LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Privatisation, adaptation et annulation

6 min

Dans la série : « vous trouvez que le théâtre français va mal à cause des restrictions budgétaires et des baisses de subvention, rassurez-vous, c’est pire ailleurs », aujourd’hui : la Turquie. Le site Internet du magazine Nouvelles d’Arménie , qui s’intéresse naturellement beaucoup à son grand voisin, nous apprend ainsi que “le gouvernement islamo-conservateur turc veut privatiser les théâtres nationaux, provoquant la colère d’une partie du monde du spectacle qui dénonce un « arrêt de mort » des arts en Turquie. « Dans presque tous les pays développés, les théâtres ne sont pas entre les mains de l’Etat », a lancé le mois dernier le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. De nombreux artistes n’ont pas tardé à réagir, affirmant dans une pétition que la privatisation des théâtres équivaudrait à un « arrêt de mort ». « Il est difficile pour les théâtres nationaux de survivre sans les fonds publics », a expliqué à l’AFP Sahin Erguney, qui dirige l’Association des artistes des théâtres nationaux, un des groupes signataires de la pétition. « Si on retire les fonds publics aux théâtres, ce pays va aller vers une désertification culturelle, a-t-il ajouté. Les théâtres subventionnés totalisent 5 000 ou 6 000 représentations par an, touchant un large public sur l’ensemble du territoire. » Il y a 58 théâtres nationaux en Turquie et des dizaines de théâtres privés plus ou moins subventionnés, pour la plupart dans les grandes villes telles qu’Ankara, Istanbul ou Izmir. En 2012, le ministère a distribué près de 140 millions de livres (60 millions d’euros) aux théâtres nationaux et en 2011, environ 3,5 millions de livres (1,5 millions d’euros) aux théâtres privés. Ce conflit sur le financement des théâtres est le dernier d’une longue série entre le gouvernement et l’opposition laïque. La précédente polémique avait trait à la décision des autorités d’introduire des changements dans le système éducatif avec l’autorisation donnée aux enfants de 10 ans, et non plus 14, d’entrer dans les écoles religieuses. La dispute concernant les théâtres a démarré avec l’annonce par le maire d’Istanbul, qui est membre du parti au pouvoir, de modifier le règlement des théâtres de la ville en nommant des fonctionnaires dans leurs organes de direction. Une initiative interprétée par certains comme une tentative d’ingérence. Recep Erdogan a défendu cette décision et s’en est pris aux artistes. « Est-ce que les théâtres vous appartiennent dans ce pays ? Est-ce que les arts vous appartiennent ? », a-t-il lancé aux intellectuels. Des centaines d’acteurs et de personnels des théâtres ont manifesté le 1er mai, à Istanbul et Ankara, derrière des banderoles telles que : « Sultan ! Touche pas à mon théâtre ! » « Nous sommes des créateurs, notre liberté ne peut pas être limitée », affirme Tamer Levent, qui dirige la Fondation des personnels du théâtre-opéra-ballets. « Le Premier Ministre a lancé contre nous une campagne de lynchage », fustige-t-il. Recep Erdogan a fait monter encore un peu plus la pression en laissant entendre que l’Etat pourrait donner de l’argent pour les œuvres qui lui conviennent. « S’il y a besoin d’un soutien, alors nous, en tant que gouvernement, nous pouvons aider les pièces que nous voulons », a-t-il dit. Pour les artistes contestataires, il est clair que le gouvernement veut promouvoir un art « conservateur » conforme à l’idéologie du régime. Le ministre de la culture, Ertugrul Günay, un modéré, s’est pour l’instant tenu à l’écart du conflit, se contentant d’affirmer que les artistes restent protégés par la constitution.“ On a connu plus rassurant…

Tiens, puisqu’on parle de théâtre privé, je vous racontais il y a 15 jours le rachat du théâtre Rive-Gauche par Eric-Emmanuel Schmitt. Le nouveau patron du lieu déclarait alors ne pas savoir encore ce qu’il programmerait à la rentrée, mais jurait qu’il « n’aurait pas peur de l’émotion, des grands sentiments » : « On va essayer de pratiquer le divertissement intelligent » , promettait-il. Eh bien maintenant, on sait : à partir du 5 septembre, nous apprend Thierry Dague dans Le Parisien , ce sera une nouvelle adaptation, par lui-même, du Journal d’Anne Frank qui fera l’ouverture de saison au Rive-Gauche. “La pièce partira de 1945, lorsque le père d’Anne, Otto Frank, seul survivant de la famille, découvre le manuscrit du journal intime. A coups de flash-back, il revit ce qui se passait dans la cachette, et réalise qu’il ne connaissait pas vraiment sa fille. « C’est Francis Huster qui jouera Otto Frank, révèle le metteur en scène Steve Suissa. Il voulait absolument faire la pièce, il a supplié Eric-Emmanuel à genoux ! » Reste une inconnue de taille : qui incarnera Anne Frank ? « On a décidé d’ouvrir le jeu », annonce l’auteur. Toutes les candidatures sont les bienvenues. Steve Suissa a déjà vu quelques dizaines de profils, mais cherche encore la perle rare. « Je cherche une jeune actrice en état de grâce, comme Adjani il y a quarante ans !, s’emballe le metteur en scène. Je veux qu’elle soit pure, pleine de vitalité, avec du caractère. Malgré le tragique de la situation, Anne était vive, drôle, joyeuse. » Avis aux intéressées : elles peuvent postuler par mail, à l’adresse auditionannefrank@gmail.com.

Vendu à 25 millions d’exemplaires dans le monde, rappelle Le Parisien , traduit en 70 langues, le Journal d’Anne Frank a donné un visage aux victimes de la Shoah et reste l’un des témoignages les plus étudiés dans les écoles. A Amsterdam, la Maison d’Anne Frank, qui abrite la fameuse « annexe » où se cachait la famille Frank, accueille un million de visiteurs par an.“

Un je-ne-sais-quoi me dit que l’humoriste Dieudonné ne fait pas partie de ce million de visiteurs annuels. Il faut dire qu’il a fort à faire. Le Parisien , toujours lui, nous a ainsi informé que “mercredi soir, la police bruxelloise a interrompu son spectacle pour des « propos xénophobes » et « incitation à la haine raciale ». La nature des propos n’a pas été rendue publique, mais M. Dassonville, porte-parole du bourgmestre (maire) de Bruxelles, Freddy Thielemans, assure que « le PV de police a été transmis au parquet » qui pourra entamer des poursuites.“ Deux jours plus tard, toujours et encore dans Le Parisien , on apprenait que ce nouveau spectacle de Dieudonné, intitulé Rendez-nous Jésus , faisait décidément scandale. “L’humoriste français a été déprogrammé d’un théâtre de Montréal la semaine prochaine, à la suite de protestations d’une association juive. En France, une association réclame l’annulation de sa venue au Zénith de Strasbourg, prévue le 12 juin.“ Il devrait peut-être aller tenter sa chance en Turquie, qui sait ?

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......