LE DIRECT

Polémique préalable

6 min

“Les éditions du Seuil , révélait Jérôme Dupuis fin octobre dans L’Express, ont prudemment décidé de décaler de quelques semaines la sortie du prochain roman de Régis Jauffret, initialement prévue pour janvier 2015. La raison ? La peur qu’il soit éclipsé par la parution, au même moment, du nouveau roman de Michel Houellebecq, son premier depuis La Carte et le territoire, prix Goncourt 2010…” Et le Seuil a eu raison de se méfier : à 20 jours de sa parution, on parle déjà beaucoup de lui, et pas seulement sur les réseaux sociaux. « La nouvelle affaire Houellebecq » , titre en une Le Point, « La bombe Houellebecq » , affiche de même Le Magazine Littéraire . “Il y a désormais deux rentrées littéraires , constate Pierre Assouline dans son édito du numéro de janvier : la grande, à la fin de l’été, et la petite, au cœur de l’hiver. Mais, que ce soit en septembre ou en janvier, elles s’exposent au même spectre, qu’auteurs et éditeurs conjurent par tous les moyens à leur disposition – gousses d’ail, crucifix, rosaire, miroir, etc. Ce spectre a un nom : la vitrification, et s’incarne en une seule et même personne qui défie les saisons : Michel Houellebecq. […] L’intéressé n’y est pour rien , assure Assouline. Entendez qu’il serait vain de lui prêter des stratégies de marketing, d’autant qu’il est désormais au-dessus de cela. Car Michel Houellebecq est depuis quelques années le romancier « littéraire » français le plus célébré, c’est-à-dire commenté, analysé, thésardisé, critiqué, contesté, loué, traduit dans le monde.” “Peut-être aujourd’hui l’héritier des Gide ou des Sartre , écrit Hubert Prolongeau dans le même Magazine Littéraire, non dans l’engagement (il en a peu, au-delà des déclarations à l’emporte-pièce) mais dans cette stature de « grand écrivain national », qu’il dévoie autant qu’un Sarkozy vulgarisait la fonction présidentielle.” “A chaque parution, poursuit Pierre Assouline, sa légende le précède. Pour le meilleur et pour le pire. […] On jugera bientôt sur pièces dès que l’œuvre sera libérée de son mystère. Mais, eu égard au goût de la provocation et du paradoxe, que l’auteur n’a jamais nié, au contexte politique et social tendu dans lequel ce livre ne manquera pas de s’inscrire, fût-ce à son corps défendant, et à la rumeur flatteuse qui annonce sa qualité littéraire, on serait étonné qu’il ne produise pas l’effet de souffle d’une bombe avant de diffuser, qui sait, un rayonnement ionisant.” Et de fait, confirme Sud Ouest , Soumission : ce volume de 300 pages n’est pas encore sorti en librairies, personne ne l’a lu, mais il sent déjà le soufre… […] Dans une France traversée par une crise identitaire et politique comme en témoigne le succès en librairie d’Eric Zemmour, le roman de Michel Houellebecq pourrait susciter un très houleux débat. Laissera-t-il de la place à la littérature ?” Mais nom de nom, s’interroge le lecteur appâté, de quoi s’agit-il à la fin ? Les critiques littéraires qui ont déjà eu le roman entre les mains brûlent d’en parler, et commencent à se lâcher, telle Nelly Kaprièlian sur le site des Inrockuptibles. “Le titre de son nouveau roman, Soumission , annonce d’emblée la couleur , écrit-elle : “soumission” est la traduction du mot “islam”, soit la soumission à Allah, et par extension, la soumission des “mécréants” par la conversion. Soumission est un roman d’anticipation sociale, qui nous plonge dans la France de 2022 : François Hollande arrive à la fin de son second mandat, et au premier tour de l’élection s’affronteront le Front national et la Fraternité musulmane (le parti des musulmans de France, pure invention de l’auteur). Ce dernier remportera la présidence en se ralliant le PS et l’UMP, et en nommant François Bayrou Premier ministre, et la société se trouvera entièrement bouleversée. Le tout est raconté par François, un narrateur typiquement houellebecquien : universitaire, spécialiste de J-K Huysmans, il a 44 ans et vit seul, baise quelques prostituées, ne bande plus pour les femmes de son âge, et finira viré de la fac où il enseigne. Frustré et malheureux, comme tout narrateur houellebecquien depuis vingt ans, finira-t-il par accepter de se convertir ? Réponse le 7 janvier.” “On peut penser , parie déjà Yannick Vely sur le site de Paris Match, que l’auteur de Plateforme, grand amoureux de l’œuvre de Lovecraft, tout en ne partageant pas sa version raciste du monde, « s’amusera » à provoquer le politiquement correct, en imaginant un monde proche de celui de Pascal Brutal, l’hilarante bande dessinée de Riad Sattouf qui imagine une France crypto-fasciste gouvernée par Alain Madelin.” “On les voit déjà sabre au clair, nos petits soldats de l’indignation permanente , dénonce déjà Christophe Ono-Dit-Biot dans Le Point : quoi, l’auteur de Plateforme recommence avec ses provocations autour de « la religion la plus con » ? On les voit déjà défourailler, les Lucky Luke du commentaire en 140 signes : quoi, l’auteur des Particules élémentaires est donc devenu « identitaire », frère de lait goncourisé d’Eric Zemmour ? Par pitié, non ! , s’exclame le responsable des pages culture du Point , par ailleurs producteur à France Culture. On accusera Houellebecq de tout ça si on ne lit pas son livre. Soumission n’est pas un nouveau Camp des saints[le roman de Jean Raspail, un rien contesté en son temps, qui décrivait en 1973 les conséquences d’une immigration massive sur la civilisation occidentale]. C’est le contraire, c’est même apaisant. […] Le lecteur lira.” Et Ono-Dit-Biot l'a lu, lui, c'est le premier à en publier une critique, qui vante “à chaque page, cet inimitable ton Houellebecq, si précieux dans le paysage : regard au laser sur la fin d’un monde, constante mise à distance par l’humour. Plus d’amour mais beaucoup d’humour dans Soumission, même si, de tous les romans de l’auteur d’ Extension, c’est sans doute le plus crépusculaire, le plus puissamment doux, le plus implacable. […] Au fond, ce livre donnerait presque envie de se convertir, et c’est peut-être l’autre bord, le bord identitaire précisément, qui va tomber sur Soumission.” Bref, le nouveau Houellebecq, on n’a pas fini d’en parler !

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......