LE DIRECT

Une directrice, des maires et un homard

5 min

Alors que le ministère de la Culture trouve un lieu pour Hortense Archambault, la maire d'Avignon en retire au Festival du même nom. Et si des maires interviennent dans les programmations théâtrales, celui de Montpellier refuse résolument de se prononcer sur l'affaire du homard... “Ex-codirectrice du Festival d’Avignon de 2003 à 2013, membre de la mission de concertation sur la convention chômage des intermittents, Hortense Archambault , a-t-on lu dans La Croix, prendra la direction de la MC 93 de Bobigny à compter du 1er août prochain. Elle succédera à Patrick Sommier, son directeur depuis 2000.” “ « Aucun appel à candidatures n'a été lancé, car Hortense Archambault faisait l'unanimité », indique-t-on au cabinet de Fleur Pellerin , cité par Le Monde. « Hortense Archambault conduira le projet d'une grande maison de création habitée en permanence par des équipes artistiques, largement ouverte à l'international, tout en développant résolument une “fabrique des spectateurs” », indique le communiqué de la ministre de la culture et de la communication. Patrick Sommier, lui, « a profondément marqué l'institution et développé son rayonnement international », et va désormais mener « un projet d'échanges internationaux, principalement tourné vers la jeune création, avec la Chine et la Russie », lit-on dans ce communiqué. […] Hortense Archambault ne dévoile pas encore les noms des artistes qui seront associés. On connaît juste leur profil : ils passent « de l'émergence à la confirmation de leur talent ». « Tout est à faire. La Maison de la culture sera un lieu où des artistes répètent. Selon les années, entre cinq et huit créations seront élaborées », explique-t-elle au Monde. Dans le document qui fait office de projet pour la MC93, elle livre les « fondations » : il s'agit de « penser une fabrique à spectacles, associant étroitement création contemporaine et pratiques des spectateurs, réunissant les mouvements d'éducation populaire et les avant-gardes artistiques ».”

Raisons "techniques" Et à Avignon, au fait, ça se passe comment, depuis qu’elle et son collègue Vincent Baudriller ont laissé la place à Olivier Py ? On connaîtra officiellement le 24 mars le programme du 69e Festival d’Avignon , rappelle Le Figaro. Il devrait être plus court, et la Carrière Boulbon ne devrait pas être utilisée pour des raisons d’économie, ainsi que l’avaient annoncé Olivier Py et Paul Rondin, directeur délégué. Mais la Ville d’Avignon, dont le maire est Cécile Helle, vient de faire savoir que, pour des raisons « techniques », elle ne pouvait mettre à la disposition de la manifestation cinq lieux : le gymnase Paul-Giéra (face à La FabricA), le verger d’Urbain V, l’Espace Jeanne-Laurent qui font partie des espaces du palais, le Jardin de Mons qui dépend de la Maison Jean-Vilar et l’Hôtel des Monnaies.” Une façon comme une autre pour cette élue locale d’intervenir dans la programmation, une pratique que dénonce Cyril Seassau, le directeur du Syndeac, dans un entretien à Politis. “Nous voyons de plus en plus d’élus qui défendent une politique de la demande supposée d’un public contre la politique de l’offre que les scènes proposent : présenter des œuvres que les spectateurs ne verront pas ailleurs, avec une diversité de propos et d’esthétiques qui déstabilisent, car c’est une des fonctions de l’art , déclare-t-il à Ingrid Merckx . Au Blanc-Mesnil, le maire veut du stand up. A Quimper, il décrète qu’un spectacle n’est pas à son goût pour les familles. A Tourcoing ou à Grenoble, des subventions sont retirées car le projet du lieu ou celui de la compagnie ne sont pas assez « locaux ». Par ailleurs, on est toujours surpris quand des élus soutiennent un projet en ajoutant : « Il faudra faire beaucoup de médiatisation », alors que le lien aux publics fait partie du cœur de nos métiers ! On ne pose pas un geste artistique sans l’accompagner.”

« Je n'ai besoin de personne. Je prends une compagnie, je la paie, et il y aura des spectacles. » Le directeur du Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles peut dorénavant ajouter à sa liste le cas de Villeneuve-lès-Maguelone, dans l’Hérault, dont le maire sans étiquette, “Noël Ségura, a sommé l'association qui gère la scène conventionnée « jeune public » de libérer les bureaux « avant le 9 mars », nous apprend Le Monde. L'élu se plaint, entre autres, d'un « dépassement de 30 000 euros » des dépenses de l'association. Celle-ci dénonce « l'absence de dialogue », et des restrictions en personnel, matériel, etc. L'Etat se dit « très attentif » – le travail de la directrice du lieu, Martine Combréas, est unanimement salué. Saisi en référé, le tribunal administratif [devait trancher aujourd’hui] 9 mars. Noël Segura assure que les enfants continueront de voir du théâtre. Avec cette phrase qui inquiète le milieu culturel : « Je n'ai besoin de personne. Je prends une compagnie, je la paie, et il y aura des spectacles. » Le tout intervenant sur fond de batailles politiques et budgétaires montpelliéraines, amplement détaillées par Clarisse Fabre dans Le Monde , et sur lesquelles nous aurons sans doute l’occasion de revenir. Des disputes à l’écart desquelles le nouveau patron du CDN de Montpellier, rebaptisé Humain Trop Humain, Rodrigo Garcia, reste prudemment à l’écart. “« Je suis arrivé il y a un an, et je me considère un peu comme une espèce de touriste », dit-il. Il précise : « Ce qui m'importe, c'est de révolutionner le CDN, avec un répertoire contemporain et le mixage des disciplines. » Philippe Saurel [le nouveau maire de Montpellier] a dû se positionner, toutefois, sur la polémique du homard. En cause, le spectacle Accidens : matar para comer, du metteur en scène argentin, à l'affiche du CDN de Montpellier, du 7 au 10 avril. Une pétition, qui réunit 30 000 personnes, demande l'annulation du spectacle et dénonce le sort fait à un homard : sur scène, un comédien lui fracasse la tête, le fait cuire et le mange. Le maire soutient-il Rodrigo Garcia, lui demande-t-on ? Réponse de l'animal politique : « Je ne suis ni pour ni contre. Le homard n'a jamais été un animal de compagnie. » Ce qui ne l’empêche pas d’avoir des amis…

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......