LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La Honte: le procès Fritzl

5 min

Bonjour Ali bonjour à tous, la honte! la honte du monstre la honte de tout un pays... la honte d'un procès... « Les bancs de la coure se sont remplis en quelques secondes... la salle était bondée d'une multitude de journalistes présents pour l'évènement... pour le spectacle... l'accusé est arrivé cachant son visage... honteux enfin... mais tout le monde pouvait sentir passer le souffle de l'horreur... » Voilà comment démarre l'article que le Daily Mirror britannique consacre ce matin au procès qui s'est ouvert hier en Autriche le procès du monstre reprend la presse du monde entier en choeur le procès de l'horreur... de l'indicible... le procès d'un homme déjà coupable aux yeux du monde entier... écrit le Kronen Zeitung en Autriche Mettez le sous les verrous tout de suite !... titre ce quotidien populaire... croyant se faire l'écho du voeu de ses lecteurs qui attendent disent ils un juste châtiment pour ce père monstrueux Qui, comme le titre le Titre le Guardian en page 2 et 3 de son édition d'aujourd'hui a fait subir l'enfer à sa fille enfermée dans une cave pendant 24 ans et violée 3000 fois... Ainsi, c'est LE procès de l'inceste... rajoute le Spiegel en Allemagne... un procès à sensation et l'accusé lui même en avait conscience hier lorsqu'il est arrivé devant la cour les mains tremblantes cachant son visage derrière une chemise en carton bleu... les spectateurs en ont pris pleins les sens... continue le Spiegel... voir le visage du tortionnaire ... entendre la description de la cave et l'histoire du calvaire... et jusqu'à cette petite boite présentée aux jurés... « sentez messieurs dames, sentez ! » ces objets appartenaient aux victimes on peut encore percevoir l'odeur infâme qu'il y avait dans cette cave... l'odeur de l'horreur Mais vous n'avez pas honte... commente le site de la Deutsche Welle qui comme le Times de Londres se fait l'écho de cette pièce autrichienne qui fustige l'engouement médiatique autour de ce procès Fritzl ... dans quelle mesure interroge la pièce... dans quelle mesure les journalistes et l'opinion publique n'ont pas leur part dans cette honte ? à se délecter si avidement de cette histoire ...avec ce mélange de révulsion et d'admiration? Et c'est ansi que le Kronen Zeitung rajoute encore... ce que veulent les autrichiens avec ce procès c'est bien sûr espérer répondre à l'éternelle question du pourquoi... mais via des comptes rendus sobres sans détails sordides... en clair ils veulent de la discrétion et du respect pour les victimes et pourtant écrit la Vanguardia en Espagne... le victimes ont déjà su en profiter de cette couverture médiatique monnayant leur témoignage aux plus offrant... alors le moins que l'on puisse dire écrit le Diario de Noticias au Portugal... c'est qu'on est loin de la mesure dans ce procès savamment mis en scène... imaginez vous 2000 journalistes du monde entier qui tentent de passer un oeil ou une oreille dans une salle qui ne peut accueillir que 95 personnes... on imagine la cohue et l'ambiance électrique des débats c'est vrai qu'on se croirait dans un film d'Orson Wells ... continue la Stampa en Italie... dans cette salle un sentiment d'oppression et de culpabilité nous envahit... tout comme la certitude que quelque chose de terrible va nous être révélé... quelque chose d'inacceptable qui fait bizarrement écho à cet Oedipe si difficile à digérer chez chacun de nous alors est ce la raison pour laquelle cette histoire sordide passionne tant les foules ? oui sans doute continue la Stampa car l'opinion comme le journaliste semble attendre de ce procès une confession tout en sachant qu'elle ne changera rien... qu'elle elle ne lavera pas la conscience ... ne purifiera pas l'athmosphère... au contraire cette confession rappelle que l'humanité a un côté sombre... un côté que nous avons tous en chacun de nous... et que nous cachons tous individuellement dans nos petites infamies... nos petites hontes quotidiennes c'est sans doute cette ambigüité qui explique la division des autrichiens sur ce procès ... écrit le Tribune de Genève ... certains se félicitent de voir le huis clos décidé pour les débats car il voudraient oublier cette affaire au plus vite... ils sont ulcérés que le drame ait été présenté dans une partie de la presse internationale comme typique d'une société autrichienne conservatrice et adepte du secret mais nous ne pouvons pas blâmer le reste du monde pour ce qui s'est passé chez nous... répond un intellectuel autrichien dans les colonnes de l'Independent qui se fait le porte parole de bien des autrichiens qui eux au contraire veulent faire toute la lumière sur cette affaire...car elle pose des questions de fond en Autriche... l'inaptitude ... l'emballement médiatique... au mépris de la présomption d'innocence... alors... rajoute cette tribune ....bien sûr ce drame n'a rien de fondamentalement autrichien mais nous avons sans aucun doute à définir toute une série de responsabilité au sein même de notre pays... on connait bien ça nous aussi... explique alors cet éditorial du Soir en Belgique... avec l'affaire Dutroux... notre pays qui n'en avait pas fini avec le sordide peut témoigner de la difficulté de se relever d'un tel mauvais coup... avec ce procès autrichien voilà que nous regardons dans notre miroir même gradation dans l'horreur ... même incompréhension du public ... car ce monstre est également passé à travers les mailles du filet policier judiciaire et social... et surtout dit le Soir... même excès de médiatisation... ainsi déjà placé sous le feu glaçant des projecteurs avec l'affaire Kampush... voilà que l'Autriche devient « le pays des oubliettes » pour l'opinion publique internationale sa seule manière d'en sortir... que ce procès soit le plus juste et le plus serein possible... c'est la seule façon de garder son honneur de société démocratique

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......