LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

"Gouverner, c'est voler"

5 min

"Gouverner ... c'est voler ... tout le monde c'est ça" ... Voilà ce qu'écrivait Albert Camus en 1944 ... date de la première publication de sa pièce "Caligula" ... Et si je vous cite du Camus ... et bien c'est parce qu'à lire la presse ce matin ... on se dit qu'après "L'Etranger" ... après "Le mythe de Sisyphe" ... il manquait encore au "cycle de l'absurde" un dernier volume ... Les intellectuels français jugent méprisante la proposition de Nicolas Sarkozy de faire entrer l'écrivain au Panthéon ... écrit ce matin THE GUARDIAN ... Ils accusent le président de droite de vouloir marquer des points en tirant profit de la popularité du penseur ... et ce ... précise le quotidien britannique ... sans la moindre considération pour ses opinions ... ni même la personnalité d'Albert Camus. La semaine dernière ... à l'issue du Conseil européen ... le chef de l'Etat a en effet déclaré que ce serait "un symbole extraordinaire" et "un choix particulièrement pertinent" ... d'honorer ainsi l'écrivain à l'occasion du 50ème anniversaire de sa disparition rappel le quotidien britannique... Seulement voilà ... l'idée qu'un leader de droite ... régulièrement taxé d'autoritarisme ... et d'anti-intellectualisme veuille à présent célébrer de la vie de cet homme a aussitôt provoqué un tollé parmi de nombreux spécialistes de l'oeuvre de Camus ... lesquels suspectent Nicolas Sarkozy d'avoir trouvé là une occasion en or de récupérer à ses fins la gloire d'un héros charismatique. Bien sûr ... Albert Camus mérite ... amplement d'être honoré ... précise dans les colonnes du journal l'universitaire Jeanyves Guérin ... mais ... d'autres présidents auraient eu davantage la légitimité pour le faire que l'actuel chef de l'Etat ... Nicolas Sarkozy ... dit-il ... est l'ami de Georges Bush ... de Mouammar Kadhafi ... de Vladimir Poutine ... de Silvio Berlusconi ... Autrement-dit ... ces opinions politiques sont à l'antipode des valeurs et des idées que défendaient Albert Camus ... Cette récupération est donc idiote et scandaleuse dit-il ... car la politique sarkozyste est anti-camusienne au possible. Difficile de trouver des valeurs aussi divergentes que celles défendues par les deux hommes renchérit LA TRIBUNE DE GENEVE ... Bien entendu ... et comme le dit lui-même Nicolas Sarkozy ... le choix de faire entrer Camus au Panthéon est pertinent ... mais pertinent uniquement au regard du calendrier .... et de la stature du personnage ... Pour le reste ... on peut en effet s'interroger poursuit l'éditorialiste sur la part d'opportunisme et de calcul politique dans cette affaire. Sarkozy n'aura pas Camus titre de son côté SLATE MAGAZINE ... Le président ... en plein débat sur l'identité nationale ... voudrait faire entrer Albert Camus au panthéon alors que tout ... dans l'oeuvre de l'écrivain ... allait contre ce type d'honneur ... Albert Camus ... penseur de gauche qui a toujours refusé les chapelles littéraires et intellectuelles ... fustigé par les existentialistes ... comme par la droite d'ailleurs ... mais qui a toujours eu raison contre Sartre ... un libertaire pied-noir ... élevé par une mère illettrée sous le soleil algérien ... Albert Camus donc ne se sentait pas à l'aise parmi les intellectuels parisiens ... et il ne le serait sans doute pas davantage dans l'arène panthéonique ... coincé entre un Victor Hugo heureux de sa personne ... et un Malraux à qui il avait soufflé le Nobel en 1957 ... Et l'article de poursuivre ... le président de la République a toujours voulu récupérer les intellectuels ... que leur pensée ait ou non quelque chose à voir avec sa politique ... Sa façon de citer Jaurès et de se réclamer de son héritage ... d'intégrer Blum à ses discours ... de s'allier pendant les présidentielles à des cercles passés à droite depuis longtemps mais dont les liens lointains à la gauche sonnent encore comme des perfidies : ... Glucksmann ... Gallo ... Bruckner ... Ses déjeuners aussi avec Pierre Nora et Marcel Gauchet ... le patron de la revue «Débat» ... Nicolas Sarkozy a toujours voulu s'approprier les grands hommes et les intellectuels ... il s'y essaie encore aujourd'hui avec Albert Camus. Alors dans ce contexte ... la fille de l'écrivain c'est vrai semble désemparée ... «C'est une question qui me dépasse dit-elle ... Je me sens très petite ... J'admire ceux qui ont une idée plus arrêtée ... Moi je n'ai que des doutes ... Je pense que je suis vraiment dépassée par cela ... Je pense à tous ceux qui sont de la même origine que mon père ... c'est-à-dire très pauvre ... et à ma grand-mère qui était femme de ménage ... Peut-être que c'est un hommage qui lui est aussi rendu à elle ... et que de ce point de vue là ... c'est aussi peut-être un symbole pour tous ceux pour qui la vie est très dure» ... Et THE SLATE MAGAZINE de conclure ... Catherine Camus rappelle que l'on ne se souvient pas qui a fait entrer Malraux ou Zola au Panthéon ... on ne se souviendra probablement pas que Nicolas Sarkozy y a fait entrer Camus ... mais on ne se souviendra peut-être pas non plus que tout ... dans sa pensée ... appelait davantage à un repos modeste. En 1957 écrit LA TRIBUNE DE GENEVE ... en recevant le Prix Nobel de littérature ... Camus affirmait ... : l'écrivain «ne peut se mettre aujourd'hui au service de ceux qui font l'histoire : il est au service de ceux qui la subissent» ... Deux ans plus tard ... il notait dans ses carnets ... : «Cette gauche dont je fais partie ... malgré moi et malgré elle. » Et bien c'est malgré lui ... une fois encore ... conclut le quotidien ... qu'il lui faudra ... peut-être ... devenir l'alibi «intellectuel» d'un homme de droite.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......