LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Apocalypse Now?

6 min

par Cécile de Kervasdoué

Vous en souvenez peut être j'avais terminé hier la revue de presse avec la Une cette semaine de Newsweek qui lance un grand

Apocalypse Now!

et bien l'expression revient un peu partout ce matin dans la presse internationale

serions nous en train de vivre l'apocalypse ?... c'est la fin du monde?...Décidément on ne sait plus du tout où on en est ... écrivent ce matin de nombreux éditorialistes européens juste en face des colonnes de ceux qui nous expliquent encore que nous n'avions pas le choix ... il fallait intervenir en Libye pour éviter le pire ... le massacre des libyens par le satrape Kadhafi

C'est une guerre juste... écrit le quotidien danois Berlingske... qui va dans le bon sens... celui de l'humanité

mais il n'y a pas de guerre juste répond Tzvetan Todorov dans Libération ce matin.

Seulement la Guerre est un moyen si puissant qu'elle fait oublier le but poursuivi.

et c'est exactement ce qu'écrit aussi l'éditorial de l'Asia Times ce matin en Asie qui se fait l'écho de très vives critiques de la presse chinoise depuis hier ... face à l'intervention occidentale en Libye

le problème c'est qu'avec cette guerre... l'idéal de liberté des insurgés vient de fondre... et il ne reste que les petits intérêts des gens qui ont décidé de cette guerre

et les journaux sont très nombreux à réagir ce matin à cette question de guerre juste ou non

ah bon? Répond l'éditorial du Guardian britannique qui pose cette question présente partout dans la presse internationale : mais au fait dans quel sens va t elle vraiment cette intervention en Libye?

quelle est le but de cette guerre? titre aussi la Libre Belgique

parce que tout cela est devenu bien flou dit le Guardian alors que le Periodico à Barcelone fait ce constat :

en quelques jours l'image simple que nous avions de cette guerre a éclaté en mille morceaux comme un miroir... et nous voilà face à de multiples doutes et de multiples contradictions… et c'est d'ailleurs exactement ce qui ressort des alliés de cet odyssée libyenne qui titubent sans trop savoir qui doit diriger les opérations

et voilà que l'heure n'est plus si grande pour le va t en guerre Nicolas Sarkozy dont les objectifs électoraux sont démasqués écrit encore le Guardian...

et voilà aussi que pour Barak Obama tout se complique... rajoute le Financial Times... parce qu'Obama ne veut pas marcher sur les traces du va t en guerre Georges W Bush... alors il tente de refiler cette guerre à L'Otan... mais que voudrait dire l'Otan sans l'accord de l'Allemagne ni la Turquie ?... de même rajoute le FT comme de très nombreux confrères... qu''est ce que c'est que ces frappes sur Tripoli alors que personne n'ose dire ouvertement que le but réel de l'intervention c'est la mort de Kadhafi?

mais surtout rajoute le China Daily... la politique à courte vue de l'occident se fait au détriment du peuple libyen... car ce sont toujours les civils qui payent le prix d'une intervention militaire... ainsi, une guerre ne peut jamais être humanitaire écrit le quotidien chinois... le vrai défi maintenant serait enfin de tenter de trouver des solutions pacifiques à la crise libyenne et surtout d'imaginer un « après Kadhafi » qui assure la sécurité et la paix au peuple libyen... et cela c'est effectivement très compliqué

et oui répond le Temps en Suisse c'est cela le monde éclaté de Barak Obama

Rarement président aura dû faire face à autant de situations nationales cruciales pour les intérêts stratégiques américains: l’Egypte, le Yémen, le petit royaume de Bahreïn, encore, derrière lequel se font face les deux géants du golfe Persique, l’Arabie saoudite et l’Iran… S’ajoute maintenant la Libye et puis l'israel mais surtout le Japon et l’avenir de l’énergie nucléaire.

