LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Bob Dylan est-il raciste ?

5 min

Par Thomas CLUZEL

S’il y en avait un dont on ne s’attendait pas qu’il tînt des propos ségrégationnistes c’était bien lui. Et bien déchantez à présent, commente avec ironie LE TEMPS de Genève, puisque Robert Allen Zimmerman, si connu pour son engagement historique dans le mouvement pour les droits civiques des Noirs aux Etats-Unis, adulé par des centaines de milliers de fans dans le monde entier, sera bien jugé en France où il a été entendu et mis en examen pour injure et provocation à la haine.

Rendez-vous compte, lui le pacifiste, celui qui a joué devant le Lincoln Memorial juste après que Martin Luther King ait prononcé son célèbre « I Have a Dream » Dylan porté au pinacle par une frange d’intellectuels qui voient en lui un poète génial et universel, adoubé notamment par le premier président noir des Etats-Unis Barak Obama comme le plus grand chanteur américain de tous les temps Dylan inscrit chaque année sur les listes du Nobel de littérature le gentil Dylan qui au printemps dernier encore était jugé trop pacifiste pour mériter la Légion d’Honneur qui lui a finalement été accordée le mois dernier : comment Bob Dylan a-t-il pu se retrouver accusé d’incitation à la haine raciale ? La nouvelle, commente le magazine américain SLATE, a de quoi vous l'admettrez faire tiquer quiconque le connaissant un tantinet.

Tout est parti d’une de ces interviews-fleuves, que le musicien n’accorde qu’une ou deux fois par décennie, en l’espèce à l’édition américaine du magazine ROLLING STONE en septembre 2012, à l’occasion de la sortie de son dernier album. Dans cet entretien, repéré par le quotidien croate SLOBODNA DALMACIJA et relayé en anglais par le site CROATIAN TIMES, Dylan est interrogé sur sa vision de l’Amérique d’aujourd’hui par rapport à celle de la guerre de Sécession. Et que dit-il ? Très précisément, que les Etats-Unis sont trop obsédés par la couleur de peau. Que les Noirs savent que certains Blancs n’auraient jamais abandonné l’esclavage. Et que si on les avait laissé faire, ils seraient même encore sous leur joug. Or les Noirs ne peuvent pas faire semblant de l’ignorer. Et le chanteur d'ajouter : si vous avez du Ku Klux Klan dans le sang, les Noirs peuvent le sentir, même encore aujourd’hui. Tout comme les juifs peuvent sentir le sang nazi et les Serbes le sang croate. D'où la colère donc d'une association croate en France, laquelle a décidé de poursuivre le chanteur américain pour ce rapprochement ambigu, c'est vrai, entre Croates et Nazis. On ne peut pas dire que les criminels de guerre croates représentent tous les Croates accuse notamment l'association.

A défaut d’entendre les explications du chanteur sur cette interview, on reliera évidemment ses propos à au moins deux épisodes sanglants de l'histoire des Balkans, précise toujours le magazine SLATE. Tout d'abord, la guerre qui a provoqué l'éclatement de la Yougoslavie dans les années 1990. La guerre qui a opposé la Croatie à la Serbie a duré cinq ans, fait 20.000 morts et provoqué le renvoi devant le Tribunal Pénal international pour l’ex-Yougoslavie de nombreux dignitaires des deux camps, dont notamment trois militaires croates qui ont finalement été acquittés. Et puis il faut aussi se souvenir que pendant la Seconde Guerre mondiale, la Croatie a été gouvernée par le régime des Oustachis, allié aux nazis, lesquels avaient créé un Etat satellite du IIIème Reich. Et des centaines de milliers de Serbes, de juifs, de Tziganes et de Croates antifascistes sont morts dans les 24 camps de concentration mis en place par le régime pro-nazi, en particulier au camp d’extermination de Jasenovac, surnommé «l’Auschwitz croate».

Voilà donc pour les faits historiques auxquels pensait, sans doute, Bob Dylan qu’on ne soupçonnera pas d’être inculte en la matière. Sans doute n’aurait-il pas dû faire un rapprochement entre Croates et nazis. C’est cette ambiguïté qu’on lui reproche, sans que l’on comprenne d'ailleurs pourquoi l’accusation ne porte pas aussi sur le lien avec le Ku Klux Klan. Reste toutefois à savoir si l’on a affaire à des propos racistes ou plutôt à une dénonciation de ce type de propos, toujours présents dans nos sociétés.

On rappellera simplement pour l'anecdote tout d'abord, que Bob Dylan, selon THE LOS ANGELES TIMES, reste le musicien préféré des juges américains ou du moins celui qu’ils citent le plus volontiers dans leurs jugements. Et puis surtout, lui qui refuse catégoriquement l'étiquette de "protest singer" sera sans doute heureux, cette fois-ci, de rappeler à qui de droit combien son oeuvre est jalonnée, justement, de compositions contre le racisme.

En 1964, après l’assassinat d'un militant noir, abattu par un membre du Ku Klux Klan, Dylan écrit « Only A Pawn In Their Game », dans laquelle il fustige le racisme d'Etat.

MUSIQUE

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......