LE DIRECT

Conférence d'Annapolis sur le Proche Orient: un mince espoir derrière une chronique d'un échec annoncée!

5 min

Bonjour Ali bonjour à tous Mission impossible! ... voilà la phrase qui barre la Une de l'Independent en Grande Bretagne ce matin... et ça résume assez bien le sentiment de la presse étrangère qui commente amplement aujourd'hui la conférence d'Annapolis qui démarre demain aux Etats Unis et qui est censée relancer le processus de paix au Proche Orient, au point mort depuis 7 ans Alors Annapolis sera t il un nouveau départ pour la paix? ... s'interroge le Temps en Suisse qui nuance tout de suite dans son éditorial... en tout cas le risque d'une déception est bien là ! Chronique d'un échec annoncé... titre alors la Libre Belgique Annapolis l'ultime occasion lui préfère la Stampa en Italie La conférence des opportunités... lance el Pais Car c'est peut être bien le chemin de la paix qui s'ouvre... espère le Diario de noticias au Portugal Parce que ce qui est certain c'est qu'on y croit encore à un avenir meilleur... dit un professeur palestinien dans les colonnes du Guardian alors la presse anglo-saxonne martèle : En tout cas il y en a des enjeux ... et particulièrement pour Georges W Bush... à l'image de l'Economist qui fait sa Une sur « Monsieur Palestine: Georges W Bush » alors du côté de la presse israélienne... c'est le pragmatisme voir le scepticisme qui règne..."en route pour Annapolis sans aucune illusion" lance par exemple le journal Haaretz ce matin car il y a quelque chose de désespérant à entendre les réactions en Israël écrit l'article... derrière le lyrisme d'Ehoud Olmert qui clamait samedi que "ces jours à venir étaient historiques!."... on entend d'un côté l'extrême droite qui qualifie la conférence de nouvel holocauste et met en garde contre toute concession dangereuse... de l'autre, il y à l'extrême gauche qui promet le chaos si cette dernière chance de conciliation israélo palestinienne n'est pas soutenue!... Sauf que ces prêcheurs d'apocalypse n'ont aucune substance... nuance l'éditorialiste du journal... Annapolis n'est rien d'autre qu'une tentative pour institutionnaliser un changement d'atmosphère qui a déjà eu lieu entre Israël et la Palestine... il s'agit maintenant tout simplement de sortir officiellement et aussi modestement que ce soit de l'impasse issue de l'échec des accords de Camps David en 2000 et de la seconde intifada... Tous ceux qui espèrent un nouvel accord de grande ampleur se trompent et ignorent la réalité de la situation sur le terrain... le fossé est tellement grand entre les tenants modérés de chaque camp, que même une déclaration de principe semble impossible... parce que cette déclaration ne peut pas ignorer la demande palestinienne de revenir aux frontières de 1967 et transformer Jérusalem en une capitale à deux Etats... impossible pour Israël ... dit le journal... autant qu'impossible pour la Palestine de reconnaitre Israël comme l'état national juif... alors on le voit... conclut l'article le chemin est encore très très long vers l'accord de paix... mais il faut s'accrocher à n'importe quel petit succès... cette réunion israélo-palestinienne aussi vide soit elle et même si elle est organisée pour redorer le blason de Georges Bush est sans doute une petite marche vers la paix dans notre région et du côté de la presse arabe on retrouve le même scepticisme... « voilà un nouvel exercice de futilité »... titre l'Iran Daily... qui s'insurge du sort des palestiniens toujours cloitrés par les sionistes dans leur prison territoriale... plus modéré El Hayat considère également que personne ne doit voir en Annapolis une conférence de paix du type Camp David ou Madrid... le monde se réunit cette fois pour dire aux palestiniens qu'il fait de leur cas une priorité et aux israéliens qu'ils faut qu'ils aillent dans le sens d'une résolution à deux états... alors même si la conférence d'Annapolis n'est pas on le sait la conférence du miracle ... rien que sa tenue est un point de départ parce qu'elle sort un petit peu la Palestine de son isolement et de sa marginalisation... mais on sait bien conclut l'article... que les grands mots optimistes sont presque une insulte à la situation sur le terrain... car ils ne font rien pour améliorer le sort des milliers de palestiniens opprimés tant par Israël que par le Hamas Les rapports de force sur le terrain... c'est bien ce qui inquiète