LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Comment protéger la culture: Le cinéma espagnol en grève contre les quotas.

5 min

Bonjour Ali bonjour à tous Comment protéger au mieux la culture? C'est la question que se pose ce matin toute la presse espagnole parce que depuis hier et pour 24 heures les espagnols sont privés de cinéma... près de 93% des salles ont ainsi fermé en signe de protestation contre un projet de loi qui fait polémique depuis plus d'un an et que le parlement débat actuellement à Madrid... Un projet de loi qui vise à rendre obligatoire un système de quota dans les salles et à la télévision pour protéger le cinéma espagnol et européen! Voilà un sujet épineux et qui n'intéresse pas vraiment le grand public ...explique le reproter de la Vanguardia... parce que quand les salles sont fermées... les spectateurs sont surpris bien sûr mais quand les salles sont ouvertes de toute façon il y a bien peu de spectateurs... alors cette grève a été accueillie dans l'indifférence d'autant qu'elle crée finalement une grande confusion dans les esprits... c'est que ce quota de projection qui impose la projection d'un film espagnol pour 3 films étrangers s'est mis tout le monde à dos sauf les producteurs explique la Razon... qui seront les grands gagnants de cette loi qui augmentera encore leurs subventions... D'où la colère notamment des acteurs traducteurs et danseurs qui en ont assez de ne « jamais jamais jamais être reconnus... on donne tout au monde de l'argent » s'insurgent ils dans les colonnes du journal... « jamais aux travailleurs jamais aux artistes... nous nous ne sommes pas contre les quotas bien au contraire nous pensons qu'ils sont nécessaires pour protéger l'industrie cinématographique espagnole ... mais nous voulons une loi plus ambitieuse qui nous reconnaisse en tant que créateurs ( au même titre que le metteur en scène le chef photo le monteur le directeur artistique et bien d'autres) ».... et les acteurs rajoutent « nous voulons donc une loi de grande ampleur pour toute la profession qui ressemble à la loi française sur le cinéma ... ça n'est pas seulement une question économique c'est avant tout une question de principe » Une position radicalement différente des autres grévistes et manifestants qui ont fermé la plupart des 4000 salles de cinéma espagnoles écrit el Périodico... ils protestent contre ce quota de projection qui les oblige à diffuser 25% de films espagnols... une intervention de l'état ... inconstitutionnelle injuste et inutile disent ils... même si ce quota dit le journal existe depuis le régime franquiste en 1941 « Il s'agit d'améliorer la santé de notre cinéma espagnol » s'explique la ministre de la culture dans les colonnes du Madridiario... car dans notre pays les films espagnols sont de plus en plus visionnés oui mais pas dans les salles de cinéma... à la maison cad à la télévision en dvd et très souvent évidemment via des piratages... ce qui rend une réforme absolument nécessaire... il faut dire précise encore le journal que le cinéma espagnol ne fait pas recette sur son territoire avec seulement 15% de parts de marché... bien sûr il y a quelques grands succès comme Volver, le Labyrinthe de Pan ou Alatriste en 2006... mais c'est bien peu face aux 150 productions espagnoles de l'année qui ne se sont pas imposées face aux Blockbusters hollywoodiens... mais ça n'est pas de notre faute s'insurgent la fédération des cinémas espagnols dans les colonnes d'el Pais... pas de notre faute si les productions espagnoles n'intéressent pas le public !... l'état voudrait forcer les gens à payer pour aller voir des films qu'ils n'ont pas envie de voir... c'est aberrant sur le principe... et pour nous c'est un manque à gagner inacceptable... Alors ça n'est pas là que l'état devrait agir mais bien plus sur les grandes majores hollywoodiennes qui nous imposent des prix faramineux pour diffuser leurs films américains... Réponse de la ministre de la culture espagnole... nous ne pouvons pas faire une loi sur les abus du marché il existe des tribunaux pour cela mais le vrai problème c'est qu'il y a trop de salles de cinéma chez nous ... commente encore la présidente d'une maison de production dans les colonnes d'el Pais... on a construit et encore construit des lieux alors que l'offre se maintenait.... ce qu'il faut c'est une reconversion industrielle de tout le secteur ... et pourquoi pas créer en Espagne ce système de « salles d'art et essai » qui privilégieraient avec le soutien de l'état des impératifs culturels plutôt que purement commerciaux.... Mais en attendant ce que veulent les cinémas écrit encore el Pais... c'est assouplir ce quota de 25% d'oeuvres espagnoles ou européennes... ou tout du moins que l'état leur alloue des compensations pour ce faire... et c'est vrai dit le journal qu'il faut plus de flexibilité parce que si tous les états européens ont imposé des mesures protectionnistes... elles sont moins rigides que dans ce projet... la France par exemple préfère reverser 10% du prix de chaque entrée pour la production française... une mesure beaucoup plus compatible avec le marché et dont l'Espagne devrait s'inspirer... mais il est peu probable continue le quotidien de Madrid que le projet de loi soit changé en ce sens... d'une part parce que coté gouvernement le dialogue n'est toujours pas ouvert et surtout dit el Pais... le problème c'est que la profession n'est pas unie... et cette journée de protestation disparate le montre... pour protéger le cinéma espagnol il s'agirait surtout de faire front commun contre les abus du cinéma américain... il n'est pas besoin d'une loi par exemple pour faire comme aux Etats Unis... éviter le doublage des films étrangers ce qui poussera presque immédiatement les espagnols vers les films diffusés dans leur propre langue « Pauvre cinéma espagnol ! »... titre alors ABC... voilà ces acteurs et ces artistes d'ordinaire si sensibles aux causes de la paix et du progrès et qui pleurent sur leur sort parce qu'ils sont complètement ignorés disent ils du gouvernement... et voilà ces distributeurs si généreux si responsables devant les demandes du public si loin de toute spéculation si prompts à protéger la culture... eux aussi maltraités par le gouvernement.... un gouvernement dans lequel la ministre de la culture dit vouloir rechercher le dialogue mais sans jamais s'en donner les moyens... alors décidément non ! nous n'allons pas pleurer sur le destin du cinéma espagnol ! écrit ABC... une profession si auto complaisante si infantile... pauvre art sans public... pauvre industrie sans voile... une telle autosatisfaction stérile... un tel narcissisme gratuit est inacceptable face à un public qui paye sa place et ses impôts et que les dits acteurs de la culture ignorent complètement... alors ABC conclut c'est indécent et cela devrait plus que jamais nous pousser à nous interroger sur ce qu'est la culture espagnole... et sur ce fossé qui se creuse de plus en plus entre ses acteurs et son public.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......