LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Introducing Nick "Obama" Clegg

5 min

Bonjour, Qui l'eut cru ? Qui eut cru jusqu'à hier que la politique pouvait encore intéresser les citoyens ? Qui eut cru qu'un débat électoral, essentiellement consacré à la politique internationale et à l'Europe, pouvait encore déchaîner les passions, y compris en dehors du pays où il s'est tenu. Voilà la surprise de ce matin, le second débat électoral en Grande Bretagne, qui s'est tenu hier soir, agite les rédactions du monde entier, à commencer évidemment par les médias anglo-saxons. Cette élection est devenue d'un coup beaucoup plus intéressante, titre le TIMES de Londres. Un débat comme un match de boxe, deuxième round, des coups violents, des contusions, mais aucune victoire par KO. Affrontements brûlants peut-on lire sur la page d'accueil de la BBC : les gants sont tombés, des accès de colère de la part des trois candidats... Un deuxième débat où les coups tombent plus vite, titre pour sa part le WASHINGTON POST, qui se réjouit, un rien condescendant, de voir qu'il aura fallu seulement une semaine aux politiciens britanniques pour adapter leurs débats au style Américain. Et des "punch-lines", comme les affectionnent les journalistes, il y en a eu à foison hier, à moins de 15 jours du scrutin, alors que les sondages donnent les trois leaders dans un mouchoir de poche. Chacun a tenté d'affirmer son style. Et les deux candidats, appelons les traditionnels, le travailliste sortant Gordon BROWN, et le conservateur David CAMERON, ont concentré leurs attaques sur l'Outsider Nick CLEGG, le vainqueur surprise du premier débat de la semaine dernière. Toujours sur cette même métaphore du combat et de la guerre. Ils ont laché sur Clegg un nombre incroyable de bombes, analyse un politicien sur le site de la chaîne AL JAZEERA. Ils l'ont poussé dans les cordes, mais ils n'ont pas réussi à le mettre à terre. CAMERON et BROWN ouvrent le feu, mais CLEGG tient bon, titre l'INDEPENDENT. Comme dans tout débat télévisé, tout est dans le choix des mots; la VANGUARDIA voit d'ailleurs dans ce débat avant tout un choc dialectique. Fini les "I agree with Nick" (je suis d'accord avec Nick) de la semaine dernière, où BROWN et CAMERON tentaient de capter l'électorat du candidat Libéral Démocrate... non, cette semaine, c'était plutôt "Get real Nick" : Sois réaliste, comme pour prouver que le jeune leader centriste n'a aucune expérience du pouvoir, notamment sur les questions de défense, et de lutte contre le terrorisme. La BBC note même, un rien ironique, que dans cette nouvelle alliance de circonstance, David CAMERON a fini par lâcher un "I agree with Gordon", les dents tellements serrées que le candidat conservateur pourrait avoir besoin d'aller chez le dentiste aujourd'hui. Gordon BROWN, a tâché pour sa part de s'installer dans le rôle de l'homme des responsabilités, renvoyant dos à dos ses concurrents. "David est anti-européen, Nick est anti-américain... tous les deux sont déconnectés de la réalité", cite la BBC. Le Premier Ministre sortant qui a tenté dès le début du débat de se départir de son déficit d'image auprès des électeurs : "Si tout n'est question que de style, et de relations publique, ne comptez pas sur moi" rappelle le GUARDIAN, "que vous m'aimiez ou non, je suis l'homme le plus à même de gérer ce pays". Difficile en effet de tenir tête à l'étoile montante de cette élection, le Libéral Démocrate Nick CLEGG, grand gagnant, à la quasi surprise générale, du premier débat la semaine dernière. CLEGG n'est pas une étoile filante, titre le quotidien espagnol EL MUNDO, il a réussi avec le débat d'hier à apporter de l'air frais au bipartisme traditionnel britannique. Il était quasi impossible de faire aussi bien que la semaine passée, résume la VANGUARDIA, et pourtant, loin d'éclater, la "bulle Clegg" comme l'appelle l'éditorialiste, menace d'influencer en profondeur le scrutin. Et il y a dans ce troisième homme providentiel, qui fascine une partie de la presse, des airs de changements... d'un changement à l'américaine. Pour preuve, sa phrase de conclusion : "les électeurs commencent à espérer que nous pouvons faire qque chose de différent. Ne laissez personne vous dire que rien ne peux changer... cette fois, c'est possible". Il n'en fallait pas plus au site de CNN pour y entendre des accents "obamaesque" en anglais dans le texte : "an obamaesque call for hope and change"... un appel à la Obama pour l'espoir et le changement. El Obama britannico, dans la VANGUARDIA. Un Nick CLEGG obamizado, "Obamaisé" tente pour sa part EL MUNDO. Lui qui comme le président américain, affirme que la guerre en Irak était une erreur... lui qui assure que le changement climatique et le problème le plus urgent à régler... lui enfin qui veut réduire l'arsenal nucléaire de Grande Bretagne. Il n'en fallait pas plus pour l'estampiller. Mais si les journalistes s'enflamment, quid des électeurs ? Chaque titre de presse voit le vainqueur de ce débat à sa porte : CLEGG pour les uns, CAMERON pour les autres... les sondages, largement décortiqués, donnent les trois hommes autour de 30%, avec une constante, Gordon BROWN en dernière position. Et pourtant... peut-être que malgré ces chiffres, le véritable vainqueur serait bien le Premier Ministre sortant, analyse EL PAIS, simplement parce que malgré 13 années de pouvoir travailliste, malgré une image largement écornée ces derniers mois par les scandales, malgré tout cela... et bien simplement, Gordon BROWN est toujours dans la course, à armes égales avec ses concurrents, et qu'avec ce mystérieux système électoral, ce système à un tour brutal où le gagnant emporte tout, comme l'appelle le WASHINGTON POST... Et bien les travaillistes pourraient bien, plus discrètement, tirer leur épingle du jeu. Bonne Journée

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......