LE DIRECT

La victoire du hamas questionne la presse européenne.

5 min

Bonjour, "Bouleversement... déferlante... tremblement de terre... coup de tonnerre... tsunami vert... stupeur... choc... " Plus que jamais ce matin l'heure est aux superlatifs sur les Unes de vos journaux européens qui arborent presque tous la couleur verte! Car comme l'écrit notre confrère de la Libre Belgique " la victoire Hamas est écrasante... pour sa première participation à un scrutin, il obtient 76 des 132 sièges... et ce qui ébranle le plus la communauté internationale c'est que le vote qui s'est déroulé sous haute sécurité et sans incident a été totalement juste et équitable selon les observateurs étrangers... avec une participation très importante... près de 78% des un million trois cent mille électeurs." Alors comme le titre le Times ce matin " Devant la victoire des poseurs de bombe le monde s'alarme " ... parce qu'elle semble défier tous les efforts de paix entrepris dans la région, écrit notre confrère avant de citer cette phrase de Tony Blair qui pourrait résumer la position de l'occident " il y a un moment, et ce moment est venu maintenant où le Hamas va devoir choisir entre la violence et la démocratie... mais le Times conclut... c'est pas gagné puisque le vainqueur des élections a d'ores et déjà annoncé que tant qu'il y aurait occupation des territoires il maintiendrait sa recette jumelée des armes et de la politique" et « cette révolution verte met non seulement à mal la paix au Proche orient déjà en équilibre... mais également les dirigeant américains et européens qui ont soutenu de toute leur force le Fatah dans ces élections »... c'est ce qu'explique ce matin l'éditorial de la Stampa en Italie... quand le journal le Temps précise reprenant des informations du Washington post, « à la veille des élections Washington a versé deux millions de dollars dans les caisses de l'autorité palestinienne autant dire dans celle du Fatah pour sa campagne.. Une dérogation au principe de neutralité qui a de quoi mettre un peu plus de distance entre le Hamas et les Etats-Unis »... Et c'est peut être un lecteur du journal el Pais en Espagne qui résume le mieux ce point de vue en lançant : " récemment l'administration Bush a promis à Israël qu'elle ne reconnaîtrait pas un gouvernement palestinien composé de membres du Hamas... Javier Solana parlait il y a un mois, de congeler les aides de l'Union Européenne aux palestiniens si tel était le cas... Quelle image donne donc l'occident au monde islamique avec de telles pressions pré - électorales? S'interroge le lecteur avant d'ajouter : celle de l'hypocrisie sans limite de leaders qui se remplissent la bouche des mots de la démocratie mais qui ne l'appliquent que lorsque qu'elle sert leurs intérêts.... et le lecteur de conclure... en plus personne ne semble se souvenir que l'OLP il n'y a pas si longtemps était également considéré comme un mouvement terroriste... et qu'elle est maintenant complément intégrée dans la vie politique... pourquoi alors n'en serait il pas de même avec le Hamas? Cette question revient un peu partout dans les journaux ce matin ... à l'image du titre France Soir par exemple " le terrorisme est il soluble dans la démocratie?" Réponse de l'éditorial " sur le papier le scénario a tout d'une catastrophe... faut il en conclure que le fanatisme religieux et la violence ont définitivement triomphés. Peut être pas !... car on ne négocie jamais qu'avec ses ennemis... s'il s'est trouvé un Sharon belliciste, pour rendre gaza au palestiniens ; il peut tout aussi bien surgir un intégriste islamiste pour conclure un accord de paix... Ce sont les intérêts bien compris des parties qui fondent les traités non les convergences idéologiques et encore moins l'amour entre les peuples... et l'édito conclut : faut il en plus rappeler qu'à la moindre menace les chars et les avions israéliens peuvent écraser les combattants islamistes en quelques jours ?" Mais avant de savoir ce qu'il va se passer après... les journaux européens à l'instar d'ABC en Espagne veulent d'abord être sûrs de comprendre le pourquoi de ce vote. « Il faut remarquer dit l'article que ce scrutin démontre plus que jamais que les palestiniens sont capables comme n'importe quel autre peuple de s'autodéterminer dans les mécanismes de la démocratie... et de cela il faut tirer un certain optimisme »... Même teneur dans les colonnes du Temps en Suisse qui donne la parole à l'avocat Raji Sourani qui dirige à Gaza le centre des droits de l'homme : "ce scrutin est avant tout la moisson des pêchés... c'est une punition pour ce que l'Autorité palestinienne a fait ces dernières années. Les palestiniens qui vivent asphyxiés par l'occupation israélienne sont sans emploi à 60% ... 80% d'entre eux vivent en dessous du seuil de pauvreté... ils ont voulu en finir avec les promesses non tenues et la corruption du Fatah et se sont tourné vers la dimension sociale du Hamas très bien organisées en Cisjordanie et à Gaza...et Sourani conclut... le Hamas a également bénéficié de cette image d'honnêteté, d'intégrité ayant le courage de ces convictions... il n'est pas constitué d'un groupe de fous... il s'agit d'un mouvement qui a déjà prouvé son pragmatisme, sa tendance à la realpolitik... non seulement... depuis un an il a respecté la trêve... mais pour pouvoir agir dans le domaine de l'emploi il a déjà approcher les pays arabes en quête de financement" « Les pays arabes qui historiquement ont soutenu et financé le Hamas... considèrent donc que le mouvement est appelé à devenir plus modéré »... écrit l'éditorialiste du Times... « Participer plus activement au financement de l'autorité palestinienne serait en plus pour eux une bonne manière d'installer encore plus leur influence dans la région... l'Union européenne doit donc absolument jouer sa carte... n'oublions pas que pour l'instant elle est le premier financeur en Palestine... le jeu démocratique va devoir l'obliger à verser ses fonds avec moins d'indifférence... elle a jusqu'ici servi la corruption de Yasser Arafat... elle ne doit pas servir le terrorisme! » Car la position du Hamas est très ambiguë rappelle le Diario de Noticias au Portugal... c'est un groupe hétérogène avec un bras armé et d'autres personnalités plus modérées... il va donc falloir prendre réorienter le parti pour pouvoir nommer des ministres ». Mais surtout renchérit le Financial Times, « jusque là il bénéficiait du luxe de l'opposition et de l'aura des martyrs... Maintenant au gouvernement il va devoir affronter la réalité, prendre ses responsabilités pour gouverner et être capable de tenir ses engagements électoraux... les prochaines semaines devraient en ce sens être particulièrement intéressantes ».

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......