LE DIRECT

Birmanie: spectacle scandaleux!

5 min

Bonjour thomas bonjour à tous Mon petit garçon n'a que 10 mois et mon mari est paralysé ... mais on ne peut rien faire... l'hôpital ne veut pas de nous parce qu'il n'y a plus d'eau plus d'électricité... les gens commencent à se révolter... ils sortent dans la rue avec toute sorte d'armes, des morceaux de fer, des grands sabres... les épidémies ont déjà commencées, parce que les survivant évoluent parmi les cadavres et sont forcés de boire de l'eau souillée... cela fait 6 jours que le cyclone est passé... des tonnes de vivres et d'aide médicale s'entassent à la frontière sans pouvoir atteindre ces millions de personnes qui en ont besoin...après le tsunami l'aide internationale avait été débloquée en 72 heures et des milliers de vies avaient ainsi pu être sauvées... mais là, tout est bloqué... je n'ai pas de nouvelles de ma famille... hier j'ai finalement réussi à joindre un ami pour en avoir... mais il ne les trouvent pas... je suis tellement inquiet voilà quelques un des témoignages que l'on peut lire sur les blogs des sites de réfugiés birmans... repris dans les pages de la presse européenne qui s'alarment à l'unisson ce matin de la situation en Birmanie 6 jours après le passage du cyclone Nargis... et c'est le site de la BBC qui donne le plus d'information parce que son reporter Paul Danahar est l'un des rare journaliste a s'être aventuré dans les villages du delta d'Irrawady le plus touché par le cyclone... on y trouve des localités littéralement balayées où les survivants hagards n'ont pas vu de personnes extérieures au village depuis 6 jours... pas de militaires pas de policiers... ils sont complètement isolés... et puis rajoute t il ; on est sans nouvelles de centaines de milliers de personnes prises au piège derrière des ponts effondrés et des routes bloquées Birmanie abandonnée titre alors La croix Tragédie birmane pour le Financial Times Les chiffres chocs... lance la Repubblica italienne Le martyr du peuple birman affiche la une du Figaro Les témoignages de l'enfer préviennent la Tribune de Genève et le site de la BBC Une catastrophe dans la catastrophe... résume la Libre Belgique L'horreur...après le désastre rajoute encore la Vanguardia en espagne Alors faites passer l'aide avant la politique et malgré la junte... s'insurgent le Times et le Guardian à Londres Alors que die Welt et la Berliner Zeitung en Allemagne... persistent à voir dans cette catastrophe une promesse d'ouverture et de changement politique La Birmanie vous l'aurez compris se partage donc la plupart des pages internationales de la presse européenne ce matin... parfois derrière les violences qui ont repris au Liban souvent en tout cas derrière le témoignage de Jospeh Fritzl cet autrichien accusé d'avoir violé et séquestré sa fille pendant près de 25 ans voilà qui fait dire au Guardian que la presse est décidément devenu un "peep show morbide"... la couverture médiatique des évènement internationaux est un révélateur des valeurs du journalisme d'aujourd'hui... prenez par exemple la télévision américaine... d'habitude si peu encline à couvrir des évènements qui se passent en dehors de son territoire... même chose pour la presse populaire d'où qu'elle vienne, où la section internationale se limite les bons jours à une ou deux pages... et bien rien que cette semaine... constate le Guardian... le Sun a alterné ses unes entre deux histoires venues de l'étranger... la Birmanie et le scandale du monstre autrichien... et je suis sûr dit l'éditorialiste que le même constat peut être fait dans de nombreux pays européens... Faut-il y voir enfin cette ouverture vers l'extérieur tant rêvée par Marshall Mac Lulan? ce canadien qui avait inventé le concept de "village global" en considérant que la mondialisation allait ouvrir les esprits dans un grand partage humain universel? Malheureusement non ! se lamente le Guardian... ces nouvelles venues de l'étranger concernent le monde entier certes, mais pas pour les bonnes raisons... c'est par pur voyeurisme, que les unes s'empilent sur la Birmanie comme sur l'Autriche... parce que l'information est devenue spectacle... et un spectacle pervers considère l'article... parce qu'il ne renseigne même pas sur les pays dont il est question... pire il en déforme la vision via des raccourcis dangereux... c'est ainsi que l'Autriche se met à devenir ce pays peuplé de pervers inspirés par un passé nazi mal digéré... C'est ainsi que la Birmanie est un peuple passif qui va de catastrophes en catastrophes Remarque nuance l'auteur... dans le cas birman les choses sont un peu différentes peut être parce que le spectacle permet aussi de réunir des fonds d'aide humanitaire ... sauf qu'il maintient dans le même temps les consommateurs dans un sentiment d'impuissance perplexe... et finalement à une énorme distance du drame ! Et pourtant ce n'est pas faute de tenter de les concerner... rajoute le Soir en Belgique des millions de sans abris... des survivants qui errent entre les cadavres noircis d'êtres humains et d'animaux... les risques de typhoïde, de malaria, d'hépatites... et pas de carburant pour acheminer quoique ce soit Toutes les ONG dressent ce portrait dantesque de la côte birmane... écrit le quotidien belge... pendant que les agences des Nations Unies trépignent aux frontières parce que la junte militaire au pouvoir ne veut pas voir entrer d'étranger avant la tenue du référendum constitutionnel de demain et elle impose un blocus militaire C'est la catastrophe dans la catastrophe dont parle la Libre Belgique De la part d'un régime paranoïaque qui fait confisquer aux touristes leurs téléphones portables, on peut tout attendre... mais cette entrave à l'aide internationale dépasse l'entendement des organisations humanitaires et des gouvernements étrangers au point que la France et les Etats Unis demande d'imposer cette aide à la junte... du jamais vu pour une catastrophe naturelle C'est scandaleux... clament tous les éditorialistes D'un cynisme infâme... écrit le Financial Times... il faut passer en force... considèrent Bernard Kouchner et David Miliband le ministre des affaires étrangères britannique dans les colonnes du Times...ce qui veut dire aussi forcer la chine à coopérer d'une seule voix avec l'aide internationale et non pas faire cavalier seul... En même temps, comment voulez vous que la chine coopère nuance le Guardian... elle ne veut pas laisser rentrer d'aide étrangère au Tibet... pourquoi forcerait elle la junte birmane à la faire ? Décidément tout est politique écrit alors La Croix... la junte montre tout simplement que sa survie au pouvoir est plus importante que des dizaines de milliers de vies humaines... Alors peut être faudrait il privilégier les solutions les plus apolitiques possibles au moins à court terme... et laisser l'ONU parler d'une voix pour négocier l'entrée de l'aide internationale... et ce, en espérant qu'à moyen et long terme le cyclone Nargis ait un effet dévastateur sur le pouvoir birman... car tout régime sous quelque latitude que ce soit est jugé par sa population sur sa capacité à la protéger... or le régime birman a failli ... Nargis n'a sans doute ouvert qu'une petite brèche, mais c'est une brèche de plus une brèche que la junte peut être n'a pas prévu... mais que la communauté internationale elle, doit prévoir, en préparant dés à présent un Nuremberg birman... écrit la Vanguardia qui se plait à citer un poème birman du 20ème siècle de Khin Hnin Yu "Vous qui luttez dans ce monde avec l'espérance de dominer les autres et de vous élever sur les petits... comment pouvez vous entendre le chant de la lune!"

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......