LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Il y a un an : Mossoul !

4 min

La revue de presse par Mathieu Laurent.

Chute d'une base clef ,dans le Sud ,l'évenement est élèvé au rang de faits de guerre marquant sur la redoutable abscisse de l'horreur en Syrie.La Syrie dont l'armée dite "loyaliste" vient d'enregistrer une significative défaite: elle vient de perdre le contrôle de "Brigade 52 ",dans la province de Deera , berceau de la révolution ,de l'insurrection originelle ,à la faveur d'une offensive éclair de 24 h. "Cette base était un cauchemar "explique un porte -parole du "Front Sud ", à la correspondante du New York Times à Beyrouth. Le "Front Sud" de l'Armée Syrienne Libre ,qui comprend des recrues formées et armées par les Etats-Unis et ses alliés arabes, prétend même avoir pris le contrôle de cette base tentaculaire , moyennant une fulgurante progression de 6 heures .Anne Barnard du New York Times se demande si pareille progression ne signe pas la résurrection de ce Front rebelle, alors que le Front Al Nosra , Al Qaida et sa rivale l'Organisation Etat Islamique accumulent pouvoir et conquêtes territoriales .Voilà qui pourrait dynamiser les groupes d'insurgés syriens qui ont été de plus en plus réduits à l'insignifiance.Et de rappeler au passage que les efforts américains pour aider les rebelles dits Modérés ont longtemps été à l'origine de profonds désaccords entre les alliés.La prise de la brigade 52 , à n'en point douter ,vient s'ajouter à une liste d'ores et déjà consistante d'avancées ,qui augmentent la pression sur le président Bachar al-Assad .A ne rendre compte de ce conflit en Syrie qu'en usant voire abusant du jargon méta/ para/infra militaire ,l'on en oublierait presque les ravages de la guerre.C'est le quotidien "l'Orient le Jour" qui nous aide à ne pas oublier qu'en" Syrie le chaos humain est devenu presque normal " Le directeur d'un hôpital soutenu par MSF(Medecins Sans Frontières) décrit l'horreur, après un raid sur Idleb.Jeudi dernier , un bombardement meurtrier a secoué cette ville du nord-ouest de la Syrie. « Les avions sillonnaient le ciel au-dessus de nos têtes tout l'après-midi. Nous attendions dans l'angoisse. Serons-nous les prochaines victimes ? Allons-nous devenir un numéro ?« À 15h15, un avion de chasse a lancé trois roquettes sur un quartier très peuplé du centre-ville. Les immeubles résidentiels et les magasins ont été détruits en l'espace de quelques minutes. Tout a été transformé en décombres. Les cadavres jonchaient le sol, il y avait des morceaux de chair partout. C'était un vrai massacre, un carnage."Chaos humain presque normal en Syrie "signé Caroline Hayek .La Syrie? "La Syrie est détruite,il est urgent d'arrêter l' hémorragie" a lancé hier au Caire Haytham Manna ,vétéran ( !) vétéran de l'opposition syrienne et co-organisateur d'une Conférence à laquelle ont participé 40 partis et organisations politiques, des militants des droits de l'homme, des personnalités sociales ,des militaires. La moitié des participants vit en exil. L'autre moitié arrive directement de Syrie. Ce concept de participation partagée est inédit. À l'issue de ces discussions de deux jours, une feuille de route ainsi qu'une charte nationale ont été adoptées.Que contient cette charte ?Haytham Manna répond à Delphine Minoui ,correspondante du Figaro au Caire:" Elle réunit des principes qui rassemblent et protègent tous les syriens ,quelque soit leur ethnie,religion ou leur sexe .Par ailleurs ,nous souhaitons criminaliser le confessionnalisme politique et le terrorisme car ils ont tué notre société "' " Avec la guerre qui fait rage ,n'est-il pas déjà trop tard ?" Non -répond Aytham Manna - Il n'est jamais trop tard ."C'est un vétéran de l'opposition qui porte l'espoir !Et les puissants? Le site" Politico " étrille Barack Obama sous le titre " Une gaffe présidentielle quand il s'agit d'évoquer la lutte contre Daech " Terrible le coup d'oeil dans le rétroviseur :" En Septembre dernier , le président américain déclarait :" Nous n'avons pas encore de stratégie contre l'Etat Islamique "' Lundi dernier ,s'exprimant à la clotûre du Sommet du G7 à Garmish Partenkirchen ,en Allemagne ,en présence du 1 er ministre irakien Haider al Abadi ,il a remanié la formule et y a ajouté" un adjectif "Nous n'avons pas encore de stratégie complète ." Il faut tendre l'oreille pour saisir la nuance .Barack Obama a bien,une fois de plus, insisté sur le rôle des tribus sunnites.Le porte- parole du Pentagone Steven Warren redit à nos confrères du Spiegel ,que les Etats Unis vont envoyer en Irak plus de formateurs .Formateur ,mot valise qui peut dissimuler d'autres corps ,d'autres corps d'armées. Un an jour pour jour , après la Chute de la grande agglomération irakienne de Mossoul, l'Organisation Etat Islamique vise la ville syrienne d'Hassaké ,comme nous le rappele ce matin la radio belge RTBF.Dans les colonnes du Journal suisse " le Temps ",Luis Léma éditorialise de la sorte :"Les Etats-Unis et leurs alliés européens voient encore deux champs de bataille distincts, là où l’Iran et l’Arabie Saoudite sont déjà engagés dans une seule et même guerre régionale .La formule est un peu triviale, mais elle s’applique pleinement à la nouvelle réalité du Moyen-Orient: en Irak et en Syrie, aujourd’hui, les Etats-Unis et leurs amis européens sont «en retard d’une guerre». Il n’y a, sans doute, plus aucune bonne solution face à ce volcan en éruption. Mais au moins faudrait-il oser le regarder en face, afin de tâcher d’éviter de se rendre coupable de nouvelles explosions en cascade."

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......