LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La culture de l'argent roi.

5 min

Bonjour marc bonjour à tous, C'est un homme avec des très très longues jambes... tout en longueur dans les bras, dans le visage... il fait un pas devant l'autre... il marche... « c'est l'homme qui marche I »... une oeuvre d'Alberto Giacometti réalisée en 1961... une oeuvre qui fait le tour de la presse internationale ce matin parce que cette oeuvre a été vendue aux enchères mercredi soir pour la modique somme de 65 millions de livres... près de 75 millions d'euros... devenant ainsi l'oeuvre d'art la plus chère jamais vendue aux enchères... D'où ce questionnement récurent de vos journaux... 75 millions d'euros pour une sculpture... est ce bien raisonnable?... et est ce que ça a encore un rapport avec l'amour de l'art? nous voilà revenus en arrière au temps de la pré récession... écrit l'International Herald Tribune... en tout cas sur le marché de l'art de crise, il n'y en a pas !... peu de professionnels auraient pu imaginer que ce bronze de 183 cm de haut pourrait partir à ce prix là... cet homme qui marche n'est même pas une pièce toute à fait unique puisque Giacometti en a fait 6 ... alors c'est vrai elle est très connue...très emblématique de l'après guerre... mais est ce vraiment important rajoute le quotidien américain... quand on sait qu'une autre sculpture de Giacometti a été vendue la même journée sous son prix d'appel... alors? Alors répond l'article... l'argent coule à flot sur le marché de l'art... mais ça n'a rien à voir avec l'art et non... ça à avoir avec la finance... rajoute son confrère suisse du Temps... et il n'y a rien d'extraordinaire à ce que cette oeuvre familière à tous, reconnaissable au premier coup d'oeil soit partie à un prix aussi élevé... c'est que dans une période d'économie déprimée... les acheteurs... et il en reste ... demandent à investir dans des biens d'une valeur inébranlable... et c'est ainsi qu'ils se tourne vers l'art... enfin vers certaines oeuvres d'art mondialement connues... un constat termine le Temps... qui aurait sans doute plongé l'artiste grison dans la plus grande perplexité argent et pouvoir... pour l'amour de l'art?... interroge avec sarcasme el Pais espagnol qui répond non il n'y a rien de raisonnable dans cette affaire... et même les calculs mercantiles sont complètement dépassés... aussi irrationnel que cette somme de 100 millions de dollars versée pour un bronze... mais on serait encore dans l'absurde si la somme était divisée en deux ou en trois... car il est inutile de s'interroger sur la valeur de l'art... on dit la pièce inestimable mais comme toute oeuvre d'art elle est par définition inestimable et inutile ... alors comment lui attribuer un prix... c'est absurde... écrit el Pais comme il est absurde que des oeuvres qui disent tant sur l'histoire de notre monde puisse passer de mains en mains comme cela au gré des spéculations... c'est la meilleure façon de tuer ces oeuvres d'art... d'ailleurs... termine le journal... après toute ces réflexions n' a t on pas déjà oublié de quelle pièce il s'agit? et puis il y a cette caricature dans les pages du Times de Londres ... on y voit la sculpture de Giacometti exposée dans un musée... mais qui porte une valise avec la mention ... député britannique... et le commentaire du gardien de musée... tout ça pour ça! c'est le clin d'oeil du quotidien britannique conservateur qui comme tous ses confrères ce matin revient sur l'épisode final d'une affaire qui secoue la Grande Bretagne depuis des mois... à savoir ... les notes de frais des députés britanniques au mois de mai dernier le Daily Telegraph avait révélé au compte goutte des détails de notes de frais de nombreux élus ... dont certains se faisaient défrayer pour des films porno, un abris flottant pour canards, des travaux dans leur maison... ou des intérêts pour des prêts immobiliers inexistants... l'affaire avait fait beaucoup de bruit et un audit avait été lancé auprès de tous les parlementaires britanniques et bien les résultat de cette enquête ont été dévoilés hier: plus de la moitié des députés britanniques ont fraudés avec l'argent publique... et ils vont devoir rembourser... plus d'1 millions d'euros comme quoi la mauvaise odeur n'a pas encore quitté Westminster titre le Times... cet audit qui met en cause des personnalités comme Gordon Brown ou la ministre de la défense du cabinet fantôme...nous rappelle combien le scandale colle à la politique britannique... et c'est très grave... parce qu'à quelques mois des élections les électeurs ne peuvent plus faire confiance à plus de la moitié de leurs représentants... c'est tout notre système démocratique qui vacille rajoute le Sun... et tout cela à cause d'un mal trop répandu malgré la crise continue l'Independent... la cupidité et on est loin d'en être guéri... renchérit toute la presse européenne qui s'inquiète de ce culture de l'argent à tout prix Une dérive qui est arrivée en Europe puisque nous voilà avec notre Lehmann Brother européen... la Grèce titre le Spiegel la Grèce en faillite... est un problème européen rajoute le NRC Handelsblad aux Pays Bas... parce qu'elle semble faire des petits dans toute l'Europe... écrit la presse italienne Vent de panique sur les "maillons faibles" de l'Europe ...après la Grèce l'Espagne et le Portugal plongent comme dans un jeu de domino dit le Temps de quoi nous rappeler combien nous avons besoin de réformer notre zone euro... continue le Dagens Nyheter en Suède... et pour cela il faut des mesures de contrôle radicales mais on en est loin écrit Elephterotypia en Grèce... une fois de plus les évadés fiscaux et les grosses fortunes profitent de notre crise... au détriment de la majorité des citoyens condamnés encore à payer pour leurs dérives Décidément termine la Suddeutsche Zeitung ... l'histoires ne cesse de se répéter...

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......