LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Faut il déterrer les vieux démons?

5 min

Bonjour marc Bonjour à tous, il était une fois un dragon ... un dragon très méchant... très très méchant et surtout très perfide... si perfide qu'on l'appelait communément Garrrrrrrrrzon avec sa gueule de feu... il faisait des trous béants dans le sol d'un région appelée Amnésie... une région qui jusque là vivait bien tranquillement avec ses habitants toujours si gentils dans ce royaume toujours si joli que l'on appelait l'Espagne... mais rien n'allait plus depuis ce dragon très méchant terrorisait les gens en leur crachant leur passé à la figure Accompagné d'une sorcière qui portait le doux non de...mémé Moiristorique... Garrrrrrzon semait la terreur et la discorde... Alors les habitants du royaume avaient perdu tout espoir ...lorsqu'un jour l'horizon s'ouvrit enfin sur un groupe de justiciers légendaires... des femmes tiens... marie providence avec marie démagogie suivaient un monsieur, Monsieur haine... ces justiciers parvinrent aisément à fermer la gueule de ce méchant dragon sauvant ainsi l'Espagne de ce vieux démon. Voilà l'histoire à lire ce matin sur la quatrième de couv d'el Pais qui revient ce matin comme toute la presse espagnole sur cette polémique le Juge Baltasar Garzon mondialement connu pour avoir poursuivit l'ancien dictateur chilien Augusto Pinochet doit il lui aussi être poursuivi par la justice espagnole ?... poursuivi pour avoir voulu porter devant la même justice les atrocités de la guerre civile espagnole? Scandaleux écrit la Vanguardia à Barcelone... car c'est faire le jeu de l'extrême droite qui refuse de sortir aux grands jours les vieux démons du franquisme voilà que tous unanimement reprochent au juge Garzon de manquer au devoir de sa tâche...écrit l'Informacion en Alicante... et ce qu'il y a de curieux c'est que des deux côtés des organisations de magistrats (conservatrice ou progressiste)... l'ensemble de la profession semble vouloir condamner Garzon... Pourtant l'un des principes de base de notre justice c'est que les délit contre l'humanité... tuer ou terroriser un groupe de personne à cause d'une idéologie, comme ce fut le cas lors du coup d'état de Franco... tout cela ne doit pas tomber sous la coupe de l'amnistie ni de la prescription... et c'est cette même justice avec ce grand principe, qui ose dire que l'enquête de Baltasar Garzon sur les crimes du franquisme serait prévaricatrice? ...alors qu'elle ne l'était pas quand il s'est agit du Chili... c'est absurde autant qu'hypocrite ! et c'est sans doute pour cela que Garzon notre icone de la justice espagnole doit en appeler aux grandes figures judiciaires de la scène internationale pour éviter d'être suspendu dans son pays... rajoute el pais... suspension qu'il n'est même pas sûr d'éviter malgré les appels notamment de la justice européenne. Tant mieux... écrit le Confidencial...Garzon n'échappe pas à la justice... et pour une fois la justice espagnole est la même pour tous... que l'on soit un juge connu à travers le monde ou un simple citoyen... le juge qui le poursuit a donc le mérite de s'attaquer à une star mais une star qui sort trop facilement de son devoir et de sa charge... car enfin... un juge peut il ouvrir un procès de cet ampleur sans en payer les conséquences ?... est ce le rôle d'un juge de se servir de la justice pour attaquer des membres d'un parti politique dont il est ouvertement adversaire depuis des années ?... est ce le rôle d'un juge de révéler des documents secrets à toute une nation... ou bien serait ce plutôt du rôle des politiques sur la demande des citoyens... la poursuite de Baltasar Garzon est une bonne chose... écrit encore le Confidencial... parce qu'il a le mérite de remettre les juges à leur place. Les juges auraient donc trop de pouvoir ?... Voilà une question qui est également à la une de la presse britannique car hier la justice britannique a ordonné au gouvernement de rendre public des documents qui montrent qu'un ancien détenu de Guantanamo, l'éthiopien Binyam Mohamed, avait été enchainé, privé de sommeil et menacé de disparition lors de séances d'interrogatoires musclées ... séances menée par les services secrets britanniques. « il faut garder ces informations secrètes » avait dit le ministère des affaires étrangères ... « il en va de la sécurité de notre pays » il en va surtout des bonnes relation avec les Etats Unis... explique le Times de Londres ... sous ce titre le coin obscur... et cette caricature où l'on voit Obama les bras en croix qui cache un homme enchainé et ensanglanté... "nous n'avons rien à cacher" lance sur cette image le président américain tu parles... voilà une victoire de l'ouverture de la vérité et de la justice écrit l'Independent... car tout cela dépasse largement le cas de cet éthiopien torturé... ce que dit cette affaire c'est les décideurs politiques sont responsables devant la justice de l'histoire qu'ils font bien sûr ça n'est pas agréable d'être mis face à l'évidence... écrit le Guardian... nos services secrets ont sciemment violé les droits de l'homme, délibérément trompé le parlement, et sont mus par « une culture de dissimulation »... mais cette catharsis est indispensable il faut répéter l'évidence continue le Times... la torture ne sert jamais la sécurité nationale quels que soient les dangers du terrorisme... et c'est vrai devant tout ennemi... le danger ne peut justifier tous les moyens... il faut le répéter et garder l'opinion publique vigilante sur cette question... c'est le seul moyen de ne pas faire surgir de nouveaux démons Bonne journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......