LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La fermeture de Guantanamo reportée

5 min

Beaucoup de candidats l'ont fait ... et plus nombreux sont encore les électeurs qui l'ont appris à leurs dépends : tenir une promesse de campagne électorale n'est pas chose facile ... On pourrait même dire ... difficile ... et parfois quasi impossible ... Depuis un hier ... plus personne n'est en mesure de dire quand sera fermée la prison de Guantanamo écrit ce matin LA VANGUARDIA en Espagne ... Pour la première fois ... le président américain Barack Obama a en effet reconnu qu'il ne pourrait pas respecter la date-butoir ... qu'il avait lui même fixée lors de son arrivée à la Maison Blanche. Et le problème renchérit THE TIMES de Londres ... n'est pas tant finalement le report de cette fermeture qui on le sait interviendra quoi qu'il en soit un jour ou l'autre ... mais bien plutôt le report d'une promesse qui plus que tout autre symbolisait la volonté d'un nouveau président de changer le monde ... et d'en finir avec les politiques controversées de son prédécesseur ... Autrement-dit ... et même si l'annonce d'hier n'est pas véritablement une surprise ... et bien elle risque bien entendu d'étayer un peu plus encore les critiques de tous ceux qui aujourd'hui reprochent au chef de la maison blanche d'avoir eu les yeux plus gros que le ventre. Pour le reste ... c'est vrai que cette annonce n'a rien de très spectaculaire ... explique EL MUNDO en Espagne ... La Maison Blanche avait d'ailleurs multiplié ces derniers jours les signaux tendant à prouver que la mesure serait difficilement applicable en janvier 2010 ... comme prévue initialement ... Et le journal LE SOIR de préciser ... : Pour preuve la démission annoncée vendredi dernier du conseiller présidentiel pour les questions de droit ... lequel s'était débattu pendant presque un an avec cette promesse de fermeture. Alors faut-il en déduire que la machine à discours s'est emballée ... au point d'éclipser l'action ... poursuit l'éditorialiste ... Par ses discours ... Obama a su générer dans le monde une adhésion dont les Etats-Unis n'osaient plus rêver ... Mais ... peut-être ... aujourd'hui Obama doit-il être prêt à être moins aimé ... et nous devons nous préparer à aimer moins Obama ... si nous souhaitons qu'il réussisse. Car il ne faudrait pas oublier que la fermeture de la prison de Guantanamo suscite aussi un certain nombre de résistances ... au premier rang desquelles la difficulté à trouver des pays par exemple qui acceptent de recueillir sur leur sol des détenus ... écrit ce matin THE INDEPENDENT ... Sans compter que ce report fait aussi échos à l'annonce faite ... par le ministre de la Justice ... de renvoyer les responsables supposés des attentats du 11 septembre devant un tribunal de droit commun à NEW YORK ... annonce qui a aussitôt ravivé les plaies ... Selon un sondage publié mardi dernier ... 41% des new yorkais interrogés sont contre la tenue d'un tel procès dans leur ville ... Nombreux sont ceux ... y compris dans les rangs des politiques à considérer en effet que cette décision va faire de New York une cible de choix pour les terroristes ... écrit THE CHRISTIAN SCIENCE MONITOR ... Aussi l'ancien maire Rudolph Giuliani juge-t-il que Khalid Sheikh Mohammed et ses complices devraient être traités comme des criminels de guerre ... autrement-dit ... dans le cadre de la justice militaire ... Alors bien sûr ... nuance aussitôt LE TEMPS en Suisse ... difficile de ne pas voir dans cette réaction un calcul politique visant à discréditer la politique de Barack Obama ... Il y a quelques années ... rappel le journal ... lors de la préparation du procès Zacharias Moussaouie ... le même Giuliani tenait un tout autre discours en affirmant la nécessaire primauté du système légal ... en toutes circonstances ... y compris face aux attentats terroristes ... Quoi qu'il en soit ... calculs politique ou non donc ... toujours est-il que le camp conservateur n'est donc pas le seul à se fissurer ... Les démocrates ... eux aussi sont partagés devant cette décision qui aux yeux de certains pourrait non seulement rouvrir des blessures psychologiques ... mais aussi donner trop de visibilités aux prévenus ... et puis surtout ... menacer donc la sécurité nationale. Sauf ... sauf à considérer comme l'écrit le magazine américain FOREIGN POLICY ... que si le réseau terroriste le plus célèbre du monde s'effondrait ce serait encore pire ... D'où ce titre ... pourquoi il ne faut pas détruire Al-Qaïda ... Au moins 40% de ses dirigeants de 2001 ont été soit capturés soit tués ... et les nouveaux ne s'en sortent pas mieux précise l'article ... Ce qu'il reste ... et bien probablement une coquille ... vide ... représentée par des figures-clés ... isolées ... Il serait donc sage de garder Al-Qaïda en vie écrit le magazine ... Qu'on le veuille ou non ... maintenir l'organisation est le meilleur moyen pour le monde de canaliser les fanatiques islamistes dans un seul réseau ... C'est là qu'ils sont le plus facilement repérables ... et maîtrisables ... En revanche ... réduire à néant cette organisation terroriste c'est prendre le risque de fragmenter Al-Qaïda en des milliers de cellules ... qui seraient bien plus difficiles à pister ... et impossibles à éradiquer ... C'est d'ailleurs le grand dilemme du contre-terrorisme écrit le magazine américain ... et la solution ... c'est vrai ... n'est pas a priori ... très séduisante ... Al-Qaïda doit survivre ... Alors bien sûr ... Le réseau ne doit pas être maintenue en vie éternellement ... Le coup fatal pourrait lui être porté lorsque le fondamentalisme islamiste sera en perte de vitesse ... ce qui pourrait arriver par exemple si un accord de paix israélo-palestinien était signé ... Si le réservoir de recrues s'épuise ... et bien plus besoin du potentiel d'attraction d'Al-Qaïda ... Mais on est loin d'en être là conclut FOREIGN POLICY ... C'est pourquoi nous devrions pour l'instant profiter pleinement du fait que ce réseau ne fait pas que réunir les pires terroristes islamistes ... il les piège ... aussi.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......