LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Benazir et Cécilia

5 min

Deux femmes occupent le devant de la scène ce matin dans la presse internationale... Deux femmes que tout oppose. L'une a été visée par un attentat suicide cette nuit. Benazir Bhutto en est sortie indemne, mais le bilan est très lourd : au moins 130 morts. L'ancien Premier ministre du Pakistan est revenue pour conduire son parti aux législatives de janvier... Elle se savait menacée par Al Qaïda... La Libre Belgique le rappelle, Benazir Bhutto avait promis à plusieurs reprises d'éradiquer la menace islamiste... Tout avait si bien commencé pourtant... Elle avait été accueillie à Karachi par 250 000 sympathisants qui jubilaient, chantaient, dansaient, tapaient sur des tambours. Un retour triomphal sur ses terres pour Le Temps... Des partisans qui lui vouent un véritable culte... Un admirateur prononce même ces mots qui désormais résonnent bizarrement : "La fille du pays ne risque rien parce qu'elle est sous la protection de Dieu"... Mais aussi et surtout sous la protection de 20 000 policiers. Les autorités redoutaient moins les attentats suicides que les débordements, paraît-il... Et pourtant, elle a été visée par 2 explosions précise le Soir... Après le poids des mots, le choc des photos... Le Dailymail diffuse une série de clichés qui nous plongent dans le chaos... On y voit cette lueur dans la nuit qui nous laisse deviner des véhicules déchiquetés, sous les sourires narquois des affiches de campagne... Les cadavres jonchent le sol, les secours en blouse blanche s'activent pour sauver ceux qui peuvent encore l'être... Plus bas, les images du retour triomphal, le sourire radieux de Benazir Bhutto sur le tarmac de l'aéroport de Karachi. Et puis les larmes... L'émotion d'une femme de retour sur sa terre après 8 ans d'exil. Une fête qui s'est subitement transformée en cauchemar, se lamente l'Orient... "Un retour au Pakistan dans le sang" titre le Soir qui ose un parallèle historique... Le quotidien belge rappelle qu'en 1986 déjà, un million de personnes attendaient la alors jeune Benazir pour l'acclamer. Elle rentrait après deux ans d'exil à Londres pour restaurer la démocratie. C'est la même scène qui s'est répétée hier sauf que cette fois, ce sont les islamistes d'Al Qaïda qui menaçaient la sauveuse autoproclamée... N'avait-t-elle pas déclaré imprudemment qu'elle autoriserait les frappes américaines sur les sanctuaires de l'organisation terroriste en territoire pakistanais... A 54 ans, celle qui a été la première femme à avoir dirigé un pays musulman moderne pourrait bien redevenir Premier ministre dans son pays en remportant les législatives. Une femme qui souhaite devenir Premier ministre du Pakistan, une autre qui ne veut plus être première dame de France... Comment ne pas évoquer ce matin la nouvelle tant attendue qui passionne le monde entier ? Le divorce des Sarkozy... Chacun y va de son commentaire. Le quotidien espagnol ABC titre : Cécilia, l'insoumise... Biographie très à l'eau de rose de la désormais ex-Première dame de France et de sa vie sentiementale très mouvementée où "la tentation de la chair" a toute sa place... Du roman Arlequin, on passe au portrait au vitriol de la Tribune de Genève de celle qui "a semé une belle pagaille dans le diplomatie française"... Elle avait annoncé la couleur : "First Lady, ça me rase"... Loin des pièces jaunes de Bernadette, le journal suisse évoque ses caprices de diva, ceux d'une femme qui ne voulait endosser le rôle de la première dame de France que si ça l'arrangeait... Et qui s'est bien accomodée des avantages de sa fonction... La Tribune qui fait appel à 2 spécialistes français pour mesurer les conséquences politiques de ce divorce... Alain Duhamel les minimise : les citoyens vont se reconnaître dans l'épreuve que le Président traverse, elle l'humanise... Philippe Ridet rappelle que Cécilia avait une grande influence quand son mari était ministre, notamment dans la composition du cabinet. Et si tout cela n'était qu'un grande farce, s'interroge le quotidien conservateur allemand Die Welt ? Jusqu'à la fin, les Sarkozy ont préservé l'apparence d'un couple heureux, avec des talents dignes des comédiens... Le Tagesspiegel se pose directement la question : "Et si tout cela n'avait été que du spectacle ?"... Le quotidien berlinois centriste qui affirme que Nicolas avait besoin de Cécilia pour se présenter à la présidentielle. Les Français n'auraient jamais pu élire un célibataire...Cécilia habillée pour l'hiver également par La Bild... Le tabloïd titre : séparation à l'Elysée Palace... Il rappelle cette anecdote sur une femme impossible à gouverner... Lors d'un dîner officiel avec Angela Merkel, le portable de Nicolas avait sonné... Angela avait sursauté... Cécilia annonçait que finalement elle ne viendrait pas. C'était donc bien une femme imprévisible confirme Le Soir en Belgique... Et l'héroïne d'une pièce tragi-comique pour le Temps qui en récapitule les 3 actes... L'apogée d'un couple qui se prend pour les Kennedy, puis la dégringolade, puis le rabibochage... Le Soir donne la parole à l'opposition qui dénonce la peopolisation de la vie politique française... Pour Annick Lepetit, le Président choisit comme par hasard le jour de la grève pour annoncer son divorce... Simple coïncidence fait-elle semblant de s'interroger ? Noël Mamère est plus affirmatif : il s'agit d'une manipulation... La libre Belgique donne la parole aux internautes qui sont très nombreux à réagir. L'un d'entre eux évoque en titre la vie si peu privée de Cécilia et Nicolas. Plus de sobriété du côté de la presse anglo-saxonne... "Le Président français annonce son divorce" titre tout simplement le Los Angeles Times... Le site de la BBC précise que la séparation n'a pas posé de problème, tout s'est réglé à l'amiable. Ouf ! on est rassuré... Même retenue pour l'Orient. Le quotidien libanais qui titre : "Cécilia et Nicolas Sarkozy, c'est fini"... Il rappelle que le couple a fasciné les Français par son côté people et glamour, mais aussi par ses crises et ses mystères... Peut-être même que cela a un peu influencé les électeurs. Sarkozy leur avait promis la rupture. Il a tenu parole...

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......