LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La bombe française / le médecin polonais.

5 min

Bonjour, Utiliser l'arme nucléaire contre le terrorisme... la presse européenne revient ce matin sur cette décision de jacques Chirac... "alors qu'il approche de la retraite Chirac ressort des vieux tiroirs ses 200 bombes atomiques" écrit ce matin la Stampa en Italie... dans un article intitulé ironiquement "la doctrine du jour"... "Il annonce un changement radical de stratégie, une réponse plus flexible devant la menace d'états terroristes!" "Un discours qui se voulait pédagogique" défend le Figaro ce matin... qui vise à faire comprendre que "la dissuasion nucléaire n'est pas une notion stratégique du passé!".... mais apparemment le discours n'a pas séduit nos confrères européens très inquiets ce matin "La bombe Chirac" titre el Pais dans son éditorial avant de démarrer par ces mots "la révision de la doctrine nucléaire française est radicale et dangereuse... Chirac élargit énormément l'éventail de l'utilisation flexible de l'arme nucléaire... et c'est un claque à la lutte contre la prolifération de ce type d'armes... sans parler du calendrier, plus que mal choisi, à l'heure où l'Iran menace de reprendre ses recherches nucléaires... le discours Chirac le place plus que jamais aux côtés de ceux de Bush : entendre que l'arme nucléaire est "une garantie pour nos approvisionnements stratégiques"... est une référence évidente au pétrole... ou dans le langage de monsieur Chirac... aux intérêts vitaux de la France... Jamais auparavant la France n'avait ouvertement tenu un tel discours, que vous le vouliez ou non... Chirac fait ainsi le jeu de l'administration Bush qui cherche à banaliser l'utilisation de l'arme nucléaire... et l'article continue... monsieur Chirac a beau jeu de lancer que le dispositif nucléaire français est un élément incontournable de la sécurité du continent européen... c'est un moyen pour lui de justifier les 3 milliards d'euros investis tous les ans dans ce domaine... un moyen surtout conclut el Pais ... de raviver une présidence en déliquescence... si monsieur Chirac avait voulu faire quelque chose pour l'Europe il aurait du démissionner après le non infligé par ses électeurs à la constitution européenne... aujourd'hui sa chère bombe est plus le signe d'une décadence que d'un renforcement de sa présidence chancelante" Et les ton est le même dans les colonnes du Financial Times ce matin qui lance "c'est dur pour les chefs d'état français de rester silencieux longtemps sur un sujet dont il sont si fiers... la construction d'une force nucléaire de dissuasion dans un pays de rang moyen comme la France... alors après quelques années de silence, ils ne résistent plus a faire des déclarations qui se donnent l'air d'être majeures... Sauf peut être pendant la guerre froide... la France se taisait alors plus ou moins sur ses succès nucléaires parce que sa technologie ne lui permettait pas de détruire un objectif plus petit qu'une ville entière... mais depuis, des progrès ont été faits... et les frappes peuvent être plus ciblées, l'arme est sans doute plus performante... ce qui permet à la « force de frappe » ( en français dans le texte) d'être plus dissuasive face à des états qui pourrait décider de soutenir les terroristes... Reste rajoute le Financial Times, que l'arbre ne cache pas la forêt... la France comme la Grande Bretagne est mal à l'aise avec un tel arsenal qui n'empêche pas de dormir des puissances majeures comme les Etats Unis la Russie ou la Chine... Vouloir européaniser cette force de dissuasion serait un bon moyen de se justifier... mais rien n'est moins sûr... face à des partenaires qui voient rouge dès qu'on évoque le nucléaire... sans parler de la Grande Bretagne qui devrait alors choisir pour de bon entre son alliance atlantique et sa position en Europe... et le journal conclut... alors mieux faudrait faire profil bas sur le sujet... d'autant plus alors que la communauté internationale essaye justement de dissuader des pays comme l'Iran ou la Corée du nord de transformer leurs atomes en bombes" Mais c'est sur le plan intérieur qu'il faut surtout considérer ce discours renchérit the Independant... " Voilà une bombe politique... dont les motifs sont à la fois personnels électoraux et stratégiques... face aux mauvais sondages Chirac cherche à se refaire une image d'homme d'état important qui peut s'il le veut appuyer sur le bouton nucléaire... c'est également un calcul pour mettre à mal son ex protéger maintenant honni, Nicolas Sarkozy, qui fait partie de ceux qui questionnent les dépenses nucléaires françaises... une manière de lui renvoyer le sujet à la figure à un an des élections" Relance : et dans la presse espagnole Cécile il question non pas de plombier polonais mais de médecin polonais... Oui c'est el Pais qui en fait sa Une ce matin... « Par manque de candidats nationaux, les hôpitaux espagnols se paient des voyages vers les facultés polonaises à la recherche de médecins spécialistes ... un flux qui répond à un autre dit le journal puisque des milliers les médecins espagnols vont grossir les rangs des systèmes de santé britannique, allemand, suisse ou portugais... Depuis quelques mois une centaine de médecins polonais aurait déjà fait le voyage surtout vers l'Extremadure et la Castille ainsi qu'à Ceuta et Melilla... Pour les candidats au voyage l'offre est alléchante dit l'article... ils sont payés sur les bases salariales espagnoles cad 3200 euros brut par mois alors qu'en Pologne ils ne gagneraient au mieux qu'environ 300 euros... Ce sont principalement des ophtalmo des gynéco et des neurochirurgiens qui viennent chercher le salaire mais aussi la technologie, les moyens de travailler à la pointe ! raconte el Pais avant de rajouter, ce système de remplacement est indispensable puisque depuis 1994 et la mise en place du programme Eures qui coordonne les mouvements de fonctionnaire... les mouvements de médecins sont très nombreux... on estime à 1800 le nombre de médecins espagnols au Portugal... ils sont 1050 au Royaume Uni, 400 en Suisse... et le conseille national de des médecins espagnol de commenter...nos voisins européens ne sont pas fous... ils savent que nos médecins sont très bien formés, très longtemps, ils viennent donc les chercher pour remplir les postes, notamment en zones rurales, dont personne ne veut dans leur pays! »

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......