LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

En finir avec le despotisme éclairé!

6 min

par Cécile de Kervasdoué

« Je ne peux que pleurer ce matin...

J’ouvre le journal... je lis les titre... rien de réjouissant

Toutes les pages ressemblent à celles des nécrologies

Crimes, vol, agressions, scandales

Les guerres sont partout

Des hommes des femmes des enfants sont privés de vie

La mort prématurée nous suit partout

et le pire... pas un seul jour ne passe sans une séance de voyeurisme de ce voisin criminel »

C’est l'éditorialiste de l'Orient le jour au Liban qui parle ainsi...

le voisin criminel, la définition même de toute violence, ce voisin abrité par les puissances mondiales et qui s'est imposé grâce à la bêtise arabe... ce voisin que nul voisin ne peut supporter et qui n'est même pas notre voisin... ce voisin donc, le fait pleurer…

« Jusqu’à quand nos frères palestiniens vont ils vivre sans abris

Jusqu’à quand nos frères arabes vont ils vivre dans la peur de cet ennemi...

Je ne comprends pas termine t il... et je ne peux que pleurer! »

La presse libanaise n'est pas la seule à laisser parler sa colère ce matin.... alors que comme le titre le quotidien israélien

c'est auréolé de victoire et d'applaudissements du congrès américain que le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu va revenir en Israël... il a choisit la manière forte... s'opposer à Barak Obama

sans concession... commente le Temps en Suisse... le premier ministre israélien a défendu sa position intransigeante du règlement du conflit israélo palestinien... voilà une nouvelle fois rejetés les pourparlers avec les palestiniens, qui s'appuieraient sur les frontières de 1967... Comme ce qu'avait pourtant proposé Barak Obama la semaine dernière

Ce n'était que donc que du vent !... s'énerve le Quotidien d'Oran en Algérie ce matin

l'avancée purement rhétorique de Barak Obama sur un Etat Palestinien fondé sur les frontières de 1967 a été gommée d'un coup... la faute au premier ministre israélien ?... même pas... commente le quotidien algérien... et pour le cas où vous seriez encore sous le charme de la rhétorique alambiquée de Barak Obama... il est temps d'ouvrir les yeux aujourd’hui … ce qu'a vraiment dit Barak Obama devant l'Aipac, le principal lobby pro israélien américain... et malgré l'expression si symbolique de "frontières de 1967" c'est que les palestiniens devaient prendre en compte les « nouvelles réalités », comprenez les colonies de peuplement israélien... pas fou le Barak... il a une élection en vue !

mais je vous comprends... continue l’éditorialiste algérien…on est à chaque fois surpris de constater à quel point l'administration américaine a peu d'estime pour l'intelligence des opinions arabes et singulièrement pour celles de cette jeunesse arabe en révolte contre les vassalités locales

Est ce pour cette raison que les révoltes du monde arabes ont disparues des unes des grands quotidiens occidentaux?

Pourtant il y a de quoi dire... reprend l'Orient le Jour au Liban qui se plait à citer Sénèque

"toujours punir écrase la haine d'un petit nombre mais entraine la haine de tout le monde"

c’est pourquoi il faut en finir avec le mythe du despotisme éclairé ... considère le quotidien libanais

Face aux soulèvements populaires que connaît le monde arabe, certains centres de décision arabes et occidentaux estiment - malgré les populations elles-mêmes - que le monde arabe - notamment le Moyen-Orient - n'est pas encore mûr pour la liberté et que le despotisme éclairé ou réformateur est la forme de gouvernement qui lui est nécessaire. Cela se manifeste quoique implicitement par les appels aux dictatures arabes d'entretenir des réformes politiques et économiques pour faire face au souffle de liberté qui traverse les « places de Libération ».

Cependant, ces voix ne se rendent pas compte que les réformes aussi bien politiques qu'économiques sont synonymes de suicide pour les régimes arabes. Comment appeler un régime autoritaire basé sur le parti unique à favoriser le multipartisme ? Comment appeler un régime économique basé sur les monopoles à favoriser l'égale répartition de la richesse nationale ?

