LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Crise du crédit acte 2: sinistrose européenne?

5 min

Bonjour thomas bonjour à tous Je sais ... cela ne se fait pas à la veille du repos estival... le soleil, la mer, le farniente...tout va bien et on doit voir la vie en rose... et pourtant cet éditorial exprimera l'inquiétude... pas la fatalité non mais l'inquiétude ainsi commence l'éditorialiste de la revue Regard ce mois ci... et il n'est pas le seul à s'inquiéter ; tous ses confrères européens lui emboitent le pas la Vanguardia en Espagne qui prévient... la situation est très alarmante... le panorama passe de gris clair à gris sombre et gris très sombre et le Daily Telegraph renchérit... les espoirs selon lesquels le pire serait passé sont réduits à néant... les choses vont de plus en plus mal C'est la chute libre... lance la Stampa.... le pays est à genoux... dit la Repubblicca en Italie Alarme hystérie... la crise est interminable... vous l'entendez c'est le même champ lexical qui parcourt toute la presse européenne ce matin Alors à votre avis de quoi parle t elle ?... de la crise politique belge qui s'aggrave... de la révolution qui se prépare au sein de l'église anglicane? Non... tous les journaux d'Europe s'inquiètent ce matin de cette tempête économique venue d'Amérique qui vient de toucher toute l'Europe... titre l'International Herald Tribune l'Espagne l'Irlande le Danemark sont au bord ou déjà au coeur d'une récession... écrit le quotidien américain ... l'Italie stagne... la France s'affaiblie à vitesse grand V... la Grande Bretagne enregistre une inflation à 3,8% ...et même l'Allemagne la locomotive européenne commence à fléchir... alors bien sûr tous les économistes avaient prédit que l'Europe souffrirait de la crise financière américaine mais le malaise est venu plus vite que prévu à la surprise ou torpeur générale... un an après les Etats Unis... les pires prédictions se vérifient et l'été va offrir à toute l'Europe une crise économique historique Crise du crédit acte deux... titre alors le Temps en Suisse alors qu'en Belgique le Soir lance : les bourses européennes plongent à leur plus bas niveau depuis 2005 ... et chaque quotidien de décliner les conséquences nationales de cette crise Aux Pays Bas...le NRC Handelsblad s'alarme des difficultés de la banque néerlando-belge Fortis, dont les actions ont perdu les deux tiers de leur valeur... si les évènement américains semblent ne pas concerner l'Europe, l'absence de signe n'est pas une garantie et rien n'indique que la crise financière ait déjà atteint son niveau le plus bas... l'expérience de Fortis le montre... et nous devons en tirer une leçon... pour rétablir la confiance des consommateurs (qui est la base de notre économie... le seul moyen d'endiguer la crise)... les paroles réconfortantes et les beaux chiffres sont aujourd'hui bien peu de choses La chute... c'est le mot qui revient sur toutes les unes espagnoles ce matin à propos de la faillite du principal groupe immobilier du pays Martinsa Fadesa... la chute de l'immobilier latente depuis des mois en Grande Bretagne en Irlande a atteint l'Espagne de plein fouet... écrit la Vanguardia le groupe s'est mis en cessation de paiement faute d'avoir pu obtenir une ligne supplémentaire de crédit... car Martinsa est endetté à hauteur de plus de 5 milliards d'euros.. mauvaise gestion, mauvaise évaluation des risques pris lors de la fusion avec Fadesa explique l'article... mais surtout c'est la bulle immobilière qui est à l'origine de cette faillite ... alors le pire est à craindre pour tout le secteur... car la nouvelle ne va pas rassurer les investisseurs... ainsi conclut le quotidien de Barcelone... pour éviter un effet domino le gouvernement doit absolument restaurer la confiance des citoyens c'est en effet la leçon à tirer immédiatement de cette crise... renchérissent Abc et el Pais... l'exécutif doit cesser de nous bercer d'illusions... il doit sévir contre les dérapages ... ceux des gestionnaires et des actionnaires qui se satisfont (comme les américains avant eux) de garanties trop fragiles pour accorder des crédits... il s'agit dorénavant d'appliquer les leçons que nous étions si prompts à donner aux américains il y a un an... ou alors nous allons vers un gouffre bien pire Bankitalia l'affolement italien... titre encore très alarmiste la Stampa qui se fait l'écho non seulement de la chute de la bourse italienne hier mais aussi de l'inquiétude officielle du ministre italien de l'économie... nous sommes au bord d'une nouvelle crise de 29 car poursuit l'éditorialiste du journal... le pire est arrivé... les efforts de banques centrales pour endiguer la crise depuis un an ont échoués... même Ben Bernanke le numéro un de la fed, la banque centrale américaine, l'a reconnu hier... et sa déclaration pessimiste est d'autant plus effroyable que depuis deux ans il était un des derniers à garder un ton modéré et confiant... mais maintenant c'est sûr... la situation n'est pas sous contrôle... ni les banques centrales ni les gouvernements n'ont les moyens de gérer cette crise... aujourd'hui le roi est vraiment tout nu et face à cela continue la Stampa, le citoyen italien ou européen est plus perplexe que préoccupé... plus incrédule qu'alarmé ... il est encore bercé par l'illusion que ce qui s'est passé aux Etats Unis va affecter l'Europe oui, mais d'une manière atténuée et surement pas avant l'automne ou l'hivers prochain... pas pendant l'été non, pas pendant les vacances... mais il a bien tord prévient le journal... le crise est là, bien plus sévère que prévue, elle ne peut pas être gérée au niveau national... et c'est ça le défi que l'union européenne doit relever bien plus que celui des rencontres avec la méditerranée... mais se lamente le journal... le fait est que l'UE elle aussi se berce d'illusions car cela fait un an que nous vivons dangereusement... alors il fallait s'y attendre... rajoute le Financial Times cela fait un an que l'Europe espère qu'elle ne sera pas trop touchée par le marasme américain qu'elle espère... mais sans rien faire... pire qu'elle se lamente... creusant ainsi sa propre dépression et sa propre récession ... cette fatalité est la pire des médecine... Car il y a des solutions techniques économiques et financières pour résoudre cette crise qui n'est finalement qu'une crise de plus... écrit l'Independent... et il faut comprendre que les marchés ne sont pas le reflet de l'économie mondiale mais une conséquence... alors nous sommes c'est vrai aux coeur de la tempête mais c'est là, une très bonne nouvelle... car il faut admettre la crise pour pouvoir la gérer... et je peux d'ores et déjà apercevoir le bout du tunnel Alors surtout gardons le moral termine l'éditorialiste du Financial Times et moi c'est bien ce que je compte faire... j'arrête la déprime je pars en vacance et je reviens fin août Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......