LE DIRECT

Retraite, déroute et rafales

5 min

“Le cinéaste Quentin Tarantino , nous apprend une brève du Monde, a confirmé qu’il avait l’intention de prendre sa retraite après son dixième film, selon le site Deadline.com. « Je ne pense pas qu’on devrait rester sur scène jusqu’à ce que les gens vous supplient de partir », a-t-il dit à Santa Monica, au Marché du film américain, où il promouvait son projet en cours, le western The Hateful Eight. Il a annoncé en avoir « encore deux après celui-là ». Et a déclaré qu’il passerait le reste de sa carrière à « écrire des pièces et des livres ».” Un qui doit peut-être y songer, à la retraite, c’est Gérard Depardieu. Viktor, un film qui raconte l’histoire d’une revanche et qui réunit à l’écran Gérard Depardieu et l’actrice britannique Liz Hurley, est sorti aux Etats-Unis où , lit-on dans Le Parisien, il a fait un flop commercial très spectaculaire. Selon la société Rentrak, qui analyse les chiffres du box-office outre-Atlantique, Viktor n’a enregistré que 623 $ de recettes en quatre jours d’exploitation [dans 10 salles de la côte Est des Etats-Unis]. Et seulement 77 spectateurs [soit une moyenne de 1,9 spectateurs quotidiens par salle]. Projeté au Marché du film à Cannes en mai dernier, le film n’a toujours pas de date de sortie en France. On peut le comprendre…” , estime Le Parisien. “Or , dévoile Le Canard enchaîné, sous le nouveau titre Viktor, il s’agit en fait de Turquoise, le film d’action que Depardieu a tenu à tourner en Tchétchénie au printemps 2013, et dont son [ami] le sanglant président Ramzan Kadyrov a relu le scénario (comme l’écrivait Le Figaro en mai 2013) ! Son réalisateur est le Français Philippe Martinez, qui a aussi écrit le scénario de Cœur d’un père, un film à la gloire de « la reconstruction tchétchène » sous Kadyrov. […] 2014 serait-elle une annus horribilis pour Depardieu ? , s’interroge Le Canard. Après deux films sortis directement en VOD ( Welcome to New York, son film sur DSK, et United Passions, une fresque à la gloire de la Fifa, qui a produit le film), Viktor est le troisième film de Depardieu qui risque fort de ne pas sortir en salles dans son propre pays… Valeurs actuelles tresse pourtant des couronnes à ce héros de la « francité en voie de disparition ». Dans ses colonnes, l’écrivain Richard Millet s’extasie sur l’acteur, « irréductible au devenir yankee du monde », qui refuse de « pratiquer la langue de bois de la culture dominante ». Manque de bol, s’amuse en conclusion Le Canard enchaîné, Gégé cause angliche (avec un gros accent frenchie) dans les trois chefs-d’œuvre en question !” En Ukraine, mais aussi en Russie, c’est un autre acteur qui fait polémique, un acteur russe qui l’a déclenchée “en apparaissant dans une vidéo tournée à l’aéroport de Donetsk, sur la ligne de front, où il tire à la mitrailleuse lourde auprès des séparatistes et porte un casque barré du mot « Presse » , raconte une dépêche de l’AFP publiée par plusieurs sites Internet, dont celui de Libération et Le Huffington Post. Mikhaïl Poretchenkov, un acteur célèbre pour ses rôles au théâtre, dans des séries télévisées et au cinéma, apparaît dans une vidéo auprès de combattants rebelles à l'aéroport de Donetsk, que l'armée et la rébellion se disputent depuis des mois à coups de mortiers et d'obus d'artillerie. Protégé par un gilet pare-balles et un casque portant le mot "Presse", l'acteur, tout sourire, tire à la mitrailleuse lourde en direction, selon toute vraisemblance, des positions ukrainiennes, d'après des images diffusées par la chaîne de télévision des rebelles, NovorossiaTV.com. Les images de l'acteur faisant du tourisme de guerre ont suscité la colère des journalistes russes et étrangers qui ont payé un lourd tribut en Ukraine. Sept journalistes, dont cinq russes, sont morts dans l'est de l'Ukraine depuis le début du conflit armé en avril. « Nous bataillons tant, nous luttons si dur pour protéger les journalistes. Et un gars avec deux neurones, mais avec une belle gueule, organise de telles provocations », s'est indigné le représentant de l'Union des journalistes de Moscou, Pavel Goussev, sur les ondes de la radio Ekho Moskvy. L'Union russe des journalistes a qualifié l'acte de l'acteur de « révoltant » et l'a appelé à « présenter des excuses publiques aux journalistes qui risquent leur vie, en exerçant leur devoir professionnel dans la zone du conflit armé » en Ukraine. « Nous regrettons profondément la conduite irresponsable de l'acteur Poretchenkov », a déclaré l'Union russe des journalistes dans un communiqué. Les autorités de Kiev ont pour leur part annoncé des poursuites judiciaires contre l'acteur. « Les enquêteurs (ukrainiens) sont convaincus qu'Interpol va soutenir activement leur enquête et que Poretchenkov ne pourra pas sortir de Russie sans être arrêté et extradé en Ukraine », a écrit le ministre ukrainien de l'Intérieur Arsène Avakov sur sa page Facebook. Les services secrets ukrainiens ont également entamé des poursuites pénales contre l'acteur « pour participation à des activités terroristes ». Pour sa défense, l'acteur russe a affirmé à l'agence de presse russe TASS qu'il « n'avait pas vu » les insignes "Presse" sur sa veste et sur son casque, et qu'il s'agissait d' « une mise en scène » et de « cartouches à blanc ». « J'ai mis le casque (Presse) pour ma sécurité », a-t-il ajouté, qualifiant de « sottise » les poursuites annoncées par l'Ukraine à son encontre. Mikhaïl Poretchenkov, l'un des acteurs les plus connus en Russie, a notamment séduit le grand public grâce à ses rôles musclés dans des films d'action parfois à la gloire de l'armée russe, comme Grozovie Vorota (« Les Portes de la Tempête »), qui met en scène des soldats russes résistant avec héroïsme à des centaines de Tchétchènes.” Avis aux mauvais esprits : vérification faite sur Imdb.com, Mikhaïl Poretchenkov ne joue pas aux cotés de Gérard Depardieu dans Viktor , alias Turquoise…

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......