LE DIRECT

Gaza loin des bonnes nouvelles : après l'émotion la raison.

5 min

Bonjour Ali bonjour à tous Le rituel est aussi immuable que le sapin de noël et les petits souliers dans la cheminée... à chaque début d'année les journaux les magazines radio et télévision se lancent dans une surenchère provisoire... ils publient des numéros spéciaux « bonnes nouvelles » ou encore... les « raisons d'être optimistes malgré l'horizon bouché » bah oui logique... imaginons ce que serait notre humeur si nous échangions des voeux de mauvaise année Sauf que tout cela n'est que pure hypocrisie... on veut des bonnes nouvelles disent certains... on souhaite même le meilleur chaque année... mais ces voeux respectables, utiles à la civilisation, sont aussi formels que faciles à oublier... si ces voeux étaient sincères... profondément pensés ...et si nous mettions toute notre énergie à contribuer à leur réalisation dans les 12 mois à venir... alors la face du monde serait sans doute changée Voilà une réflexion que livre ce matin le journal le Temps qui pour illustrer son propos rappelle que sur internet les mots les plus présents sur la toile... ne sont ni bonne nouvelle ni dieu ... mais tout simplement le mot « guerre » et de guerre il en est plus que question encore ce matin dans la presse européenne qui hormis le Figaro pour qui l'actualité du jour c'est la famille Obama ou le plan de relance allemand... hormis le Figaro donc... les journaux européens nous assaillent de mauvaises nouvelles enfin d'une mauvaise nouvelle, toujours la même sur toutes les unes ce matin Gaza ! Le corps a corps a commencé... titre la Stampa Gaza urgence ! nous dit la une de la libre Belgique L'urgence humanitaire précise Libé Du cynisme jusqu'à la nausée... continue le Soir en Belgique Jours de guerre jours de rage ... rajoute le Spiegel Le Hamas rétorque... lance el Pais et comme prévu l'escalade s'enclenche « Je me suis précipité pour découvrir les corps de mes trois enfants morts » affiche le Guardian juste à côté de cette photo qui fait le tour de la presse... 3 cadavres de très jeunes enfants alignés devant un homme qui s'effondre des cadavres d'enfants alignés côte à côte reprend le journal le Temps... des femmes, des personnes âgés noyées dans leur sang sous les tirs israéliens... des F16 qui pulvérise le territoire le plus dense du monde ... un déballage d'armes israéliennes d'une extrême sophistication sur un lopin de terre verrouillé sans forêt ni montagne où se réfugier... telles sont les images transmises de Gaza vers le monde depuis le 28 décembre... Les chaines al Jazzera et al Araya publie ces images 24h sur 24 avec le témoignage de palestiniens qui parlent de leur calvaire... dans la presse arabes... les plus conservateurs emploient les termes de « massacre carnage crime nazi holocauste »... alors que les média occidentaux hésitent à montrer ces images d'enfants déchiquetés... d'universités d'écoles d'hôpitaux d'ambulances ravagés... censure s'interroge le quotidien Pas forcément répond la BBC comme el Pais qui consacre tout un dossier ce matin à la guerre de propagande... car il faut s'interroger sur ces images que nous récoltons sur internet... écrit le site britannique... on sait combien les images peuvent être instrumentalisées de part et d'autre et le problème c'est que les correspondants étrangers ne peuvent pas relayer de manière exacte l'état de la situation sur le terrain puisqu'Israël empêche toujours les journalistes étrangers de passer à Gaza pour leur sécurité se justifie l'armée mais on sait bien que c'est pour ne pas reproduire les erreurs du Liban précise el Pais Alors continue le Temps si la censure est évidente côté israélien où les média avouent eux même qu'ils n'ont pas d'information malgré la couverture 24 24 de cette opération... si la propagande israélienne est facile à voir et à comprendre... il ne faut en revanche pas oublier que coté Hamas... la propagande est également présente C'est ainsi que s'est mise en place une véritable hystérie anti israélienne à travers le monde raconte la Vanguardia Certains auteurs comme Amos Oz l'avaient prévu d'ailleurs... l'incursion israélienne à Gaza ne pouvait que provoquer ce genre de réaction et pourtant... Israël était acculé vers cette intervention Alors nous ne devrions pas nous réjouir de ce curieux déballage de camaraderie pornographique... écrit l'analyste... où étaient tous ceux qui sortent dans la rue aujourd'hui (en Israël aussi) pour défendre la liberté des palestiniens... lorsque ces derniers se sont retrouvés pris en otage également par le Hamas? La liberté... c'est l'Iran qui la défend aujourd'hui et l'on sait que c'est précisément ce pays qui soutient les organisations terroristes islamistes Non... termine l'article... chargé Israël exclusivement répond sans doute à un besoin émotionnel mais c'est finalement beaucoup trop simple C'est vrai renchérit le Times à Londres ... le problème de la bande de Gaza c'est qu'il n'y a pas de bon et de mauvais, de meurtrier et de victime, de juif et de palestinien ou de nazi et de démocrate... nous ne sommes pas dans un film à la Hollywood n'en déplaise à ceux qui nous vendent les images de la télévision et la BBC rajoute... c'est pour cela que l'on doit se poser la question de qui est civil à Gaza ?... bien sûr les enfants ensanglantés sont clairement des victimes civiles... mais ceux qui arment les rockets palestiniennes ne le sont pas... et que penser des 40 jeunes recrues de la police du Hamas qui sont morts en parade les premiers jours de l'opération? Que faire lorsque c'est une organisation terroriste rejetée par la communauté internationale qui tient tout un territoire et en instrumentalise ses civils, quitte à en faire des victimes, pour provoquer réaction internationale ou révolte et ralliement de la population à sa cause?... c'est ainsi qu'il y a des voix timides qui s'élèvent dans monde arabe... précise le Temps ..des voix qui rappellent que le Hamas a lui aussi plus ou moins organisé ce carnage, ce massacre... notamment pour être sûr de remporter les prochaines élections et pour pouvoir imposer sa loi islamiste à Gaza D'où le titre d'el Pais... et si nous prenions une heure de pause... une heure pour être raisonnable ! Nous sommes dans un conflit où il n'y pas qu'un seul responsable mais deux... et c'est ainsi que toute action pacificatrice ne peut aller que dans deux sens... la paix a donc deux visages... il faut freiner l'invasion oui mais dans le même temps il faut maitriser le Hamas Tient revoilà le visage des gardiens de la paix de l'ONU... conclut alors l'Independent... oui c'est même Nicolas Sarkozy qui se rend sur place sur l'âne fidèle des nations unies... sans doute sans aucune chance de réussite parce qu'Israël a toujours refusé cette solution que les Etats-Unis ne l'y ont jamais contrainte... Ainsi se lamente le Dagen Nyheter en Suède... on est loin de voir la paix se profiler au Proche Orient justement à cause du silence américain... n'en déplaise aux prêcheurs de bonnes nouvelles. Bonne journée

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......