LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Gaza: vers la guerre civile?

5 min

BOnjour ali bonjour à tous « Un calme bizarre ... presque oppressant régnait hier dans les rues de Gaza après le bain de sang de dimanche et l'annonce du cessez le feu dans la soirée entre les islamistes du Hamas et les nationalistes du Fatah!... les bruits de coups de feu étaient de plus en plus isolés... mais ils n'ont pas disparus loin de là » C'est par ces mots que commence le récit du reporter de la Vanguardia... le quotidien de Barcelone qui comme de nombreux autres quotidiens européens revient sur la situation explosive dans les territoires palestiniens. Car la trêve est très fragile explique le Temps... les missions de bons offices se multiplient afin d'inciter le Hamas et le Fatah à renforcer la trêve... une table ronde au Caire a même été proposée... mais dans les rues de Gaza plusieurs incidents armés ont encore été enregistrés... la plupart des habitants n'ont pas envoyé leurs enfants à l'école... les magasins n'ont ouvert que quelques heures... " la situation reste tendue et le cessez le feu ne tiendra pas longtemps si nous ne trouvons pas une solution"...résume l'un des principaux conseillers du président Mahmoud Abbas... l'idéal serait que le Hamas et la Fatah constituent rapidement un gouvernement d'union nationale... mais cela ne semble pas possible dans l'immédiat... reste les élections anticipées qui départageraient les deux principaux partis des territoires... le Hamas ne veut pas en entendre parler même si les sondages publiés hier... dit le quotidien suisse montrent que 68% des palestiniens y seraient favorables.... sauf rajoute encore le Temps que c'est précisément l'annonce de ces élections anticipées par le président palestinien samedi dernier qui a mis le feu aux poudres!" « Pourquoi avoir pris une telle décision ? » lance dubitatif un étudiant de Gaza au reporter de la Vanguardia... « L'annonce de Mahmoud Abbas a ruiné le pays... nous avons déjà voté massivement pour le Hamas en janvier dernier... et le Hamas a donc le droit de rester 4 ans au pouvoir comme l'a fait avant lui le Fatah... nous ne voulons pas de nouvelles élections! » Alors l'appel à la tenue de nouvelles élections est il en effet anticonstitutionnel? Comme le l'a qualifié le premier ministre palestinien (membre du Hamas)? ... Et bien pas forcément explique le quotidien palestinien al Quds... parce que la loi fondamentale ne donne que des réponses imprécises sur cette question... ainsi chaque partie peut défendre sa position en s'appuyant sur une interprétation légale des textes constitutionnels... d'où la nécessité de revenir au dialogue prévient le journal palestinien car la solution à la crise actuelle ne peut être élaborée sans concertation entre les différentes factions palestiniennes" le problème poursuit son confrère de Al Ayyam le quotidien de Ramallah... le problème c'est que le Hamas refuse non seulement les élections anticipées qui pourraient aboutir à sa mise à l'écart... mais il refuse aussi la formation d'un gouvernement d'union nationale...ce double refus traduit sa volonté de rester au pouvoir alors que le peuple palestinien subit un embargo économique et politique imposé par la communauté internationale qui refuse de traiter avec ce mouvement islamiste tant que ce dernier n'a pas reconnu l'état d'Israël" Et puis le problème aussi rajoute encore la Vanguardia est à chercher du côté de la politique d'Israël qui en totale contradiction avec le droit international et la convention de Genève vient de donner son feu vert à l'élimination dite ciblée d'activistes palestiniens et d'en faire une priorité ! En fait l'affaire est compliquée car elle pose la question de la limite de la démocratie... c'est ce qu'explique l'éditorialiste du Corriere della Serra ce matin... dans un article intitulé « le paradoxe démocratique ». "dans ce contexte, annoncer la tenue d'élections anticipée n'aurait pas pu avoir lieu dans une démocratie occidentale écrit il... car c'est un peu comme si ceux qui ont perdu les élections voulaient invalider arbitrairement la victoire du Hamas... un geste fort peu démocratique pour sauver disent ils les restes de la démocratie palestinienne... paradoxal non?... mais c'est le paradoxe de toute démocratie... rajoute encore l'article... et ce même paradoxe a par exemple mis à la tête d'un état démocratique un personnage aussi antidémocratique qu'Ahmadinejad en Iran... et c'est également ainsi poursuit le Corriere... que l'on peut expliquer le soutien déguisé de l'occident à un tel processus!" "Blair met la paix avant la démocratie" titre alors le Telegraph en Grande Bretagne qui comme tous les grands journaux revient sur le voyage du premier ministre au Proche orient.... et sur son soutien à Mahmoud Abbas et aux élections anticipées... "pire que tout renchérit l'Independent... car non seulement l'appel à la tenue d'élections anticipées moins d'un an après les dernières n'est pas la meilleure des recettes pour l'harmonie... mais le soutien de Blair qui est considéré par les palestiniens comme l'un des responsables de l'embargo économique qui tue à petit feu ce pays d'affamés n'est pas fait pour rajouter de la concorde... bien au contraire il risque d'isoler et de discréditer encore un peu plus le président palestinien" mais tout cela n'est que le résultat horrible et inévitable d'une entreprise de coercition délibérée commente encore le Guardian... l'objectif fixé il y a des mois était de forcer un peuple occupé à faire capituler ses représentants élus... pour y parvenir... l'armée israélienne a continué l'occupation... soutenu par les américains mais ce qui n'est pas acceptable c'est la collaboration de l'union européenne qui devrait pourtant soutenir le peuple palestinien par décence d'une part mais surtout pour respecter les conventions de Genève ! Car le million et demi d'habitants de Gaza est un peuple d'affamés... raconte le reportage du Spiegel en Allemagne... et c'est là qu'il faut chercher les causes de la violence ... pas seulement dans les désaccords politiques et idéologiques des factions palestiniennes... il y a un vrai désespoir au sein de la jeunesse souvent diplômée et qui est dans l'impossibilité chronique de trouver un travail... alors les palestiniens vivent le conflit sanglant qui oppose le Hamas au Fatah comme un malheur de plus ... car ici la misère règne depuis des années... 89% de la population vit avec 2 dollars par jour... 60% est au chômage et 860 mille personnes ne vivent que grâce aux dons du HCR... le pire c'est que tout cela ne peut pas s'arranger... dit le journal allemand... parce que les habitants de Gaza vivent en fait dans une gigantesque prison... une prison dont personne à l'intérieur ou à l'extérieur ne semble vouloir ni avoir les moyens de briser les fers!... et c'est ça le pire des fléaux conclut le Spiegel... c'est que progressivement l'espoir d'un avenir meilleur s'envole... à terme les électeurs n'auront probablement pas pour qui voter... et c'est l'idée même de la démocratie qui sera remise en question!"

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......