LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Génération X

5 min

Le Guardian en fait sa une ce matin : Les hôpitaux anglais soignent leurs patients avec la sueur à pas cher d'enfants pakistanais. Le National Heath Service a reconnu les faits tout les minimisant mais l'affaire fait grand bruit en Angleterre à tel point explique le journal qu'une consultation vient d'être lancée afin de parvenir à définir une charte éthique. Une déclaration de principes qui devrait voir le jour à l'été prochain mais qui ne sera en aucun cas contraignante. Parce que comme, s'en défend l'administration de la santé britannique, on importe une part de notre matériel chirurgical effectivement de l'étranger, mais l'on fait comme tout le monde. On ne connaissait pas les conditions d'exploitation de cette fameuse usine de Sialkot au Pakistan, tout comme on ne connaît pas nécessairement la façon dont sont fabriqués les instruments que l'on importe d'autres pays." Les conditions en question, dénonce le Guardian, sont celles-ci : des enfants de 8 ans payés 170 roupies par jour soit moins de 2 euros pour fabriquer des scalpels. Des instruments chirurgicaux avec lesquels ils se blessent aussi rapporte le chercheur de l'Univesité d'Oxford qui a enquêté sur l'industrie de Sialkot. Ils seraient autour de 6 mille enfants âgés de 8 à 13 ans à travailler dans cette usine au mépris de toutes les règles de sécurité en vigueur en Occident. Le système est quasi mafieux, un quart de cette jeune chair à travail est contraint de le faire par des employeurs qui se remboursent ainsi directement ds dettes contractées par leurs parents. En parlant de dette contractées par les parents...Celle qu'à grand renfort de plans de relance les gouvernants de ce monde sont en train de bâtir au dessus de la tête leurs enfants. La vraie génération X à venir c'est une contribution de Thomas L. Friedman dans le Herald Tribune. "J'ai beaucoup pensé ces derniers temps au livre de Tom Brokaw "the greatest generation"... écrit l'éditorialiste...Ce grand classique qui explique les incroyables sacrifices des parents pendant la seconde guerre mondiale. Et là je m'interroge...quel livre nos enfants vont-ils écrire sur nous? "La génération avide?", "La génération subprimes deux points ouvrez les guillemets : comment mes parents se sont renfloués en chargeant le découvert de ma carte visa?" Il y a fort à penser que ça pourrait être bien plus radical que cela. Ce qui nous sauve actuellement c'est qu'ils ont peur...Peur de ne pas trouver de travail, de ne pas avoir de quoi payer leur prochain trimestre à l'Université...Alors forcément, ça rend docile. Mais on ne va pas pouvoir s'en tirer à s'y bon compte insiste Thomas Friedman. Ils vont nous demander un jour la monnaie de la pièce qu'on leur a escroquée. Alors d'accord, il faut bien renflouer, il faut bien injecter pour rétablir la confiance de ceux qui l'ont précisément tuée cette confiance. Il faut aider Detroit et son industrie pour que la confiance puisse encore s'abriter dans un habitacle à 4 roues. Mais pour autant on est en droit de réclamer un droit de regard sur la manière dont ça va se fait. Elle est là, la monnaie de la pièce. A l'heure où les grands font mine de s'inquiéter de la survie de la planète, on peut exiger d'eux, qu'ils exigent à leur tour de l'industrie automobile des gages pour le futur. On renfloue mais on doit exiger comme l'a fait Obama pendant sa campagne des taxes sur le carbone ou sur le diesel. Mais déjà, s'inquiète Thomas Friedman, l'élection à peine fêtée, des voix s'élèvent pour expliquer que tout cela est anti-économique. Pour autant il reste les promesses et donc l'espoir... Génération X...Dans les colonnes de la Tribune de Genève, elle surgit encagoulée, des cocktails molotov à la main. Comme la plupart des quotidiens de la presse internationale ce matin, le journal revient sur les images d'émeutes en Grèce après la mort la mort d'un garçon de 15 ans tué par un policier. Andréas était le fils d'un ingénieur et d'une bijoutière du quartier huppé de Kolonaki à Athènes raconte la Tribune. Ce n'était ni un extremiste, ni un marginal. Samedi soir, il se touve pourtant parmi le groupe qui jette des pierres contre un véhicule des "gardes spéciaux" qui circule dans le quartier univesitaire d'Exarchia. Un acte de défiance vis à vis des policiers qui ont la réputation d'être embauchés sur favoritisme politique? s'interroge le journaliste? Quoiqu'il en soit, la voiture s'arrête, un policier sort et tire à 3 reprises sur Andreas. Mortellement touché à la poitrine l'adolescent s'écroule. Andréas appartenait à la génération que l'on appelle la génération de 700 euros. Peu politisée, elle exprime sa révolte lors de matchs de footballl ou de manifestations. Une violence révélatrice d'un malaise plus profond. La société grecque est en crise. Une crise économique doublée d'une crise des valeurs. La confiance n'est plus là. A peine un an après son élection, le gouvernement conservateur de Costas Caramanlis fait face à des scandales à répétition. Le dernier en date implique le Mont-Athos et des moines hommes d'affaires. Dans un pays où l'Eglise orthodoxe est censée fédérée plus 80% de la population. Génération X, génération 700 euros...même combat... L'époque est triste mais quel livre relire?

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......