LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La Serbie a choisi l'Europe... vraiment?

5 min

Bonjour Ali bonjour à tous Est ouest... les serbes ont choisi... titre l'international Herald tribune ce matin c'est l'Europe qui l'emporte ! titrent la Vanguardia comme le site de la radio nationale néerlandaise et celui de la Tribune de Genève... et pourtant c'était pas gagné ... rajoute le Spiegel en Allemagne parce que la Serbie est cet état écartelé entre la nation et l'Europe préfère le Soir en Belgique alors la surprise est plutôt bonne... lance la Stampa italienne qui comme le reste des journaux d'Europe de l'ouest semble pousser un grand "ouf " de soulagement ce matin et pour le comprendre il faut lire les pages de la Tribune de Genève qui replace ce scrutin dans son contexte... ces élections ont été convoquées dit l'article, pour régler la crise politique profonde que la Serbie traverse depuis le mois de mars cad après l'indépendance autoproclamée du Kossovo le 17 février dernier.... depuis les pro-européens et les nationalistes serbes ne cessent de s'opposer au sujet des relations à entretenir avec l'Union européenne qui a ouvertement soutenue l'indépendance de la province kosovare... ce conflit a poussé le premier ministre nationaliste Vladislav Kostunica à démissionner il y a deux mois... depuis la Serbie était sans gouvernement Mais ça y'est le peuple serbe a choisi ... et il a choisi l'Europe titre la une du quotidien Blic en Serbie... au dessus de la photo du président Boris Tadic tout sourire ce matin c'est une victoire sans appel de la serbie démocratique et pro européenne renchérit le Courrier de la Serbie la coalition du président serbe a remporté 39% des suffrages hier... très loin devant le parti radical nationaliste qui n'obtient finalement que 28,5% des voix et pourtant précise Blic... les radicaux semblaient avoir tout le soutien des serbes... on voyait depuis des semaines de plus en plus de drapeaux nationaux aux fenêtres, dans les rues ... la campagne pour ces législatives s'était terminée dans un climat de haine et de tension... on a vu revenir ces mots: "traitres" contre "patriotes" à propos du Kossovo.... comme si nous étions en état de guerre, plus de 8 ans en arrière... témoigne un professeur de sciences politiques interrogé par le journal serbe... or, continue t il, l'emploi de ce genre de mots n'est pas anodin et il en dit long sur la fragilité et la jeunesse de notre démocratie... car les politiques qui instrumentalisent cette haine, qui font de la politique du pour ou contre... semblent oublier que la base de la démocratie c'est qu'après le vote il faut reprendre le vivre ensemble...or en en instrumentalisant si violemment les divisions de la société serbe, ils ont sans doute creuser un fossé très difficile à combler ! et pourtant rajoute Javno en Croatie les serbes ont clairement choisi ce modèle de démocratie à l'occidentale en plébiscitant le parti de leur président Tadic ...certes, ce dernier a su souffler le chaud et le froid en inscrivant définitivement la Serbie au sein de l'Europe tout en se disant partisan du maintient de l'intégrité du territoire serbe, Kossovo inclut... habile commente le journal, même si à l'avenir l'équation risque d'être difficile à tenir... il n'empêche que pour toute la région ce vote est très prometteur! et pour l'Europe également... c'est une raison d'espérer applaudit la Stampa on s'attendait à une victoire monumentale des nationalistes, un coup de butoir antieuropéen et une main tendue vers la Russie et on avait tord... le peuple serbe a choisi l'Europe s'enthousiasme le quotidien italien mais comment se fait que nous nous soyons trompé dans nos prévisions ?... s'interroge le reporter de l'International Herald Tribune qui répond... c'est qu'il faut vivre ou passer du temps en Serbie pour comprendre combien la population est écartelée entre ses contradictions... les serbes sont allés voter hier pour des élections considérées comme un véritable référendum pour statuer sur l'avenir de pays ancré en Europe ou bien retranché dans le vieille isolationnisme à la Milosevic... c'est le choix que les électeurs avaient dans l'isoloir... des électeurs de plus en plus nationalistes, particulièrement depuis la sécession du Kossovo en février... « c'est vrai témoigne un vendeur de drapeaux serbes... cette sécession a créé une grande commotion dans la société... le Kossovo est devenu un sujet très très sensible d'autant que les politiciens jouent sur cette fibre émotionnelle... moi je suis nationaliste mais je n'ai pas voté pour eux dit il ... tout simplement parce que je veux gagner ma vie et de mieux en mieux... si l'économie va mieux mes drapeaux serbes aussi se vendront mieux »... et l'International Herald Tribune précise que les fonds occidentaux investis en Serbie sont très important 50 millions de dollars pour les Etats Unis l'année dernière et pas moins de 1 milliards d'euros pour l'Europe depuis 2000... une victoire des nationalistes aurait peut être mis fin aux investissements étranger... alors conclut l'article les serbes peuvent avoir la fibre nationale, à la fin ils tiennent surtout à leur porte monnaie c'est ainsi que l'Europe a su jouer la carte de la carotte... rajoute el Pais en Espagne ... elle a promis des visas gratuits... une accession progressive à l'UE... l'installation d'entreprises telles que Fiat... dans ce pays où l'inflation atteint 30% et le chômage touche 18 % de la population... reste qu'elle doit tenir ses promesses maintenant plus que jamais... continue le journal et ça risque d'être difficile dans ce pays où la corruption galopante fait de plus en plus penser à la caricature du Film d'Emir Kusturica, Underground... cad qu'une partie de la population est réfugiée dans un sous sol persuadée que la guerre n'est toujours pas finie, alors qu'une minorité vit luxueusement au profit de leur peur ! Alors il ne faut pas s'enthousiasmer trop vite... écrit ce matin une grande partie de la presse européenne... la Serbie est loin d'être passée de l'autre côté... D'abord à court terme ce vote rend encore plus complexe le paysage politique serbe nuance la Vanguardia et le problème c'est que Tadic va devoir chercher des alliances pour former son gouvernement et des alliances parfois contre natures parce que les ponts sont définitivement coupés avec Kostunica... alors il reste qui ? ... les prorusses ?... les anciens partisans de Milosevic et autres nationalistes comme ce Vojislav Seselj sous la coupe d'un procès pour crime de guerre à La Haye ?... un échiquier bien peu alléchant pour l'Europe Alors Slobodan Milosevic doit sourire dans sa tombe ce matin... termine l'Independent en Grande Bretagne.... parce que presque 8 ans après la fin de sa dictature... ses héritiers retrouvent leurs marque à Belgrade... bien sûr à première vue les serbes ont choisi la démocratie et l'europe... mais ça n'est qu'une illusion car les résultat des nationalistes restent très importante et que dire des 8% de votes alloués à l'ancien parti du dictateur!... le gouvernement est donc loin d'être formé et quand il le sera il devra faire face à une opposition féroce qui c'est sûr prépare d'ores et déjà sa revanche... l'Union Européenne doit donc rester plus vigilante que jamais.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......