LE DIRECT

Phobies lyriques

5 min

Petit codicille, pour commencer, à la revue de presse d’il y a deux semaines, où j’évoquais l’éviction de Gérard Mortier et l’intronisation de Joan Matabosch comme nouveau directeur artistique du Teatro Real. Une brève du Figaro nous apprend finalement que “les responsables de l’institution ont annoncé que Gérard Mortier continuerait de travailler pour la grande maison d’Opéra madrilène. Il contribuera à développer les relations internationales de la nouvelle direction.”

Une polémique s’éteint à Madrid, une autre brûle toujours plus dans le monde entier, concernant l’homophobie d’Etat en Russie. Je les ai déjà abordées dans le domaine des arts plastiques ou du cinéma, voilà qu’elle atteint le monde du lyrique. Tout part encore de Tchaïkovski, dont un biopic, j’en avais parlé, va dissimuler l’orientation sexuelle, alors qu’à en croire Diapason , elle est reconnue par Vladimir Poutine lui-même ! « Tchaïkovski était gay – même s’il est vrai que nous ne l’aimons pas à cause de cela – mais il était un grand musicien et nous aimons tous sa musique. Alors quoi ? », a déclaré à la télévision, à la veille du G20 de Saint-Pétersbourg, le président russe sans craindre le sophisme. « Il n’y a aucune raison de faire une montagne d’une taupinière, il ne se passe rien d’effrayant ni de terrible dans notre pays ». A New York , poursuit Diapason , le compositeur Andrew Rubin n’est pas de cet avis, qui a lancé une pétition demandant que le gala d’ouverture de la saison du Metropolitan Opera soit dédié à la défense des droits des homosexuels – une lettre comparable a été envoyée à l’Opéra de San Francisco par des associations LGBT de la ville. La soirée du Met n’a pas été choisie au hasard : on y donne Eugène Oneguine de… Tchaïkovski, avec deux stars ayant apporté leur soutien à Poutine lors de la campagne électorale en 2012 – Valery Gergiev dans la fosse et Anna Netrebko en Tatiana. Dans un communiqué, le Met a opposé à la demande un refus poli, jugeant « inappropriée » l’utilisation de spectacles à des fins revendicatives, « la cause fût-elle noble et juste ».”

Résultat, lors du soir du gala d’ouverture au Metropolitan Opera de New York, mardi 24 septembre, rapporte dans Le Monde notre consœur en Dispute Marie-Aude Roux, qui a fait le voyage, des apostrophes ont fusé de la salle avant le lever de rideau : « Anna, votre silence tue les homosexuels russes ! Valery, votre silence tue les homosexuels russes ! » “La diva russe Anna Netrebko, qui fait les beaux jours du Met depuis 2002 et ouvre la saison pour la troisième année de suite, a répondu sur son site Facebook en précisant qu’elle n’avait jamais pratiqué « la moindre discrimination de race, d’ethnie, de religion, de sexe ou d’orientation sexuelle », et que cela n’allait pas commencer. Quant au maestro, il s’est abstenu de tout commentaire : le directeur du prestigieux Théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg est un proche de Vladimir Poutine, qui lui a décerné la médaille de Héros du travail en mai au moment de l’inauguration du nouveau Théâtre Mariinski II (son coût est estimé à 700 millions de dollars). De son côté, Peter Gelb, le directeur général du Met, a dû prendre la parole, une fois les trublions sortis de la salle. Devant un parterre huppé de sponsors et de personnalités et les milliers de spectateurs massés devant les écrans géants du Lincoln Center Plaza et de Times Square qui diffusent en direct depuis sa prise de fonctions en 2006 l’« Opening Night Gala » du Met, il a déploré « la tyrannie des nouvelles lois homophobes en Russie ». Il a souligné cependant que le Met n’était pas « le lieu approprié pour mener des combats contre les injustices sociales dans le monde ». Et a ajouté que l’institution était fière de présenter « l’œuvre d’un compositeur russe – Tchaïkovski – dont l’homosexualité est toujours niée dans son pays ». (Sauf par Poutine, donc…) Peter Gelb confiera ensuite [à Marie-Aude Roux] porter, sous son smoking, des bretelles arc-en-ciel aux couleurs LGBT” , c’est culotté.

Heureusement, les Russes ne sont pas qu’homophobes, ils peuvent aussi, comme tout un chacun, se montrer misogyne. Ainsi du jeune chef “Vasily Petrenko, directeur musical du Royal Liverpool Philharmonic Orchestra et du Philharmonique d’Oslo, qui, à en croire une brève encore de Diapason, a suscité une polémique en estimant dans un journal norvégien que « les musiciens réagissent mieux quand ils ont un homme devant eux » car ainsi « ils ont moins d’énergie sexuelle et peuvent se concentrer sur la musique ». Le jeune chef a ensuite corrigé le tir en assurant qu’il ne parlait que de la situation en Russie, et qu’il avait le plus grand respect pour les femmes chefs, citant Marin Alsop et Veronika Dudarova.” Vous voulez aussi un peu de xénophobie ? C’est dans la brève d’à côté, cette fois-ci en Autriche : “La jeune Coréenne Jasmine Choi, qui avait été recrutée comme première flûte solo par les Wiener Symphoniker, en a été exclue à l’issue de son année d’essai : l’intéressée a dénoncé une décision aux relents « racistes », ce dont s’est défendue la formation sans parvenir à éteindre cette nouvelle polémique sur le conservatisme des grands orchestres viennois.” On ne verrait pas ça chez nous. Non, chez nous, le problème, c’est l’emploi ! “Le syndicat français des artistes-CGT, lit-on ainsi dans le trimestriel La Scène, a présenté lors du Festival d’Aix-en-Provence les conclusions d’une étude menée auprès de 25 opéras ou festivals entre 2009 et 2013. Celle-ci fait notamment état d’une forte chute (de l’ordre de 28%) du nombre de rôles proposés sur quatre saisons. Selon le SFA, seuls 31% des artistes engagés résidaient fiscalement en France : « Nous aimerions que la lumière soit faite sur un éventuel dumping social provoqué par le recours aux artistes lyriques solistes ne résidant pas fiscalement en France », déclare le syndicat.” C’est la version lyrique de l’histoire du plombier polonais… Pas sûr cependant qu’il coûte moins cher qu’un artiste bien de chez nous !

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......