l'éditorialiste de la Libre Belgique ce matin avec sa « chronique d'un échec annoncé ».... sans vouloir faire l'oiseau de mauvais augure il avoue que cette prétendue conférence le laisse perplexe quant à son architecte et ses principaux protagonistes et dubitatif quant à ses résultats... tout simplement parce que la légalité internationale à savoir l'organisation des Nations Unies est écartée au profit des seuls protagonistes du terrain... Annapolis risque donc d'apparaitre comme le temple des regrets... dit la Libre... parce que les trois principaux protagonistes Bush Abas Olmert sont des dirigeants affaiblis... le premier cherche à redorer son blason... le deuxième à rehausser son image face au rival islamiste et le troisième à faire oublier la gestion calamiteuse de la guerre contre le Hezbollah... tous les trois sont guettés chez eux par leurs adversaires politiques... alors qu'attendre s'interroge le journal.... d'une conférence où les protagonistes sont tous pieds et poings liés ? ... qu'attendre aussi d'une conférence où les véritables problèmes territoriaux ne sont pas soulevés ? parce que le conflit israélo-palestinien a beau être le plus médiatique du monde... continue le Diario de Noticias au Portugal... un conflit également dans lequel tout le monde semble vouloir prendre parti... finalement c'est un des conflits le plus incompris et sans doute le plus illogique... car c'est un conflit qui au fur et à mesure de ses 59 ans d'existence n'a cessé de se compliquer.. Aujourd'hui c'est vrai on sent comme une accalmie entre les deux partis aussi ténue soit elle ... elle doit être matérialisée par cette conférence d'Annapolis qui doit jeter les pavés sur le chemin qui conduira la Palestine à avoir un Etat et Israël à vivre en sécurité... et ce, conclut le journal, en faisant fi de toutes les divisions politiques internes des protagonistes... alors c'est vrai renchérit la Stampa en Italie... elle sont nombreuses les raisons qui poussent à croire que la conférence d'Annapolis sera un nouvel échec ou dans le meilleur des cas une jolie photo... mais il y a aussi des raisons d'espérer... parce que pour une fois les Etats Unis semblent enfin avoir compris que si le conflit israélo palestinien n'est pas la cause de tout le mal au Proche Orient... faire la paix à Jérusalem facilitera certainement l'avenir de l'Irak et de l'Afghanistan ainsi que de leurs voisins.... et la Stampa conclut ... alors il est temps maintenant que l'Europe fasse de même et cesse enfin dans ce dossier comme dans tant d'autres qui lui sont liés, de jouer les timorées ! et c'est vrai que s'il l'on s'en tient uniquement aux réactions d'opposition qu'elle suscite, tant de la part du Hamas que des iraniens de la Syrie ou de la droite dure israélienne... la conférence d'Annapolis est déjà un succès... commente le Temps ce matin en Suisse qui s'explique... que tout ce beau monde s'éreinte ainsi à décrédibiliser la conférence est sans doute la meilleure preuve de sa pertinence... à savoir une réunion pour modérés israéliens et palestiniens entourés d'une multitude de parrains de bonne volonté afin de donner un nouveau départ à cette région submergées par la violence et le désespoir... mais malheureusement conclut l'éditorialiste ça n'est pas si simple et le risque est grand que tout cela ne termine en pur exercice théâtral... de quoi terrasser les partisans de la paix et le reste d'espoir des populations sur le terrain Alors il ne faut surtout qu'Annapolis soit une nouvelle opération photographique lance l'International Herald Tribune... parce qu'elle entrainerait la région vers encore plus de cynisme et plus de violence... notamment via un renforcement du Hamas... ce qui veut dire qu'il faut que Monsieur Palestine se rattrape... dit l'Economist..... et pourtant Georges Bush est bien la dernière personne que l'on attend sur ce dossier... mais il a à jouer sa sortie de scène... et c'est ainsi conclut l'Independent que Bush est aujourd'hui de manière paradoxale, la clef pour le début du redémarrage d'un balbutiement de processus de paix au Proche Orient ... une clef conclut le journal britannique qui doit être habilement tournée par l'Europe... notamment via l'aide financière à la Palestine qui sera définie le mois prochain... afin qu'Annapolis ne soit pas finalement qu'une insultante illusion politique!

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......