LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

Pour commencer, vous devrez choisir si vous préférez vous exercer soit dans un stand de tir, soit dans une clairière. Mais dans les deux cas, vous pourrez ensuite, à loisir, vous défouler l'index sur des cibles d’entraînement : là encore plusieurs graphismes sont à votre disposition, les cibles du stand de tir forment plus ou moins un corps humain, avec un point rouge sur la tête et la poitrine, tandis que les objectifs en extérieur apparaissent plutôt comme des cercles mouvants. Enfin au début du jeu, vous opèrerez soit avec un pistolet, soit avec le fusil d’assaut de l’armée américaine, le célèbre M16. Mais si vous êtes prêt à dépenser votre fortune, alors il vous en coûtera 99 centimes pour une kalachnikov, un Beretta ou un fusil de tireur d'élite. Mais surtout, cette nouvelle application pour téléphone mobile, apparue dimanche dernier sur la boutique en ligne de la célèbre marque à la pomme, vous promet un accès en une touche à toutes les actualités en ligne de la NRA, le puissant lobby des armes américain.

Opération marketing ou provocation ? Toujours est-il que cette application décrite comme une manière ludique pour s’exercer dans un stand de tir virtuel n'a pas manqué de créer la polémique aux Etats-Unis, un mois après la tuerie dans le Connecticut. Si certains, à l'instar de l'éditorialiste du NEW YORK TIMES, se demande encore s’il ne s’agit pas d’une mauvaise blague, d'autres comme son confrère du NEW YORK POST n'hésite pas a qualifier cette application de crachat sur les tombes des victimes de Newton.

L'histoire ne dit pas en revanche si Apple entend lancer à présent une nouvelle application, sur l’opportunité de réguler la vente d’armes aux Etats-Unis. Et pourtant, le débat s'annonce plus que jamais sanglant, après l'annonce hier par le président Obama d'un vaste plan de lutte contre la violence due aux armes. Quatre jours avant son investiture précise ce matin le NEW YORK TIMES, le chef de la maison blanche a donc donné le ton de sa prochaine mandature. Lui le modéré s'est dit prêt cette fois-ci à se battre renchérit son confrère du WASHINGTON POST. Car à l'évidence, l'annonce faite hier du plus ambitieux plan de réforme sur le contrôle des armes de ces dernières décennies nous promet d'ores et déjà de longues, de très longues semaines de lutte acharnée.

Dès la semaine prochaine, Barack Obama a annoncé qu’il allait soumettre plusieurs propositions au Congrès. La principale vise à instaurer des vérifications généralisées du profil des acheteurs d’armes. La Maison-Blanche entend aussi interdire les chargeurs à grande capacité (plus de 10 balles) ainsi que les fusils d’assaut impliqué dans trois récentes fusillades à Newtown, Aurora, et dans la banlieue de Portland. Le trafic d’armes est aussi dans le collimateur de l’administration.

Autrement dit, à l’aube de son second mandat écrit de son côté le correspondant du TEMPS à Washington, Barack Obama prend un risque politique majeur. Car en cas d’échec, il pourrait lui coûter un capital politique dont il aura besoin pour mener d’autres réformes en particulier sur la fiscalité et l'immigration. Sauf que le président compte aujourd'hui profiter de l’émotion qui imprègne encore les débats, et de l’appui de l’opinion publique toujours sous le coup du drame de Newtown. Selon un sondage du WASHINGTON POST, 52% des Américains sont en effet favorables à une réglementation plus stricte en la matière, et 58% approuvent une interdiction des fusils d’assaut. Mais Obama le confesse lui même, le combat sera difficile.

Car si pour le président, ces propositions relèvent du bon sens, elles équivalent en revanche à une véritable déclaration de guerre pour la le puissant lobby des armes et les membres du Congrès qui lui sont affiliés. Et d'ailleurs, la NRA est déjà passée à la vitesse supérieure avec une vidéo mise en ligne quelques heures avant l'annonce présidentielle : «Les enfants du président sont-ils plus importants que les vôtres ? interroge cette vidéo. Alors pourquoi est-il sceptique sur l'idée d'avoir des gardes armés dans nos écoles, tandis que ses enfants sont protégés par des gardes armés dans la leur ?». Et le spot d'en conclure qu'Obama est un hypocrite élitiste.

Sans surprise, cette vidéo a aussitôt provoqué l’indignation commente le site d'information en ligne SLATE et notamment parce qu'elle abolit une règle de bienséance : les enfants du président ne sont jamais traînés dans l’arène politique. C’est pourtant la marque de fabrique de la NRA, mouvement populiste qui n’a aucun intérêt à faire des compromis. Ce n'est que par la confrontation qu'elle existe. Comme le note THE ATLANTIC, l'attaque a beau être basse, elle n'est pas nouvelle, simplement, c'est la première fois qu'elle est reprise par un groupe puissant comme la NRA. Et son confrère de REAL CLEAR POLITICS d'ajouter : en politique, la règle à toute épreuve est qu'on ne s'en prend pas aux enfants. Désormais ce n'est plus une règle à toute épreuve. Décidément, la politique va de pire en pire.

« Assez », a déclaré hier le président Obama, tout en insistant sur le fait que le changement ne viendrait que si le peuple américain l'exige. Et le WASHINGTON POST de s'interroger ce matin : en serons nous capable ?

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......