LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Egypte: doutes existentiels

5 min

par cécile de Kervasdoué

Les assaillants du musée du Caire qui s'en sont pris aux trésors archéologiques égyptiens se sont trompés... dans l'aveuglement sans doute ou la précipitation... ils ont pillé non pas le musée en lui même... mais la boutique du musée !

ils ont emporté en masse des figurines de plâtre... des faux, qu'ils ont pris pour des pièces authentiques... je vous assure ! Ils ont pris la boutique pour une salle d'exposition du musée... preuve qu'ils n'y mettent pas souvent les pieds? Non?

Voilà de quoi nous faire sourire un peu face à toute la violence qui nous vient d'Egypte ces jours derniers... pourtant ça n'a rien d'un détail... ça n'a rien d’amusant !

ce qu'explique cet article d'el Pais à Madrid... c'est que ce pillage manqué est indispensable pour comprendre ce qui se produit en Egypte ... on ne pourrait trouver meilleure marque de notre société postmoderne, ou fièrement contemporaine... si le musée du Prado (ou celui du Louvre) avait deux versions, la plus visitée serait sans aucun doute la fausse… parce que le monde entier est fasciné par les copies !

De ce fait, nous vivons bel et bien dans une société d'apparence… de démocraties apparentes dans lesquels les présidents font semblant de présider, les ministres font semblant d'administrer et les sous-secrétaires... euh... mais c'est quoi au fait des sous secrétaires ?

L’imitation est devenue tellement fidèle que les autorités politiques ont réellement fini par croire qu'elles dirigeaient le monde!!! et ils sont là tous nos chefs d'état... à se gargariser de voitures à chauffeur et de rendez vous officiels... persuadés qu'ils dirigent comme nous le leur avons demandé via nos votes !

Ils ont pris leur reflet pour une réalité... alors que nous autres citoyens sommes devenus une imitation quasi parfaite des citoyens réels.

Ainsi, ne sourions pas trop des égyptiens qui confondent les pièces authentiques et les copies termine el Pais... parce que nous autres espagnols... nous avons fini par nous satisfaire d'une reproduction en plâtre du fameux état de droit

El Pais n'est pas le seul à se livrer ce matin à ce type de catharsis au regard des évènements égyptiens…ce matin partout dans le monde des journaux s'interrogent sur la valeur de leur démocratie

L’Egypte soulève des doutes existentiels titre le Temps en Suisse

La Repubblica en Italie fait le lien entre le dictateur égyptien et le président du conseil italien qui vient d'endosser des nouveaux habits de menteur...car un chef d'état n'est jamais très loin d'un dictateur… c’est sans doute pour cette raison que l'Europe nous gratifie d'un silence assourdissant sur la question

« la grande onde humaine qui est en train de se soulever dans tout le monde arabe... qui dépasse maintenant l'Egypte pour aller en Jordanie au Yémen et maintenant en Syrie fait peur à tous les dirigeants... la Chine ... écrit le quotidien italien vient ainsi de censurer le mot "Egypte"' sur des moteurs de recherche de nombreux sites internet, histoire de ne pas donner de mauvaises idées aux chinois... en Europe on ne se tait pas tout à fait mais l'extrême prudence des déclarations n'enlève pas ce sentiment de malaise chez les citoyens qui finissent tiens eux aussi par s'interroger: comment se fait il que l'Europe ne parle pas d'une seule voix celle de la démocratie dont elle a pourtant inventé les principes? »

et bien c'est que ces principes se sont dilués... considère le Budapest Sun en Hongrie... tout simplement parce que l'ont joue un peu trop en Europe avec les gros mots

ainsi on a pu entendre ce mois derniers des journaux allemands ou britanniques taxer la Hongrie de dictature parce qu'elle a porté au pouvoir un homme d'extrême droite qui tente de museler la presse... bien sûr c'est très grave et nous ne devons pas l'ignorer ... mais de là à comparer la Hongrie avec la Biélorussie de Loukachenko ou même avec la Russie de Poutine... le raccourci est trop court... et la Grande Bretagne devrait le savoir... si elle se penche sur l'ère Thatcher par exemple, elle fera sans doute aisément la différence entre un état hyper centralisé et une dictature, non?

Assez de leçons semble répéter le quotidien hongrois... et c'est ainsi que le Spiegel ce matin s'inquiète... il y a encore 20 ans l'ouest était un modèle notamment pour l'Europe de l'est ... mais aujourd'hui l'Europe a trahi ses propres valeurs alors ce ne sont plus la liberté et la démocratie à l'occidentale que les révolutionnaires arabes demandent mais sans aucun doute une forme de démocratie islamiste ... comme celle que nous avons à Gaza depuis 2006... Les frères musulmans sont devenus l'alternative au modèle de démocratie occidental... et pour l'Europe c'est un échec tonitruant

rien d'étonnant finalement considère pour sa part le Global Times en Chine qui se plait à marteler que la démocratie ne peut pas s'appliquer partout, comprenez : et surtout pas en Chine... oui bien sûr le concept de démocratie fait rêver tout le monde mais la démocratie c'est un mode de vie avant d'être un système politique ... un mode de vie à l'occidental qui ne convient pas à toutes les régions du monde... et c'est pourquoi on a vu de multiples révolutions colorées ne jamais aboutir à la démocratie

Ainsi, on assiste sans doute à la mise en place d'un nouveau rideau de fer au proche orient… considère pour sa part le Moscow Times qui n'hésite pas: toute révolution en Egypte au Yémen ou en Syrie sera de toute façon fondamentaliste... ainsi nous allons bientôt assister à une confrontation aussi violente que celle qui opposa en d'autre temps le capitalisme au communisme… le monde sera une fois de plus divisé en deux

Pas si vite ! lui répond le quotidien turc Huriyet... il existe un autre modèle de démocratie en pays islamiste et la Turquie est certainement celui là... qui propose une forme d'oscillation permanente entre principes laïcs et marques religieuses

c'est ainsi continue le Jordan Times en Jordanie que dans nos pays ou l'islam est un acteur majeur... il faut être un très fin politique pour savoir gérer toute ces crises... c'est ce qui s'est produit en Jordanie ces jours derniers... le gouvernement a su donner d'une main pour se maintenir au pouvoir... c'est aussi ce que n'a pas su faire Moubarak qui est loin d'être un fin politique et qui va tomber pour cette raison là

Vraiment ? interroge al jazzera... et si au contraire Moubarak avait déjà gagné?

Même si tous les commentateurs internationaux répètent le contraire... Aujourd'hui les laïcs égyptiens ont perdu, l'opposition est trop divisée et tout est dans les mains de l'armée qui a déjà commencé à faire son petit business... de quoi aller dans le sens de l'adage: les révolutions n'ont finalement jamais l'air de ce que les révolutionnaires imaginent

Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......