LE DIRECT

La revue de presse internationale de Thomas Cluzel

4 min

Par Thomas CLUZEL

Ce matin, je vous propose de débuter cette revue de presse en musique, car après tout, quoi de mieux pour se réveiller qu'un bon vieux tube ultra daté et qui vous accompagnera à coup sûr toute la journée ...

MUSIQUE

Vous aurez certainement reconnu, "We are the world", le tube interplanétaire composé par Michael Jackson et Lionel Richie en 1985, dans une version karaoké un peu particulière car le texte qui défile sur la vidéo ne correspond pas franchement aux paroles originales de la chanson. On peut y lire notamment ceci : "Quelque part aux Etats-Unis, des nuages de fumée noire s’élèvent vers le ciel".

Mais alors de quoi s'agit-il ? Cette vidéo étonnante, apparue hier sur You Tube et téléchargée samedi depuis le site officiel de la Corée du Nord, met en scène le rêve d'un jeune Coréen aux commandes d'une fusée. L'engin, raconte ce matin le HUFFINGTON POST, survole une foule de pays au milieu desquels on distingue facilement une Corée réunie, avant de s'arrêter sur une ville recouverte d'un drapeau américain. La caméra navigue alors entre les gratte-ciels ravagés d'une ville, aux contours étrangement new yorkais et qui croule littéralement sous les flammes, après ce qui a tout l'air d'être une attaque de missiles. Le tout, sur une bande-son d'un rare cynisme, la version instrumentale de "We are the World", accompagnée d'une légende où il est inscrit que « le nid de cruauté est la proie d'un incendie qu'il a lui-même commencé ». Enfin le film s'achève, par un message du jeune Coréen qui assure que son rêve "deviendra, un jour, réalité".

Certes la Corée du Nord n'est pas connu pour sa subtilité commente le NEW YORK TIMES. Elle l’est bien davantage pour sa rhétorique patriotique éculée. Ce n’est pas non plus la première fois que Pyongyang représente ainsi des attaques fictives lancées contre les Etats-Unis. Il y a quelques temps, des affiches de propagande montraient notamment un missile frappant le Capitole ou du moins ce que l’on pouvait imaginer censé représenter le Congrès américain. Reste que ce dernier épisode de la propagande nord coréenne mérite tout de même de s’y attarder, ne serait-ce que pendant les 3 minutes 30 que dure la vidéo, car il intervient quelques jours seulement après l’annonce, par Pyongyang, d’un nouveau test nucléaire imminent.

Les spécialistes sud-coréens estiment en effet que l'essai devrait intervenir avant le 10 février, date du Nouvel an chinois, ou le 16 février pour l'anniversaire de la naissance de feu Kim Jong-il. Bien entendu, Washington et ses alliés, Corée du Sud et Japon en tête, sont particulièrement attentifs à l'évolution des évènements. Même la presse officielle chinoise évoque ce matin et pour la première fois une possible "rupture" des relations entre Pékin et son allié nord-coréen, si ce dernier s'obstine à procéder à un troisième essai nucléaire, en dépit des efforts pour l'en dissuader. Pékin veut le maintien de l'amitié sino-nord-coréenne, mais le régime de Pyongyang doit en faire de même écrit notamment l'éditorialiste du GLOBAL TIMES, sans quoi il devra en payer le prix fort, car la Chine ne mettra pas ses relations avec la Corée du Nord au-dessus de ses intérêts stratégiques. Pyongyang est certes important pour la Chine, mais pas au point que la Chine abandonne ses principes dit-il. Et de conclure, la Chine ne doit pas craindre les conflits avec la Corée du Nord.

Ne riez donc pas trop vite, écrit ce matin le site d'information en ligne SLATE, car cet exercice de propagande bas de gamme révèle toute la détermination du pouvoir dans sa lutte contre l'impérialisme américain. Pour le reste, soyez simplement le bienvenu dans le royaume du bizarre et de l'absurde, commente son confrère du CHRISTIAN SCIENCE MONITOR. Car cette vidéo n'est évidemment que pure fantaisie. D'une part, parce que la Corée du Nord ne dispose pas de navette spatiale comme celle dépeinte dans la vidéo. Et d'autre part, parce que le régime de Pyongyang n'a pas encore les moyens, même muni de ses fameuses roquettes Unha, d'atteindre les Etats-Unis, sans même parler de la ville de New York. Ce qui ne veut pas dire, pour autant, que l'ambition affichée par la Corée du Nord ne représente pas une menace réelle, précise à son tour l'éditorialiste. Mais ne confondez pas, s'il vous plait, une stupide vidéo de propagande avec la réalité, sauf si, bien sûr, vous habitez précisément la Corée du Nord.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......