LE DIRECT

Attaques dans le Nord Sinaï : qui sont les responsables ?

4 min

Au lendemain d'une vague d'attentats sans précédent qui a fait des dizaines de morts, l'Egypte s'est dite déterminée à éradiquer les jihadistes du groupe Etat islamique dans la péninsule du Sinaï. Face à ces vives tensions à quelques kilomètres de son territoire, Israël a immédiatement entrepris de fermer ses points de passage et de renforcer son dispositif militaire.

Abu Bakr al-Baghdadi, commander of the Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL)
Abu Bakr al-Baghdadi, commander of the Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL) Crédits : Handout - Reuters

L'Etat islamique est à nos portes. Après la série d'attaques revendiquée par Daech et qui a fait des dizaines de morts dans le Sinaï égyptien mercredi, Israël observe désormais d'un œil inquiet cette offensive spectaculaire. Quand THE TIMES OF ISRAEL, cité par le Courrier International, juge que l’Etat juif est encerclé par les islamistes radicaux, son confrère YEDIOT AHARONOT avertit : nous devons nous préparer à la possibilité que cette attaque évolue vers une offensive contre la frontière israélienne.

Et de fait, renchérit le journal de gauche HA'ARETZ, les combats qui font rage dans le Sinaï ont franchi la ligne, qui sépare la lutte contre des cellules terroristes d’une guerre à part entière. Il s’agit d’une guerre sur plusieurs fronts, contre un ennemi qui emprunte la technique de Daech en Irak et en Syrie, comprenez prendre possession d’une ville entière, y établir le pouvoir de l’EI, puis étendre rapidement son contrôle sur les villages et les régions environnantes. A présent, on s’attend à ce qu’ils cherchent à entrer dans la bande de Gaza. L’organisation Etat islamique a d'ailleurs diffusé un message, mardi dernier, dans lequel elle menace de renverser le pouvoir du Hamas à Gaza, pour le remplacer par un véritable régime islamiste.

Et puis l'autre grande question, poursuit toujours HA'ARETZ cité par le Courrier International, concerne la réaction de la population de la région du Sinaï, principalement composée de tribus bédouines. Pendant des années, non seulement elles ont été exclues par la société et le gouvernement égyptien, mais les promesses d’Al-Sissi de développer la région du nord-Sinaï et de créer des emplois n'ont par ailleurs pas été tenues. Or si certaines de ces tribus ont promis de collaborer avec l’armée, d’autres et en particulier celles qui ont été brutalement évacuées de leur domicile à la frontière avec Gaza pourraient être tentées de collaborer avec l’organisation Etat islamique, laquelle offre de généreux salaires à ceux qui rejoignent ses rangs.

Quoi qu'il en soit, plus le temps passe, plus les actions de Daech ensanglantent le monde arabo-musulman et plus la vision d'un Etat islamique éprouvette s'impose avec force, l'objectif étant de donner le coup de grâce à un monde arabe chancelant et à une religion stigmatisée, peut-on lire dans les colonnes du QUOTIDIEN D'ORAN. Sauf que le régime égyptien tient aussi sa part de responsabilité. C'est en tous les cas l'analyse défendue par un professeur de journalisme sur le site de Reuters. Après l’éviction en juillet 2013 de Mohamed Morsi, le premier président démocratiquement élu du pays, l’insurrection islamiste a été violemment réprimée. Le nouveau pouvoir, aux mains de l’armée, a lancé une campagne agressive de suppression de toute opposition politique. Et sous couvert de cette lutte, il a notamment fait adopter en février dernier une loi qui a pavé la voie à l'arrestation des personnes soupçonnées d'apporter un soutien aux Frères musulmans. Or le problème, renchérit son confrère libanais de L'ORIENT LE JOUR, est que si l'on ne fait que de la répression, alors la lutte antiterroriste ne peut pas fonctionner. On l'a déjà vécu avec l'Algérie, 10 ans de guerre au terrorisme et, au final, il a fallu trouver une concorde politique. Eh bien en Égypte, la situation est analogue, il n'y a pas de volonté politique de mettre fin à cette répression.

Or c'est là précisément que se situe le danger, qui a échappé à tous ceux, dans le monde arabe comme en Occident, qui sont restés silencieux après le coup d’Etat égyptien, reprend LE QUOTIDIEN D'ORAN. Si à court terme, le pouvoir autoritaire semble en effet apporter de la stabilité, à long terme en revanche, il nourrit le ressentiment et renforce l’idée que la seule façon d’obtenir du pouvoir est la violence. Et voilà comment à force de diaboliser tous les islamistes, cela devient une prophétie auto réalisatrice.

D'où cet édito signé cette fois-ci du journal suisse CORRIERE DEL TICINO, lequel dénonce les funestes atermoiements de l'Occident. Confrontés aux cruautés de l'EI, nombreux sont ceux qui se demandent pourquoi on ne se résout pas à envisager un engagement militaire. Ce serait tout à fait possible d'un point de vue technique, compte tenu des limites de l'EI. Sauf que ni l'Europe ni les Etats-Unis ne parviennent à se décider. Et c'est ainsi que l'histoire du Proche-Orient, depuis la fin de l'Empire ottoman jusqu'à nos jours, constitue une longue succession de choix politiques occidentaux qui, s'ils n'ont pas forcément été tous erronés, ont été marqués par des erreurs, des indécisions et des changements de perspective, qui ont généré des situations de plus en plus déplorables.

Et LE QUOTIDIEN D'ORAN de rappeler notamment que de l'aveu même de Hilary Clinton, Daech reste une créature des services américains, sous-traitant pour leurs homologues israéliens, un tueur par procuration titre le journal. Désormais, l'histoire est en route avec au volant le chef de l'EI, Al Baghdadi lequel tient dans sa poche un permis à tuer ses frères de race et de religion. Et voilà comment le monde, surtout arabo-musulman, assiste impuissant aujourd'hui au carnage, sans que toute une coalition de plusieurs pays européens et arabes, super-armée, ne puisse venir à bout de la sauvagerie.

Par Thomas CLUZEL

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......