Bref conclut cette caricature de la Repubblica... nous sommes tous complètement nus...

et l'on y voit un avion de chasse recouvert d'un smiley symbole du mouvement pacifiste

nous voilà pris au piège de notre système écrit le quotidien italien de gauche dans la page qui suit... celle d'une société où l'esthétique a supplanté l'éthique... et c'est vrai dans la vie de chacun de nous... sur notre lieu de travail par exemple... la beauté ou les signes extérieurs de beauté sont indispensables à nos curriculums... il faut "avoir l'air"...à tout prix... même s'il s'agit d'avoir l'air d'être compétent... et qu'on ne l'est pas du tout... c'est finalement un système qui instrumentalise l'esbroufe et le mensonge

et la Libre Belgique rajoute... car aujourd'hui le citoyen a cédé la place à l'homme de marché : un zombie inculte et asservi qui évolue dans un monde de cauchemar où l'esprit libre et critique est devenu l'ennemi numéro un... et où le débat n'a plus que l'apparence du débat

ce mensonge... c'est ce que fustige la presse asiatique notamment à propos de l'intervention libyenne.. mais c'est aussi ce que fustige la presse japonaise à propos de la catastrophe nucléaire de Fukushima

parce que tout le pays est pris d'une peur panique... écrit le Asahi à Tokyo…alors que les traces de radioactivité sont maintenant partout... chacun cherche à savoir s'il est porteur de radioactivité dangereuse pour sa santé... un vent de panique qui nous met tous le dos au mur... nous n'avons plus nul part où aller, si nous voulions fuir... nous ne pouvons pas rattraper ce qui a été fait... il faut nous contenter du pays que nous avons, de la planète que nous avons et tirer les leçons de ce qui s'est passé...

et la première des leçons c'est sans doute le mariage douteux entre les opérateurs du nucléaire et les organes de régulation de cette énergie... c'est une question qu'il faut poser partout particulièrement dans des pays comme la France où le nucléaire représente 75% de l'électricité et où la société civile ne semble pas vouloir réagir face à la catastrophe japonaise...

Imaginez un premier jour de printemps qui ne soit pas fait du brouhaha discret de la vie sauvage? continue l'éditorial du quotidien américain... "un printemps silencieux" avait écrit avec horreur Rachel Carson en 1962 pour sonner l'alarme environnementale dans la société américaine... et bien aujourd'hui alors que Greenpeace parle de « zone morte » autour de Fukushima et que tout l'hémisphère nord craint l'arrivée du nuage radioactif; nous voici devant le paradigme de notre civilisation... celui qui oppose la nature à l'homme et à son industrie...

un paradigme qui est au centre de la frayeur des allemands si prompts à rejeter le nucléaire! Et l'International Herald Tribune explique ce matin que cette peur du nucléaire, comme le pacifisme des allemands d'ailleurs, est une question culturelle dans ce pays qui place la nature au centre de ses préoccupations depuis les romantiques allemands jusqu'à la deuxième guerre mondiale... peu de politiques peuvent faire aujourd'hui l'économie de cette mentalité de la peur du risque des allemands et c'est ainsi que l'on doit comprendre la double décision d'Angela Merkel de suspendre l'activité nucléaire de l'Allemagne et de ne pas intervenir en Libye.

alors les allemands sont ils des visionnaires? sans doute pas ! répond un peu plus loin l'International Herald Tribune mais l'énergie nucléaire n'est d'ailleurs qu'un épiphénomène d'une urgence que les allemands ont senti mieux que leurs voisins ... à savoir l'indispensable urgence de prendre en considération notre planète... et de lutter contre le réchauffement climatique... c'est sur cette question là que nous sommes tous nus

Et c'est ce grand défi qui nous unit termine la Repubblica en Italie… autour d'une réalité qui est la nôtre à tous : la mort... car la mort est notre seule certitude et notre seul point commun... et c'est finalement aussi notre seule chance... parce qu'elle réunit le monde entier... et de citer Sénèque

« la mort n'est pas un problème... le problème c'est la peur qu'elle suscite! »

Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......