LE DIRECT

Bruits de bottes en Amérique Latine

5 min

Bonjour Ali bonjour à tous Vent de guerre en Amérique latine... titre ce matin la Stampa en Italie alors que le Times de Londres lance l'Amérique latine à deux doigts de la guerre C'est l'idée qui domine ce matin dans les pages internationales de la presse européenne pendant que les sites des journaux sud américains affichent des photos de militaires en armes... des croquis de mouvement de troupes L'alarme a été donnée hier... explique la Vanguardia en Espagne...et toute l'Amérique latine se mobilise frénétiquement pour éviter toute violence militaire et empêcher qu'un incident ne dégénère en hostilités... tous les gouvernements sont donc en contacts diplomatiques intenses sur le sujet... en cause... l'assassinat samedi dernier d'un responsable présumé des Farcs par la Colombie sur le territoire équatorien... depuis, l'Equateur exige une promesse écrite de Bogota devant l'organisation des états américains qui siège aujourd'hui à Washington qu'elle ne violera plus jamais son territoire... quelqu'en soient les raisons! les frontières ... voilà une question très sensible en Amérique Latine commente le site de la BBC... et c'est la raison pour laquelle tous les gouvernements du continent prennent l'incident Raul Reyes très au sérieux... parce que la dernière fois qu'il y a eu un problème de frontière c'était en 95 entre l'équateur et le Pérou ... et les hostilités avaient fait au moins 100 morts... cette fois s'ajoute en plus la position des Etats Unis qui soutiennent la Colombie d'autant plus qu'ils dépensent des millions de dollars depuis des années pour lutter contre les Farcs et de jours en jours la crise se complique... explique le Temps en Suisse... parce que l'élimination samedi du numéro deux de la guérilla colombienne a provoqué une escalade de tension entre la Colombie et son autre voisin... le Venezuela... Hugo Chavez qui a lui aussi comme l'Equateur envoyé des troupes à la frontière par précaution et également parce que ses relations avec Bogota ne sont pas au beau fixe et puis il y a maintenant les deux ordinateurs portables et les documents saisis par l'armée colombienne ce week end et dont le contenu commence à être dévoilé... un contenu explosif... dit l'article... en tout cas s'il est authentique... un contenu qui surtout, permet au président colombien de passer de l'accusé à l'accusateur! alors qu'est ce qu'il y a dans tous ces documents... et bien toute la presse s'en fait l'écho ce matin et particulièrement el Tiempo en Colombie Des lettres de Raul Reyes... attesteraient de contacts réguliers entre les Farcs et un proche du président équatorien Rafael Correa... Dans ces missives le numéro 2 de la guérilla marxiste demande à l'Equateur de lui laisser les mains libres à la frontière colombienne en organisant le retrait d'officiers équatoriens hostiles aux "communautés locales"... et en échange Quito demande aux Farcs d'organiser une opposition de masse au président colombien Uribe accusé d'être un pion dangereux de la Maison Blanche dans la région et ce n'est pas tout... parce que dans les ordinateurs, la police colombienne dit aussi avoir la preuve que la Guérilla des Farcs a reçu un financement direct du Venezuela à hauteur de 300 millions de dollars Les documents font aussi état de plusieurs conversations entre Hugo Chavez et le chef suprême des farcs Manuel Marulanda ... où ce dernier lui promet son soutien en cas d'agression des Etats Unis et enfin... la police révèle aussi que les Farcs ont envoyé une cargaison de drogue vers le Mexique en échange de 50 kilos d'uranium la contrattaque est de taille... commente alors la Voz en Argentine... après avoir clamé le droit de défense contre le terrorisme qui mine la Colombie voilà que Bogota accuse le Venezuela et l'Equateur de connivence directes avec la guérilla... cette fois l'escalade est dangereuse et bien plus inquiétante que la guerre en mots que nous servent habituellement la Colombie et le Venezuela... c'est à toute l'Amérique latine de se mobiliser aujourd'hui aux vues des éléments concrets pour trouver la voie de la conciliation... et retrouver un peu de sens commun Le problème c'est que nous sommes face à deux chefs d'état qui s'accrochent tant bien que mal au pouvoir... commente Clarin toujours en Argentine... Uribe voudrait briguer un autre mandat alors que la constitution le lui interdit... il compte donc sur le soutien des Etats Unis et refuse catégoriquement de gérer le problème des Farcs autrement que par le rejet absolu de leurs revendications... de l'autre côté Chavez saisit une occasion de plus de galvaniser le peu de citoyens vénézuéliens qui lui font encore confiance... entre les ambitions de ces deux hommes conclut l'article, c'est tout l'équilibre de la région qui est en jeu et puis encore une fois... nous voilà face à une ingérence directe des Etats Unis dans la région.... s'insurge la Jornada au Mexique.... parce qu'enfin... Uribe n'aurait jamais pris seul la décision de violer un territoire voisin... la Maison Blanche n'est elle donc pas en train d'organiser elle même toute cette tension pour pouvoir d'une seule main rejeter ses ennemis Farcs et légitimer une guerre contre les récalcitrants à son influence que sont le Venezuela, l'Equateur et la Bolivie on est donc face à une crise à trois niveaux écrit l'éditorialiste d'el Pais en Espagne... même s'il est peu probable que la poudre prenne feu aux vues de accords économiques qui lient les trois pays... la situation est grave notamment parce qu'elle risque de changer complètement la stratégie des Farcs... car Raul Reyes étaient finalement l'un des plus enclin à négocier a libération des otages c'est donc un coup dur pour Ingrid Betancourt titre la Libre Belgique alors que l'ex mari de la colombienne s'insurge dans les colonnes du Temps en Suisse... Uribe se fout des otages... c'est un manipulateur de géni... il parvient à créer des situations qui à chaque fois le montrent comme un président ferme et cachent du coup des affaires embarrassantes comme les dossiers paramilitaires par exemple... l'option de la pression militaire vis à vis des Farcs est donc une manière de récupérer l'opinion mais ça ne change rien à la situation du pays..... parce que la guérilla ne peut pas être anéantie si facilement... elle compte 17 000 hommes implantés dans des régions perdues de la Colombie et très aguerris... il faut donc les prendre en compte et accepter l'accord humanitaire qu'ils proposent... car vouloir libérer les otages par la force c'est non seulement illusoire mais c'est aussi tous les condamner à mort! et c'est sans parler du danger d'une telle opération pour la Colombie... conclut un commentaire d'el Tiempo... car cela suppose évidemment de faire des incursions dans les pays voisins au mépris des règles internationales... et le journal s'inquiète... il ne faudrait pas que nous devenions l'Israël du continent sud américain!

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......