayons pour adolescentes de Walmart un T-shirt « training to be Batman’s wife », soit « je m’entraîne pour être la femme de Batman ». Le T-shirt enflamme le net de l’autre côté de l’Atlantique. […] Sur le site de Walmart, la description indique « ce T-shirt pour adolescente est rigolo et plein d’esprit ». Pas d’après bon nombre d’internautes, qui ont pris d’assaut les réseaux sociaux pour exprimer leur désaccord. […] Le site The Gloss souligne le problème avec ironie : « Les filles, vous en avez marre qu’on vous dise que vous devriez avoir des buts dans la vie et de l’ambition ? Vous avez la nostalgie de l’époque où tout ce qu’on attendait de vous était de se marier à un homme avec un travail satisfaisant ? Vous en avez marre de toutes ces bêtises à base de “l’homme et la femme sont égaux” ? Heureusement pour vous, DC Comics pense la même chose ! D’ailleurs, vous pouvez désormais acheter leur T-shirt pour que chaque personne que vous rencontrez sache que votre ambition n’est pas d’être un super héros, mais bien la femme d’un super héros ! » Un ton grinçant qui cache un profond malaise. En effet, à peine un jour avant, DC Comics avait déjà souffert d’un bad buzz en proposant un T-shirt montrant Superman en train d’embrasser Wonderwoman avec l’inscription : « Gagné ! Superman emballe à nouveau ».” Pour le concurrent historique de DC Comics, ça va mieux, en revanche. “Depuis le 26 septembre, nous apprend Le Monde, on est rassuré chez Marvel et Disney. Mais aussi chez Sony, qui détient les droits de suite sur Spider-Man. Et à la 20th Century Fox, qui produit les films des X-Men et des Fantastic Four. Et encore à Universal Studios Florida qui gère le parc à thème d’Orlando où l’Incroyable Hulk est à l’honneur. Tous manifestaient la plus grande crainte – des milliards de dollars étaient en jeu – depuis que la Cour suprême des Etats-Unis avait décidé d’étudier, le 29 septembre, la demande de recours de la famille Kirby. Jack Kirby était [ce] dessinateur free-lance qui, entre les années 1940 et 1980, a créé ou cocréé (avec Stan Lee) de nombreux super-héros de comics : Captain America, l’Incroyable Hulk, les quatre Fantastiques, Thor, etc. Son statut d’employé des Marvel Comics lui a valu d’être privé de tout droit d’auteur jusqu’à sa mort, en 1994. Mais ses personnages ayant fait l’objet d’une exploitation cinématographique et de nombreux produits dérivés, ses enfants ont attaqué Marvel, racheté 4 milliards de dollars en 2009 par Disney. Déboutés en 2011, ils ont fait appel devant la Cour suprême. Inquiets, Disney et Marvel ont trouvé, in extremis, le 26 septembre, un arrangement avec les Kirby. Aucun détail n’a été divulgué sur l’accord passé.” Le même jour, vendredi 26 septembre, on apprenait, comme l’a rapporté La Croix , qu’après “des années de guerre ouverte, le dessinateur d’Astérix, Albert Uderzo, et sa fille Sylvie ont annoncé dans un communiqué commun être « à nouveau réunis et résolus à faire table rase réciproquement des griefs soulevés de part et d’autre », et mettre fin aux différentes batailles judiciaires qui les opposent. […] Cette déclaration est intervenue alors que la cour d’appel de Versailles a estimé [toujours le 26 septembre], dans un arrêt rendu à huis clos, que le dessinateur n’était pas victime d’abus de faiblesse contrairement à ce que soutenait jusque-là sa fille. Le conflit durait depuis que Sylvie et son époux, Bernard de Choisy, avaient été remerciés en 2007 par les éditions Albert René, en charge des albums d’Astérix. Albert Uderzo et sa fille « souhaitent désormais ajoute le communiqué commun, profiter pleinement de leur bonheur retrouvé. » Et laisser Astérix vivre tranquillement ses aventures sous la plume et le pinceau de ses nouveaux auteurs, tout comme Corto Maltese. Eh oui, vingt ans après la mort de son créateur Hugo Pratt, “aussi incroyable que cela puisse paraître, Corto Maltese est sur le point de reprendre la mer , annonce Olivier Delcroix dans Le Figaro. Pour certains, l’effet de surprise sera totale. « C’était d’abord un désir de Pratt lui-même, explique le directeur éditorial de chez Casterman, Benoît Mouchart. Contrairement à Hergé qui ne souhaitait pas que Tintin lui survive, Pratt désirait que son marin romantique devienne un mythe, et l’écrase même face à la postérité. » Donner une suite à cette œuvre, voilà qui semble bien téméraire. Une multitude de questions viennent à l’esprit quand on songe à la résurrection de ce personnage mythique. Car Corto […] demeure une sorte d’exception, apparemment indissociable de son créateur, Hugo Pratt. […] Un certain nombre d’auteurs ont été auditionnés pour obtenir le rôle, dont Enrico Marini. Exactement comme pour le retour de Blake et Mortimer en 1996 qui relança avec le succès que l’on sait le duo « so British » imaginé par Edgar P. Jacobs. Les deux auteurs finalement élus sont espagnols, le scénariste de la série à succès Blacksad, Juan Diaz Canales, et le dessinateur Ruben Pellejero. […] L’éditeur assure d’ores et déjà que la sortie de ce nouvel album de Corto Maltese (dont on ignore encore le titre) est prévue pour le mois d’octobre 2015. « Nous comptons sur un tirage minimum de 150 000 exemplaires, s’avance le directeur éditorial de Casterman. C’est le moins que l’on puisse faire pour un personnage aussi mythologique que Corto. » Benoît Mouchart qui déclarait au site ActuaBD : « Corto Maltese est l’une des icônes les plus célèbres de la bande dessinée, mais, paradoxalement, la série n’a pas encore été lue et diffusée à la hauteur de cette notoriété. » Ceci explique sans doute cela. Patrick Modiano, occasionnel scénariste de bande dessinée, sera-t-il plus lu et diffusé maintenant qu’il a reçu le prix Nobel de littérature ? Ça, on en parle la semaine prochaine…

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......