LE DIRECT

Ici Fukushima!

5 min

par Cécile de Kervasdoué

« Je rentre tout juste d'un voyage tardif dans la région nord est du Japon... dévastée pas le tsunami... confie ce matin l'un des éditorialistes du Asahi Shimbun à Tokyo. Jamais je n'avais été témoin d'un tel paroxysme de destruction... comme si la vie des gens avait été d'un coup éradiquée. Au milieu des piles de débris, il y avait une machine à coudre, une perruque, un petit temple bouddhiste avec des photos, une paire de lunettes et une lunette de toilettes... tout ce qui s'offrait à ma vue n'était que cassé, déchiré, tordu, abimé... de quoi me rappeler les mots du romancier japonais Takeishi Kaiko lorsqu'il avait visité Auschwitz « j'ai eu l'impression que tous les mots avaient perdu leur sens, comme s'ils étaient devenu aussi inutiles que des feuille mortes »... et le journaliste japonais continue...quelle affreuse prétention que la mienne d'avoir cru que mon éloquence et que mes mots pouvaient aider ces gens dévastés. C'est qu'il y a un fossé tellement profond, tellement irréconciliable, entre ceux qui ont survécu au désastre et qui ont tout perdus et les autres comme moi, qui n'en sont que les témoins... « je pleure et je pleure encore et je n'ai pas fini de pleurer »... me confiait une femme au milieux des débris

et moi, j'aimerais trouver les mots pour la réconforter mais c'est impossible, totalement impossible : les mots de plus de sens ! »

Nous adorons la beauté de l'obscure... commente alors la Vanguardia à Barcelone, à des Kilomètres du Japon...

c'est une tendance héritée du romantisme qui aime la tragédie mythique et c'est le ressort de notre poésie occidentale... la poésie disait Tagore, musicien et écrivain indien du début du 20ème siècle... « la poésie est l'écho de la mélodie de l'univers dans le coeur des humains »... sauf qu'aujourd'hui commente la Vanguardia, il y a de moins en moins de place pour ces mots

c'est parce qu'il ya trop de mots, trop de bruit dans ce monde... commente encore le Times of India, qui comme le fait la presse japonaise, appelle les politiques à prendre leurs responsabilités vis à vis des catastrophes... et à s'inspirer, tiens pourquoi pas ?, du capitaine de l'équipe victorieuse de cricket indienne... voilà un homme qui fait l'unanimité en Inde, bien plus que les politiques, nous dit le journal... et pas seulement à cause de ses victoires, non ! C'est plus profond que cela... Mahendra Singh Doni parle vrai, il n'utilise pas les mots pour l'effet qu'ils peuvent causer sur autrui mais parce qu'il a besoin de dire ces mots. Voilà une forme de sagesse au milieu de la cacophonie matérielle de notre monde qui devrait inspirer bien des hommes politiques à travers ce monde non ?

Parce qu'il est temps d'avoir de vraies discussions après le désastre ! Rajoute le Japan Time cette fois au Japon qui comme le Asahi Shimbun en appelle au gouvernement japonais non plus seulement pour les opérations d'urgence mais déjà pour la reconstruction...

il faut repenser notre aménagement du territoire en reconstruisant les maisons... repenser aussi notre rapport à l’énergie, trouver un autre moyen ! Nous devons prendre les précautions pour éviter qu'un tel désastre avec ses milliers de morts se reproduise... parce qu’il se reproduira si nous ne changeons pas. Les tumultes de la mer et de la terre ne changeront pas, c'est à nous de nous adapter comme des enfants.

et c'est ainsi qu'il faut aussi expliquer comme à des enfants les implications de la radiation nucléaire... parce que depuis le 11 mars les informations sur les fuites radioactives de Fukushima sont de plus en plus techniques et de plus en plus incompréhensibles ... rajoute le Japan Times

c'est sans doute pour éviter la panique... mais panique il y a… écrit ce matin le Chossun Ibo en Corée qui barre sa Une de Ca y’est, jeudi prochain les fuites radioactives seront chez nous !

et le site d'al jazzera ose écrire ce matin: le problème c’est que la communication qui vise à rassurer les populations ne prend plus : tout simplement parce qu’il n'y a pas de niveau de radiation sans danger pour la santé... c'est le département américain de l'énergie qui le dit !

