LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Fin de partie saoudienne au Yémen

4 min

Par Eric BiegalaLa coalition de pays arabes emmené par l'Arabie Saoudite qui bombardait depuis près d'un mois au Yemen les positions de la milice des Houthi, soutenue elle par Téhéran, a annoncé hier soir qu'elle cessait ses raids aériens à partir de 0 heure ce mercredi . Dans une déclaration rapportée par l'agence d'Etat saoudienne SPA , Riyad explique que son opération "tempête décisive" avait atteint ses buts "et parmi ceux-ci l'éloignement de toute menace visant l'Arabie saoudite elle-même, particulièrement en ce qui concerne les armes lourdes des Houthis . La déclaration précise qu'une nouvelle phase débute à partir d'aujourd'hui - dénommée "opération Restaurer l'Espoir" et qu'elle "combinera des actions politiques, diplomatiques et militaires, mais qu'elle se concentrera surtout sur la restauration d'un processus politique susceptible de conduire le Yemen vers un avenir stable et sécurisé" .Une nouvelle phase ? Quelle nouvelle phase ? Et pourquoi faire exactement ? Se demandent aujourd'hui nombre de commentateurs ou observateurs de la région. Et au premier chef les Yéménites eux-mêmes... C'est "la guerre la plus étrange du Monde" écrivait par exemple cette nuit Ammar Al Aulaqui qui twitte régulièrement depuis Sana'a, la capitale yémenite ; "elle a commencé de manière abrupte et s'arrête de façon encore plus abrupte" ... "Pour être honnête je n'y comprend rien" renchérissait, toujours sur Twitter Mohammed AlBasha, le représentant du Yémen à Washington...L'opération saoudienne de bombardement, cette "première phase" a-t-elle atteint son but ? C'est indéniable explique Salman Aldossary, le rédacteur en chef d'Ashark Al-Awsat le quotidien pan arabe, plutot pro-saoudien. "D'un point de vue militaire, explique-t-il, l'opération a atteint ses objectifs en éliminant les centres de commandement et de controle des insurgés (les Houthis) et a éloigné la menace de leur missiles balistiques en détruisant complètement leurs plate-forme de lancement ainsi que plus de 80% des dépots d'armement que les miliciens avaient saisis". "Cela reste à voir" semble lui répondre le site en ligne Middle East Eye ce matin, qui remarque que quelques minutes avant la fin effective des bombardements saoudiens cette nuit, le ciel de Sanaa la capitale était encore zébré par les tirs de la défense anti-aérienne des Houthis et les avions de la coalition continuaient d'attaquer ce qui semblait être un dépot de munitions. En clair : tous les objectifs n'ont certainement pas été "traités" et toutes les armes lourdes des Houthis n'ont certainement pas été détruites. Qui plus est, les combats se poursuivent à Aden, entre milicens Houthis et miliciens des commités de défense populaires fidèles au président en exil Abdrabbo Mansour Hadi...Cité par le même Middle East Eye, l'universitaire Yémenite Nadwa al-Dawsari remarque, lui, que les déclarations officielles des Saoudiens ne sont, de fait, pas très claires et suppute qu'il a dû se tramer en coulisse quelque négociation entre Saoudiens et Iraniens, lesquelles négociations ont effectivement abouti à cet arrêt des bombardements aériens.L'Arabie Saoudite et le président yémenite en exil Abdrabbo Mansour Hadi avaient ces derniers jours rejeté d'un revers de main les offres de médiation iranniennes. Il est vrai que, du point de vue saoudien, c'est bien l'Iran qui est derrière les Houthis, qui manipule les miliciens et qui surtout les arme. D'ailleurs, les Iraniens ne se contentent pas d'offre de médiation. Interviewé lundi par la chaine iranienne Qanat Al Alam , le commandant des forces terrestres iraniennes, le général Ahmad Reda Bordastan, s'en était pris à l'armée saoudienne, la qualifiant de « rigide et incapable de supporter une guerre d'usure sur le terrain » . Le général estimait même que l'Arabie Saoudite devait se préparer à des frappes douloureuses sur son propre territoire. « Des attentats et des missiles peuvent frapper le pays à n'importe quel moment », menaçait-il.N'empêche qu'il s'est probablement déroulé quelque tractation discrète entre Riyad et Téhéran... Hier, bien avant l'annonce par les Saoudiens de l'arrêt de leurs opérations aériennes, l'agence iranienne Tasnim citait le vice-ministre iranien des affaires étrangères qui se disait "optimiste quant à un arrêt des attaques militaires saoudienne au Yemen dans quelques heures ; nous avons déployé tous nos efforts" en ce sens, précisait-il.Il faut dire que dans le même temps les Etats-Unis étaient entrés dans la danse, dépêchant le porte-avion Théodore Roosevelt dans le Golfe d'Aden, au moment où une flotille iranienne croisait dans les parages avec quelques bâtiments de garde cotes, mais aussi et surtout avec quelques cargos peut-être bien chargés d'armes à destination des Houthis.Invité hier soir sur la chaîne MSNBC , le président américain lui-même indiquait que cette crise "ne serait pas résolue avec une guerre par procuration se déroulerant sur le territoire du Yemen... et nous avons été très clairs avec les Iraniens, renchérissait Barack Obama : "ils doivent faire partie de la solution, pas du problème ; Si des armes sont livrés à certaines factions au Yemen, des armes qui peuvent menacer la navigation dans le secteur, c'est un problème" et à ce sujet, précisait encore le président américain, "nous n'avons pas envoyé [aux Iraniens] de message ambigus, mais un message direct" . En clair: le message en question c'est le porte-avion Théodore Roosevelt !

Et Barack Obama d'exprimer son espoir de voir la situation se régler au Yemen en y trouvant ce qu'il a appelé un "arrangement politique" .Toute la question est maintenant de savoir qui va pouvoir dessiner et surtout mettre en oeuvre cet hypothétique "arrangement politique".

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......