Réforme et révolution sont deux mots ennemis... et de citer louis de Saint Just: ce n'est que quand la liberté publique commence que la révolution se termine ... pas l'inverse...

et en terme de liberté publique il y a beaucoup à dire sur la Syrie comme sur le Yémen ces jours ci... raconte la Fohla de Sao Paulo au Brésil....

le bilan en Syrie dépasse le millier de morts... d'après les ONG... des civils, militants pro démocrates assassinés par les sbires du régime de Bachar al Assad

mais ça n'empêche pas la contestation de se répandre même timidement raconte le reporter libanais de l'Orient le Jour libanais...

A Damas... ville de 4 millions d'habitants... jusque là peu touchée par la contestation ... l'inquiétude gagne toute la population

« il y a deux semaines tout le monde croyait les assurances du gouvernement qui promettait que la crise était sur le point d'être terminée ».... confie une habitante... « mais les gens commencent à douter et à penser que cela va durer et que le pays traverse une période de profonds changements »

« le couvercle a sauté »... continue cet homme d'affaire... « le jour où l'on appris que le régime avait torturé des adolescents à Deraa »

« c'est comme une tâche d'huile qui se répand » raconte encore ce commerçant

alors qu'un autre homme d'affaire continue... « en 82 lors du massacre de la rébellion à Hama... rien n'avait filtré... mais avec les réseaux sociaux c'est complètement différent.... tout sort en dehors de la Syrie... et le mur de la peur est en train de tomber »...

mais il ne tombe pas partout ce mur de la peur... continue l'Orient le Jour...

Il est vrai que quelque chose se passe comme en témoigne cette manifestation de soutien au libyens... vis à vis des militants syriens ...voilà qu'on entend aussi des voix libanaises appeler la Ligue Arabe et les Nations Unies à protéger la Syrie ou se proposer d'envoyer des vivres et de l'aide humanitaire

mais il reste un élément clef... explique l'Orient le Jour... et il s'agit des chrétiens! Ainsi, on entend des voix chrétiennes au Liban qui appellent les chrétiens syriens à ne pas avoir peur et à rejeter ce tandem funeste qui fait que les chrétiens de Syrie trouvent dans le régime tyrannique mais laïc un moindre mal et un meilleur abri au milieu des nébuleuses islamistes du monde arabe

car elles existent ces nébuleuses et elles sont savamment instrumentalisées par les régimes en place... celui de Saleh au Yémen par exemple, dont la presse officielle dénonce ce matin l'implication d'al Quaida dans ce que the Age en Australie n'hésite plus à nommer... « la guerre civile a véritablement commencé au Yémen »... à l'instar d'un chef de tribu qui s'oppose au président Saleh... de nombreux autres seigneurs se retournent contre le régime en place, allié principal des Etats Unis dans la guerre contre le terrorisme.

Alors il serait temps que les pays les plus industrialisés du monde plus la Russie, qui se réunissent à Deauville en fin de semaine pour leur G8, se rendent compte de cette complexité du monde arabe considère l'Orient le Jour alors que le Quotidien d'Oran en Algérie renchérit... le printemps arabes s'invitera en hôte de marque à la table du G8...

Les pays riches, la France en particulier, ne voulant pas être en reste, exclus d'une partie du monde si riche en pétrole... alors l'idée est de contrôler la scène arabe à défaut d'en être les inspirateurs…

et c'est ainsi raconte l'International Herald Tribune américain, que d'ores et déjà des sommes ont été prévues pour aider les démocrates du monde arabe

Reste à savoir, termine le Quotidien d'Oran, à quelle sauce le G8 va décider d'agrémenter ce printemps arabe: celle d'une No fly Zone non appliquée comme à Gaza ou bien appliquée, comme à Tripoli ?

et l'Orient le Jour de répéter... il est temps que l'occident écoute enfin les intelligences arabes... ou alors nous n'avons pas fini de pleurer

Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......