LE DIRECT

La politique étrangère de l'Union Européenne: état des lieux.

5 min

Bonjour Ali bonjour à tous « L'Union Européenne est prête à renégocier avec la Serbie »... titre ce matin la Libre Belgique « le feu est repassé au vert après que le gouvernement de Belgrade a envoyé des signes de coopération positifs quant à sa volonté de capturer les criminels de guerre serbes ...dont l'ancien chef des serbes de Bosnie Radovan Karadzic et son bras droit militaire Ratko Mladic.... les négociations avec la Serbie avaient été interrompues l'année dernière rappelle le quotidien belge... pour sanctionner le peu d'entrain de Belgrade dans cette coopération judiciaire... et rien ne laissait présager qu'elles reprendraient lorsqu'il y a trois semaines les serbes ont élu un ultranationaliste à la présidence du parlement... seulement continue l'article... c'était sans compter les stratèges politiques européens qui croient que la main tendue par l'Europe à la Serbie est le seul moyen d'encourager les modérés à ne pas céder aux tentations nationalistes... le seul moyen aussi de mettre fin à l'impasse sur la question du statut du Kossovo... Mais en échange précise la Libre ... il est d'abord demandé expressément à Belgrade de collaborer avec le tribunal international de La Haye Et c'est une stratégie qui semble déjà porter ses fruits... écrit son confrère du Soir toujours en Belgique... parce que la police bosno serbe vient de faire savoir que l'un des proches de Karadzic... qui est même soupçonné d'avoir organisé sa cavale avec celle de Mladic... vient d'être arrêté à la frontière bosno serbe... Zdravko Tolimir, considéré comme le troisième homme le plus recherché pour crimes de guerre lors du conflit des Balkans, serait coresponsable du massacre de Srebrenica et de ses 8000 morts... son arrestation, déclarent les responsables européens, est donc un pas très positif pour la justice mais aussi pour le rapprochement avec la Serbie! et c'est bien ce qu'espère le gouvernement de coalition de Vojislav Kostunica... écrit le journaliste du site Monster and Critics... montrer pate blanche alors que Carla da Ponte doit se rendre en Serbie la semaine prochaine ... et surtout engager de savantes négociations ... car rien ne dit pour l'instant que les serbes accepteront de poursuivre les efforts en vue de l'arrestation de Karadzic et de Mladic... tout dépendra surement dit l'article des suites de la question du Kossovo qui s'invite au sommet du G8 cette même semaine... Et c'est là que tout se complique... explique un article tiré de la publication balkanique Birn... ces dernière semaines permettent en effet de se demander si l'on ne se trouve pas en ce moment dans une scène de dessin animé... vous savez cette image bien connue où un personnage court et termine sa course au dessus d'un précipice où durant une ou deux secondes... il reste en suspension au dessus du vide tandis que ses jambes s'agitent furieusement ... en vain car finalement il tombe... et bien il en est ainsi de l'affaire du statut final du Kossovo... dit Birn...c'est une danse diplomatique au dessus du vide... alors que le processus diplomatique s'approche de son terme: il n'y a aucun accord en vue... car face à l'agitation diplomatique occidentale la ferme opposition russe demeure... et aucun compromis n'est envisageable... écrit l'article pessimiste. on a pu croire que Moscou pourrait mettre dans la balance du prochain sommet du G8 son accord sur le Kossovo contre l'abandon du projet de bouclier anti missile américain en Europe de l'est... mais c'est vaines illusions, et les européens se sont déjà bercés de ce type de rêve lors du sommet de Samara où lors de la visite de Condoleza Rice à Moscou il y a plus d'une semaine...alors le BIRN conclut ... pour éviter notamment que les kosovars finissent par tourner le dos à l'occident il n'y a plus qu'une décision à prendre.. . Les diplomates doivent admettre enfin publiquement l'évidence: il faut remettre la question du Kossovo à plus tard! Alors n'attendez rien du sommet du G8... prévient encore un analyste de la Libre Belgique ce matin... car le Kossovo y sèmera la zizanie... et la guerre des mots entre la Russie et les puissances occidentales n'est pas prêtes de se calmer... notamment parce que pour la Russie la question du statut du Kossovo est devenue une affaire personnelle... une affaire d'humiliation personnelle et c'est justement ce que les européens tardent à comprendre ...rajoute l'International Herald Tribune... et ce qui fait capoter tous les réunions diplomatiques entre la Russie et l'UE... les européens n'ont toujours pas compris que la Russie ne fait pas partie de leur clan... pire, depuis Poutine elle n'en a pas envie... continue l'IHT... car la Russie n'aime plus l'union européenne... Et l'article explique... quant Poutine a été élu en 1999 le grand démon c'était l'OTAN... l'UE de son côté était un partenaire économique indispensable, la Russie n'a donc presque rien dit lorsque les anciens satellites de l'est ont rejoint l'union en 2004... Mais ensuite il y a eu la révolution orange de 2005... Or il faut bien comprendre que pour les russes il ne faut pas toucher à l'Ukraine!... et c'est justement l'erreur que fait la présidence allemande de l'UE : tenter de se rapprocher de l'Ukraine de la Moldavie et même des états d'Asie Centrale que la Russie considère sous son influence légitime! C'est ainsi que se creuse le fossé qui sépare les deux blocs au détriment des intérêts économiques communs ... et le quotidien américain conclut... alors il est grand temps pour l'Europe d'arrêter de croire qu'elle a des valeurs communes avec la Russie et qu'elle peut les combiner avec les ses intérêts économiques... si elle veut pouvoir négocier à terme avec Poutine ou ses successeurs Mais pour comprendre cela il faudrait que l'Union puisse avoir une politique étrangère commune... Et pour ce faire ce matin les éditorialistes espagnols mettent tous leur espoir en Nicolas Sarkozy qui a rencontré Zapatero hier soir « Speedy Sarkozy est la seule chance pour l'Europe » titrait déjà hier avec beaucoup d'emphase le très conservateur ABC et c'est vrai qu'hier à Madrid c'est une autre France qui est venue chez nous... beaucoup plus dynamique écrit el Pais... beaucoup plus pragmatique aussi... comme l'est la proposition du président français de faire adopter un mini traité simplifié pour relancer l'UE... c'est un compromis valable qui permettrait de relancer l'Union à partir d'un texte déjà ratifié par 18 états membres... écrit le quotidien de Madrid... mais encore faut il que ce mini traité en question préserve l'essentiel du texte d'origine et ne jette pas à la mer des questions importantes sous prétexte de vouloir aller vite... Encore faut il savoir aussi rajoute la Vanguardia ... si Nicolas Sarkozy est aussi sincère qu'il est habile... n'est il pas plutôt en train de se tailler un joli rôle européen conclut ironique le journal .... et ne cherche t il pas plutôt avec toute ses visites européenne à pavaner devant les photographes mais sans véritablement vouloir défendre dans le fond les intérêts de l'Union!

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......