Alors il y a de quoi trembler lorsque l'on apprend que Tepco, l'entreprise en charge de la centrale de Fukushima vient de déverser plus de 10 000 tonnes d'eau radioactive dans la mer

25 ans après la catastrophe de Tchernobyl poursuit encore cet article d’al Jazzera, plusieurs experts mettent en garde : les restes de la catastrophe nucléaire sont permanents et irréversibles... que ce soit dans les airs ou sur terre ou dans les mers, c'est un cauchemar qui va durer quelques 250 mille ans !

et le Financial Times continue... la Suède essaie pourtant de résoudre ce casse tête des déchets nucléaires... alors qu'elle prévoit de construire un énorme lieu de stockage souterrain et sécurisé de ces déchets radioactifs... mais c'est peine perdu... les opposants sont de plus en plus nombreux... les politiques disent ils ne devraient pas approuver de tels projets d'apprentis sorciers alors qu'ils ne sont même pas sûrs de la sécurité de nos centrales nucléaires

voilà une opinion qui se retrouve un peu partout dans la presse du monde... le Spiegel en Allemagne publie cette photo édifiante d'une carte européenne des centrales nucléaires... elles recouvrent presque tout le territoire de l'Union et des dizaines d'entre elles sont estampillées parce que considérées comme immédiatement dangereuses pour notre sécurité à tous !

et voilà le commissaire allemand à l'énergie qui lance... Fukushima m'a fait commencer à douter du nucléaire

et il n'est pas le seul rajoute l'International Herald Tribune

même les experts embauchés et payés par le camp républicain aux Etats Unis pour répéter que le changement climatique est un mythe commencent à faire volte face... sur le nucléaire

L’industrie nucléaire lutte contre elle-même ! titre alors el Pais en Espagne... la catastrophe de Fukushima a fait tomber le mythe de l'invulnérabilité des centrales nucléaires occidentales... rien ni personne ne peut nous assurer qu'il n'y pas de véritable danger dans le nucléaire ou bien que c'est un moindre danger par rapport à d'autres énergies non propres... le lobby nucléaire est en train de remplir une barque trouée avec de l'eau

Fukushima serait donc l'âge de glace du nucléaire? interroge l'Asia Times

En toute logique oui répond le Guardian britannique... qui malgré la complexité technique du nucléaire décide d’expliquer chaque jour, les évolutions techniques de la catastrophe de Fukushima… tout simplement parce que la catastrophe a réduit nos notions de distance géographique... ainsi, le désastre de Fukushima est notre désastre à tous...

Ceci devrait nous porter vers la « mondialité » vers la solidarité à la manière d'Edouard Glissant écrit le Temps en Suisse... un monde débarrassé de cette mondialisation technico économique abrutissante qui a oblitéré notre conscience de nos esprits.

et l'International Herald Tribune renchérit... ainsi tous ces experts qui ont répété que les dangers du réchauffement climatique ou les dangers du nucléaire n'étaient qu'un mythe ont une responsabilité morale aujourd’hui vis à vis de l'Humanité... leurs mots ne sont pas que de simples points de vue isolés; il est temps de voir émergé une approche scientifique non partisane et responsable sur ces questions qui engagent toute l'humanité à venir et qui dépasse largement les intérêts particuliers...

il est temps d'opter pour la prudence !

mais pour cela termine le Spiegel avec cynisme... il faudrait effectivement des politiques qui parlent vrai... et le journal révèle qu'alors que l'Allemagne a choisit politiquement de tourner de le dos au nucléaire, le gouvernement se dit contraint d'acheter de l'énergie nucléaire à l'étranger afin de répondre aux besoins en électricité du pays!...

Ce serait donc cela l’engagement contre le nucléaire ?

Bonne journée.

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......