LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Psychose aux Etats-Unis. Depuis le drame du marathon de Boston, les évènements dramatiques se multiplient outre atlantique, démontrant au passage que la trêve sur le front de la terreur n'était que passagère. Cette semaine noire, marquée par l'attentat de Boston, mais aussi l'épisode des lettres à la ricine s'est poursuivie, mercredi, par une spectaculaire et mortelle explosion dans une usine d'engrais chimiques au Texas. Et ce matin encore, à Boston, nous venons d'apprendre la mort d'un policier, tué par un homme armé sur le site de l'université. Alors série noire ou simple coïncidence ? Toujours est-il que la concomitance de ces évènements aiguise désormais la nervosité de la population.Il faut dire que 4 jours après les attentats de Boston, on nage toujours dans le flou le plus complet quant aux suspects, entre les affirmations des médias d'un côté, des services de police de l'autre, sans oublier les enquêteurs amateurs. Des milliers de personnes participent en effet via des sites communautaires, à ce qui semble être la plus grande enquête participative en ligne jamais réalisée. Grâce aux dizaines de milliers d'images postées chaque jour de manière anonyme, les "truthers" repèrent les détails incongrus, le moindre sac à dos susceptible de cacher une bombe."Vous voyez le mec à la veste brune et à la chemise rouge et violette ? Il tient quelque chose de gros dans sa main gauche, mais il porte également un sac à dos noir. Trois minutes plus tard, il apparaît dans une autre photo et à ce moment là, il n'a plus son sac à dos. Il a dans sa main un téléphone portable. Le FBI devrait sans aucun doute rechercher ce mec." Voilà le type de messages, repérés notamment ce matin par le journal LE MONDE sur les sites communautaires américains. Des pistes reprises, parfois, par les médias eux même, à l'instar de l'image de ces deux suspects publiés hier en Une du NEW YORK POST, contraignant l'un d'entre eux, paniqué en découvrant son visage dans le journal à se rendre au tribunal pour expliquer qu'il était innocent. Un développement qui témoigne quoi qu'il en soit des dérives possibles de ce que certains médias américains dénoncent à présent comme une chasse à l'homme. Car il y a une grande différence entre rendre service à la communauté et enquêter sur un crime, précise notamment le site WIRED.Ils veulent résoudre l'enquête, comme les vrais policiers à la télévision, se moque de son côté le magazine THE ATLANTIC, pour qui tous ces justiciers en herbe n'ont pas saisi la portée de leurs actes, et pensent que ce qu'ils font en ligne n'a pas la même portée que dans la vie réelle. Le problème, c'est que les enquêteurs fédéraux eux même semblent justifier ce comportement. Depuis plus de 100 ans, le FBI s'est reposé sur le public, pour qu'ils soient ses yeux et ses oreilles, a notamment expliqué hier, l'agent en charge de l'enquête. Une méthode qui tourne pourtant parfois au ridicule, lorsque des internautes se mettent à accuser une série télé d'avoir prédit l'attentat terroriste. C'est le cas notamment d'un épisode de la série Family Guy, diffusé le 17 mars dernier et dans lequel l'un des héros gagne le marathon de Boston en écrasant ses adversaires avec sa voiture et dont le père fera exploser plus tard deux bombes grâce à son téléphone. Un épisode précise le magazine SLATE retiré depuis du site de la chaîne de télévision FOX.Malheureusement et alors que les médias américains n’étaient déjà pas loin de l’hystérie, interrompant sans cesse leurs programmes pour signaler le moindre paquet, véhicule ou passager suspect, d’un bout à l’autre du pays, la dramaturgie des événements a donc connu un coup d’accélérateur avec plusieurs incidents dont cette explosion, dans une usine d'engrais du Texas. Or dans cette atmosphère déjà lourde, précise l'envoyé spécial du TEMPS de Genève, la coïncidence de date et de lieu entre l’explosion de mercredi et l’assaut de Waco le 19 avril 1993 a aussitôt nourrit les conjectures les plus folles. Et les "truthers" américains auront sans doute encore de quoi phosphorer aujourd'hui avec cette nouvelle chasse à l'homme lancée ce matin pour tenter de retrouver le tueur d'un officier de police, sur le campus de l'université de Boston et ce même si aucun lien pour l'instant n'a été établi avec l'attentat du marathon.Enfin, précise à nouveau LE TEMPS, une autre cause d’affolement médiatique semble, elle, en revanche en voie d’élucidation : Mercredi, la police américaine a arrêté un homme suspecté d’avoir envoyé des lettres empoisonnées à Barack Obama et à un sénateur républicain. Le suspect, connu pour son goût des théories de la conspiration, serait un imitateur d’Elvis Presley. Return to sender. Retour donc à l’expéditeur.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......