LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Cannes, un monde de violence déconnecté de la réalité?

5 min

Bonjour ali bonjour à tous la ville a quelque chose de serein et de calme... mis à part bien sûr les tapis rouges et les fêtes nocturnes sur la plage... mais dans l'ensemble Cannes est une ville tranquille ... peut être particulièrement tranquille d'ailleurs cette année... quel contraste pourtant avec les écrans qui brillent et résonnent de brutalité et d'horreur ... car voilà ce qui d'après cet article du New York Times caractérise cette 62ème édition du festival de cannes qui ferme ses portes ce week end... la violence... la violence omniprésente ... rajoute la presse espagnole... il y a d'abord le bistouri du Ruban Blanc D'Haneke... un film qui explore la méchanceté crue... nous dit la Vanguardia ... et le mal est également poussé à l'excès dans l'Antichrist de Lars Von Trier qui confesse dans les colonnes d'el Pais... c'est que mon inspiration vient de mes peurs... et puis il y a cet espèce western spaghetti de Tarantino sur la guerre... bref conclut le quotidien de Madrid... Cannes semble tout faire cette année pour nous retourner l'estomac... pour titiller notre sensibilité avec des atmosphères malsaines, des sentiments malades malgré l'apparente normalité comme si le festival de Cannes voulait se faire l'écho de la violence de notre vie contemporaine... continue la Stampa en Italie ... le sang le sexe la provocation la passion sans fin... la dernière ligne droite du festival ne verse ni dans la rédemption ni dans l'espoir... mais présente un monde où les hommes se débattent dans un univers d'incompréhension et d'injustice c'est normal... commente le Scotsman... bah oui c'est la crise comme disent les français ... même s'il ne faut pas se leurrer nuance l'article écossais... tout autant que le cinéma est une illusion de la réalité... les affaires des producteurs et autres lobbies du film tournent à plein comme d'habitude à Cannes ... mais en coulisse une illusion de la réalité cette violence ? ... sans doute oui continue l'International Herald Tribune Tous les ans il semble que Cannes s'articule autour d'un thème ... d'un fantasme collectif... et cette année 2009 c'est sans aucun doute la violence ... mais continue l'article il est étrange de constater que ce fantasme vient de cinéastes qui vivent du meilleur côté de la barrière... la violence est leur exutoire alors que face à eux ceux qui vivent la violence au quotidien font en revanche tout pour insuffler une forme d'espoir dans leurs films... c'est particulièrement vrai nous dit l'IHT du cinéma israélien et palestinien ... trois films cette année ont été présentés à Cannes... « Jafa »... « adjami » et « le temps qui reste »... trois films qui fantasment non pas la violence mais la réconciliation de deux monde qui se fuient... l'humour partagé L'humour c'est d'ailleurs ce qui caractérise aussi une industrie du film en pleine expansion... rajoute ce long reportage du Wall Streets Journal ... le Nollywood... la scène du film nigérian... dans un pays vérolé par la corruption l'instabilité politique et le meurtre... les gens sont devenu accros de cinéma... raconte le quotiden américain... mais accros d'un cinéma de divertissement... accros de mélodrames accros de comédies Alors n'est il pas un peu cynique un peu déplacé finalement de nous gargariser ainsi de fureur et de brutalité... s'interroge le Guardian...nous avons même cette année à cannes le premier film d'horreur sur la crise financière avec « Drag me to hell » de Sam Raimi... ça en dit long sur notre malaise non ? ou plutôt sur celui du comité du festival oui parce qu'il y a Cannes et puis il y a le grand public... celui du milliard de tickets vendus en Europe tous les ans... rappelle le Spiegel qui dans un entretien avec Mickael Palin vous savez le vétéran des Monthy Python prévient... la crise financière vous allez voir va accoucher d'un sursaut d'humour au cinéma... ce qui était impossible au temps de la grande peur d'al Quaïda à cause du politiquement correct ... mais les temps de crise économique sont la meilleure inspiration pour les comique dit il... les comédies sont toujours plus nombreuses en période de grand désespoir ... c'était vrai lorsque nous avons créé les premiers monthy pyton et l'histoire vous allez voir va se répéter... parce que le rire c'est un catharsis ... termine t il... pour aller mieux il faut savoir rire de soi en tant qu'individu et en tant que société ... même si cela implique une forme d'humour noir! Est ce à dire que les stars de Cannes passeraient à côté de leur audience et finalement à côté de la réalité ?...en voulant paradoxalement faire trop réel ?... en tout cas c'est ce que suggère le journal allemand alors que le Guardian rajoute... parce que finalement dans la vraie vie il y a des histoires beaucoup plus passionnantes... c'est le cas avec cette affaire incroyable que la Stampa n'hésite pas à appeler « Bonnie and Clyde » Imaginez ce que vous feriez si un jour en regardant votre compte bancaire... vous découvrez que votre demande de découvert de 10 000 euros faite en serrant les dents auprès de votre banques dont les slogans publicitaires vante la possibilité d'une vie nouvelle... et bien vous découvrez que votre banque s'est trompé et vous a crédité de 4 millions d'euros... qu'est ce que vous feriez ? et bien répond le Guardian vous feriez comme ce couple recherché dans le monde entier... et qui a fuit la nouvelle zélande au début du mois après être ainsi accidentellement devenu millionnaire... l'histoire passionne tous les néo zélandais raconte le Guardian qui s'interrogent un peu hypocritement sur la moralité de leur fuite... voilà conclut le journal...de quoi faire taire tous les cyniques et de quoi faire rêver les foules qui n'ont pas forcément besoin d'une salle obscure d'où la conclusion du dossier de La Croix ce matin sur la magie du cinéma... on touche là à tout le paradoxe du cinéma ... la salle obscure réussit ce miracle d'abolir la distance... elle nous abstrait du monde mais en même temps elle nous place au coeur du monde ou plutôt au bord du monde et de sa réalité... en l'occurrence c'et pareil bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......