LE DIRECT

Désastre biblique en Australie.

5 min

par Cécile de Kervasdoué

Dévastation...

c'est le mot de la presse internationale... d'abord à propos de ce « bien triste anniversaire du séisme en Haïti où un an après les 230 mille morts, l'heure est toujours au statut quo »... écrit le pays au Burkina Faso qui s'interroge sur les mesures d'urgence lors de telles catastrophes... pourquoi l'aide internationale n'a t elle pas été transformée contrairement à ce qui s'était produit lors du tsunami en Asie? Interroge le quotidien burkinabé qui répond d'un trait: à cause de l'incurie des acteurs politiques ! Résultat en Haïti c'est l'année zéro comme le titre el Periodico... Haïti est toujours dévastée

Dévastée, comme dans une prophétie biblique... n'hésite pas à lancer el Mundo toujours en Espagne…mais cette fois, il ne s'agit plus d'Haïti... mais d'une autre catastrophe qui anime tous les sites de presse qui regorgent ce matin des mêmes images incroyables ... celles des inondations dans le Queensland en Australie

Sur ces mêmes vidéos qui font le tour du monde: des gens attendant désespérément sur le toit de leur maison, leurs meubles de jardin, n'importe quel promontoire, qu'un trop rare hélicoptère vienne les secourir... trop rare explique le site d'al Jazzera parce que les conditions météo s'ajoutent au millier de demandes d'évacuations

des maisons entières ont été submergées par ces inondations dramatiques... beaucoup de gens n'ont pas entendu les messages d'alerte à temps, parce que l'eau les avait déjà coupé du monde

« Oh mon Dieu, ça va vite, très très vite »... commente un homme derrière une vidéo postée sur You tube où l'on voit minute par minute une rivière sortir de son lit et tout emporter sur son passage

sur d'autres images, un père une mère et leur fils dérivent sur le toit de leur voiture

une scène devenue emblématique et qui a suscité la réponse du premier ministre australien reprise notamment par le Sydney Morning Herald... Julia Gillard qui explique que la mère et l'enfant ont été sauvées mais que le père fait parti des quelques 90 disparus...

Ce sont les pires inondations qu'aient connu le pays depuis plus d'un siècle ! peut on lire partout

à tel point confie un habitant au reporter d'al Jazzera qu'on se demande si ça peut être encore pire

oui, répond le premier ministre « il faut s'attendre à pire pour ce jeudi

parce que la montée des eaux menace maintenant la troisième ville du pays : Brisbane »

et c'est la Une du Sydney Morning Herald cette nuit les morgues de toute la région ont pris des mesures d'urgence et le premier ministre du Queensland prévient... « il ne s'agit pas d'un évènement touristique... on est là devant un véritable désastre naturel... cessez de prendre des photos et des vidéos ... restez chez vous... et quand vous entendez la consigne, emporter le minimum et évacuez les zones inondables »

c'est ainsi que près de 150 mille personnes ont commencé à évacuer cette nuit les faubourgs de Brisbane une ville de 2 millions d'habitants... et le journal explique : il s'agit de lâcher du lest sur le barrage qui protège la ville, la principale de toute la région ... le barrage est tellement saturé qu'il faut le vider un peu pour éviter qu'il ne craque tout simplement.

et une vidéo montre en rouge l'immensité du territoire de la ville qui va être inondé dans les prochaines heures

d'où le titre du quotidien de Brisban... « le monde de l'eau »

au 20ème jour de la crise les inondations semblent ne plus pouvoir être arrêtées

la vie est suspendue pour des milliers d'habitants... entre ceux qui font les bagages à la hâtes et les autres déjà bloqués sans électricité... sans moyens de locomotion et avec la peur constante des serpents qui envahissent les maisons

oui répète le Sydney Morning Herald nous sommes au bord d'un désastre aux proportions bibliques

à l'ouest de Brisbane... ce sont près de 3000 foyers qui vont disparaitre sous l'eau... et il y en encore 3000 autres dans d'autres quartiers, comme si nous n'avions pas su tirer les leçons des inondations de 74...

D’où la polémique qui commence à enfler dans les pages australiennes et dont se saisit l'éditorialiste de the Australian

mais enfin comment se fait il que nous en soyons là? lance t il

Quand je me suis installé à Brisbane... j'y ai vu une ville brillante, moderne, riche, connue pour ses jardins et surtout protégée des inondations... et voilà que je me retrouve mes traumatismes d'enfant du Queensland avec la boue, la rivière, les secours qui n'arrivent pas...

et vous savez pourquoi les gars? parce que comme dans toute la région on a tous cru que les fortes pluies pouvaient être maitrisées orientées... Résultat on a construit en zones inondables et le pire est en train d'arriver

le pire c'est le site de la BBC qui le raconte

C’est la confrontation de deux masses d'air... l'une froide venue d'Amérique du sud ... l'autre chaude venue d'Australie... elles se rencontrent au dessus du Queensland créant de fortes très fortes précipitions qui ne devraient pas s'arrêter de tout le mois

Mais qu'est ce que vous voulez qu'on fasse ?... dit un ancien au reporter d'al Jazzera... les pluies c'est comme ça... ça pleut ça inonde et puis ça repart jusqu’à la prochaine fois... il faut s'y faire

Se résigner... ce n'est pas le ton de la presse australienne en tout cas...

Alors que les journaux du monde sont fascinés par les images de ce territoire inondé grand comme la France et l'Allemagne réunies répètent ils à l'envie

the Australian fustige... arrogance encore trop d'arrogance! voilà notre désastre biblique...

Bonne journée

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......