LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La revue de presse internationale de Thomas Cluzel

5 min

Par Thomas CLUZEL

Et tout d’abord une bonne nouvelle pour commencer cette année 2013. Sachez que la peur de l'avion pourrait bien devenir une peur du passé. Et oui, selon le WALL STREET JOURNAL, le transport aérien n'a jamais été aussi sûr depuis l'ère des avions à réaction. L’industrie enregistrerait actuellement le plus faible taux d'accidents depuis les années 1960. Et le très sérieux quotidien américain de préciser, l'année 2012 a donc été presque deux fois plus sûre que l’année précédente, avec 22 accidents mortels à travers le monde, contre 34 enregistrés en moyenne par an au cours de la dernière décennie. Et sur ces 22 accidents, 10 seulement concernaient des avions de transport de passagers et seulement trois étaient des avions de ligne construits en Occident. La statistique optimiste de cet article est donc la suivante : il n'y a eu en 2012 qu'un seul accident mortel pour 2,5 millions de vols à travers le monde.

Une super nouvelle donc pour bien débuter cette année. A ceci près toutefois que cette statistique pourrait être quelque peu remise en question avec la découverte, ces derniers jours, d'un nouvel accident mortel, accident dont personne n'avait jamais entendu parler jusqu'à présent. Selon un rapport de la direction générale des renseignements russes, rapport circulant actuellement au Krémlin, un accident d'avion se serait produit au début du mois de décembre, lors d'une rencontre secrète entre le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad et la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton. L'avion de la Secrétaire d'Etat qui décollait de Bahreïn est officiellement allé à Bagdad en Irak, mais aurait en réalité changé de direction, sans préavis, pour la ville iranienne de Ahvaz, où comme par hasard, le président Ahmadinejad avait lui déjà atterri donc pour une visite imprévue. Sauf que l'avion d'Hillary Clinton aurait eu des problèmes techniques et aurait alors effectué un atterrissage d'urgence. Toujours selon le dit rapport, les Agents des services secrets iraniens cette fois-ci, non seulement confirmeraient que l’avion est toujours en leur possession, mais ils assurent qui plus est qu'il ont eux même porté secours aux victimes, dont Mme Clinton, laquelle était inconsciente et saignait abondamment. Plusieurs autres personnes auraient également été blessées et même tuées dans cet accident, ce qui expliquerait notamment la mort mystérieuse de Job Price, le commandant des forces spéciales américaines en Afghanistan, chargé de protéger les diplomates de haut rang, Job Price dont le décès a été annoncé le 22 décembre dans des conditions inexpliquées.

Alors la nouvelle reprise ce matin sur le site d'information en ligne SLATE, mais aussi dans l'hebdomadaire américain WEEKLY STANDARD, proche des néoconservateurs et des républicains américains, nouvelle de nature bien entendu à offrir un éclairage pour le moins inattendu sur la mystérieuse maladie d'Hillary Clinton est à prendre toutefois avec précaution, puisqu'elle émane d'un obscure site, domicilié au Canada et au titre ronflant EUROPEAN UNION TIMES.

Quoi qu'il en soit, cette nouvelle vraie ou fausse témoigne bel et bien d'une chose, la multiplication ces derniers jours de très nombreuses théories du complot et autres rumeurs en tout genre autour de la santé d'Hillary Clinton et des raisons pour lesquelles elle n'est plus apparue en public depuis maintenant près de quatre semaines. Hillary Clinton est aujourd'hui officiellement soignée depuis le 30 décembre, dans un hôpital de New York pour un caillot de sang dans la boite crânienne. Et cet hôpital, qui a également traité le roi Abdallah d'Arabie Saoudite il y a deux ans, lui administrerait selon un communiqué officiel des anti-coagulants. Or cette explication semble pour le moins étrange aux spécialistes médicaux, comme celui de la chaîne de télévision américaine NBC, lequel estime que si ce caillot était la conséquence d'une commotion cérébrale, alors il ne serait pas traité avec des anti-coagulants. Autrement dit,soit le caillot n'est pas lié à une commotion cérébrale et elle a un caillot dans une jambe ou ailleurs, soit il se passe autre chose qu'on nous cache.

Et c'est vrai que depuis le début du mois de décembre, les explications officielles autour de la santé de Mme Clinton paraissent pour le moins nébuleuses. Après l'annulation de sa présence à Marrakech, c'était le 6 décembre, lors du forum réunissant les Amis de la Syrie, forum dont elle était elle même à l'origine, il avait été annoncé que la secrétaire d'Etat souffrait d'une grippe. Trois jours plus tard, le 9 décembre, la grippe se compliquait d'un virus gastrique. Et le lendemain, le 10 décembre, la veille du jour où elle devait témoigner devant la Commission du renseignement du Sénat sur l'attaque terroriste du 11 septembre 2011 contre le consulat américain de Benghazi en Libye, le Département d'Etat annonçait qu'Hillary Clinton souffrait d'une commotion cérébrale après avoir perdu connaissance à la suite d'une déshydratation.

Seule certitude, la succession des troubles de santé d'Hillary Clinton, la femme la plus admirée aux Etats-Unis en 2012 selon un sondage publié avant hier n'est certainement pas de nature à rassurer l'opinion publique américaine.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......