LE DIRECT

La magie, c'est fini! Reviens Harry

5 min

par Cécile de Kervasdoué

« Il s'appelle Mohammed Darwich...c'est un jeune photographe de 23 ans arrêté par des policiers en civil chez lui le 22 mai dernier à deux heures du matin... nous sommes à Manama écrit l'Orient le Jour au Liban... Mohammed figure parmi les centaines de personnes (plus de 500 selon Amnesty internationale) qui ont été détenues suite aux mouvements de contestation qui ont secoué la monarchie Al Khalifa à Bahreïn en février dernier... aujourd'hui s'il incarne cette répression c'est grâce à sa sœur... Asma... qui depuis le 22 mai mène un combat acharné pour sa libération... que ce soit dans le monde virtuel ou réel la jeune bahreïnie ne laisse pas passer un jour sans dénoncer les injustices des autorités... ses prises de position lui ont valu son expulsion de l'université après une grève de la faim de 12 jours... une arrestation avec deux autres femmes pour avoir organisé un sit it dans les locaux des Nations Unies à Manama... des menaces permanentes des pressions sur sa famille

et puis continue le site du journal libanais... dimanche changement de tactique…Asma a pu revoir son frère durant 15 petites minutes en prison... elle raconte sa rencontre émouvante sur Twitter : je viens de voir mon frère... ses mains étaient si froides... je n'ai pas arrêté de les embrasser... il m'a serré très fort contre lui en répétant prends soin de toi prends soin de toi-même !... il ne sait pas que j'ai été arrrêté... il raconte que les leaders de l'opposition sont toujours détenus dans la prison de Gurain avec des médecins et des infirmiers et des cyber activistes mais ils n'ont pas le droit de se parler... il a été battu… sa tête projetée contre le mur... il ne sait toujours pas pourquoi il est détenu mais il espère être relâché après une mascarade de procès peut être le 7 juillet dit il… il a enlacé maman les larmes aux yeux... ses yeux étaient si rouges... il portait la chemise noire et blanche que j'aime tant...

À la porte, il a levé le bras en signe de victoire et m'a dit... mon message au monde "résistance"…Reviens vite mon frère ... tu me manques tellement...sans toi la vie n'est plus la même ! »

on a pourtant du mal à croire à une fin heureuse dans cette histoire... commente l'Orient le Jour ... c'est que nous vivons l'envers du fantasme préfère el Watan en Algérie ... qui comme de très nombreux confrères de la presse étrangère annonce la fin du rêve porté par le printemps arabe

Il n'y a qu'à regarder du côté de la Syrie... qui fait la une de bien des journaux parce que le régime de Bachar al Assad est accusé de crimes contre l'humanité par Amnesty international rappelle par exemple le titre d’Al Jazeera.

et tous les regards sont tournés du côté de Hama encerclé par les blindés du régime... écrit el Watan

Vers la répétition dus scénario Libyen !... prévient le quotidien d'Oran toujours en Algérie:

Il est clair qu'à moins d'instaurer « la paix des cimetières » en lâchant sans retenue son armée et ses forces de sécurité contre son peuple, le régime syrien ne peut plus rester aux commandes du pays. ...Mais Bachar El-Assad se tromperait encore une fois s'il pense que du fait de la position et du rôle stratégique qu'a la Syrie dans la région, il peut, contrairement à Kadhafi, réaliser ce dessein sans que ne s'organise contre son régime une ingérence militaire étrangère. Il n'est pas besoin d'être dans le secret des puissances étrangères, qui ont dans leur point de mire la chute du régime syrien, pour comprendre que s'est mise en place la machinerie qui prépare le terrain à une intervention internationale. Pour l'heure, l'objectif est d'intensifier l'expression de la réprobation internationale .. Là aussi, ce n'est pas le tragique de la situation du peuple syrien qui motive la volonté de la plupart des puissances et de leurs milieux médiatiques de vouloir en finir avec le régime de Bachar El-Assad. Il se trouve seulement que celui-ci n'entre pas dans le schéma que dessine le plan du Grand Moyen-Orient pour la région. Quant à ce qu'il en résultera après cela pour le peuple syrien et la région, ce ne sont pas les interventionnistes « humanitaires » qui s'en soucieront.

Il s’agirait alors d’une manipulation internationale ? Pas sûr non, répond Robert Fisk dans l'Independent... l'histoire est faite de cycles particulièrement en Syrie écrit il dans le quotidien britannique... en Février 1982 le président Hafez al Assad avait ainsi réprimé à Hama la révolte islamiste en massacrant 20 mille personnes, hommes, femmes et enfants... Presque toutes les victimes étaient des sunnites… de quoi planter les germes de la revanche avait alors prévenu un diplomate néerlandais…et bien la revanche est arrivée écrit le reporter qui était en Syrie alors...

et le Temps en Suisse poursuit... la situation est insurrectionnelle à Hama... où 400 mille personnes ont manifesté ce week end contre le régime... il n'est plus question maintenant de tenter de trouver une solution à l'amiable dans cette révolution syrienne... la répression va commencer... elle sera terrible... aussi terrible que ce contentieux de 30 ans... le pire va t il se répéter et c’est maintenant !

oui continue encore cette colonne de la Repubblica italienne qui lance une lettre au président Bachar al Assad... vous voyez votre pays s'enfoncer dans la guerre civile... ce grand peuple syrien inventeur de l'alphabet va s'entretuer ... si vous avez encore un peu de pouvoir faite quelque chose

et Robert Fisk dans l'Independent continue encore... en 1982 il n'y avait pas de twitter ni de you tube et la Russie soviétique vendait des chars et des tanks aux régime syrien.

aujourd'hui c'est l'Allemagne qui vend des tank à l'Arabie saoudite s'insurge le Spiegel qui comme toute la presse allemande s'insurge contre la vente de 200 tanks léopard au régime saoudien... nous ne cesserons donc jamais de jouer avec la feu s'inquiète le Taguezeitung...

en tout cas une chose est certaine conclut le Times de Londres la magie c'est terminé... et le quotidien britannique ose cette comparaison douteuse avec la fin de la saga Harry Potter… car demain sera présenté à la presse le dernier épisode filmé de l’aventure du jeune sorcier

8 films, 7 livres, 14 ans de Pottering… et entre temps nous avons vu passer Bill Clinton Georges Bush et Tony Blair… nous avons cru voir le monde changer évoluer faire une révolution mais non… comme avec la fin de Harry Potter ce n’est pas la force du mal qui l’emporte c’est juste la magie qui disparaît et tout le monde la regrette, avec sa morale simpliste et son sens de l’humour… reviens Harry !

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......