LE DIRECT

L'Afghanistan revient sur le devant de la scène: de Prodi à Dick Cheney.

5 min

Bonjour Ali Bonjour à tous « Ayez le courage de faire un choix une fois pour toute » exhorte le Corriere della Serra ... car revenir à la même crise dans 4 mois serait une catastrophe... mais pour cela il faudrait que la majorité prennent des positions claires que ce soit sur la politique extérieure ou sur des sujets tout aussi brulants que la réforme des retraites ou la politique de la famille... et surtout il faudrait que la majorité s'y tienne... le problème rajoute le Corriere... c'est qu'hormis la décision de réformer en priorité la loi électorale le programme de Prodi qui demande la confiance aux sénateurs aujourd'hui est resté vague pour être le plus consensuel possible parce qu'il en faut du consensus pour arracher le soutien du sénat... écrit la Stampa.... et c'est bien tout le problème du gouvernement Prodi... Qui peut nous faire croire que son dodécalogue d'hier peut aplanir des différences connues depuis avant même les élections au sein d'une coalition disparate qui regroupe plus de 9 partis qui vont des catholiques aux verts en passant par les communistes trotskistes... D'ailleurs ces mêmes communistes trotskistes ont déjà prévenu qu'une fois Prodi rappelé au gouvernement ils s'opposeront encore à ce qui l'a fait chuté: l'engagement italien en Afghanistan... ce qui nous fera finalement retourner à la case départ... Il y a donc de quoi rester pessimiste même si Prodi sort vainqueur de ce vote de confiance écrit la Stampa... Mais la continuité du gouvernement est la meilleure solution pour l'Italie ... il est d'ailleurs paradoxal mais hautement significatif que le vote de confiance d'aujourd'hui ne tienne qu'à une seule voix?... celle d'un sénateur qui a passé 52 ans à l'étranger... Luigi Pallaro... il dit ne pas vouloir renverser le gouvernement et votera certainement pour Prodi mais tout en gardant un regard sévère sur cette majorité... "Au delà du fossé entre les modérés et l'extrême gauche ... explique t il ... la majorité agit de manière complètement inconsidérée... d'abord ils défilent à Vicenza en colère contre Prodi... ensuite ils le renversent et maintenant ils le soutiennent...!!! C'est que l'union de la gauche est un serpent de mer en Italie... explique le Temps en Suisse ...l'idée d'unir les deux principales formations de centre gauche remonte au temps de la guerre froide... et pourtant alors que Prodi s'emploie à sauver son gouvernement les états majors de ces deux formations s'activent encore pour tenter de fondre leurs partis dans un unique et grand parti comme seule défense face au fantôme de l'instabilité politique qui semble ressurgir dans le pays. mais il est surtout et avant tout urgent de réformer cette loi électorale qui avait été passée quelques mois avant les élections par l'ancienne majorité de Sylvio Berlusconi... rajoute la Libre Belgique... un système à la pure proportionnelle qui abouti à un émiettement politique au sein des deux grandes coalitions de gauche et de droite et qui a paradoxalement coûté la victoire à la coalition de Berlusconi... raconte le quotidien belge... C'est une pilule empoisonnée disait alors la gauche... une cochonnerie lançait la populiste Ligue du Nord... La réforme est donc aujourd'hui la seule chose qui fasse consensus en Italie et c'est sur ce consensus que Prodi a fondé son discours d'hier et sur ce consensus qu'il compte bien arracher la confiance aujourd'hui En attendant le premier ministre défend la même ligne de politique extérieure... écrit la Vanguardia en Espagne... il maintient l'indispensable engagement de l'Italie au sein de l'alliance atlantique en Afghanistan... un engagement qui n'est pas que militaire puisque "nos soldats sont porteurs de la culture du dialogue et non de la confrontation" a t il lancé timidement... reste à savoir comment les nouveaux évènements influenceront le vote des sénateurs Car toute la presse en parle ce matin et s'émeut de ce nouvel attentat qui visait Dick Cheney en Afghanistan « Un nouveau défi terroriste » en Afghanistan titre par exemple le journal ABC en Espagne quand la Vanguardia parle d' « une offensive des talibans » et que le Pais se plait à proposer "un conseil à Cheney" « Car cette attaque qui a fait 14 morts a certes raté son but... Puisque dock Cheney en a réchappé...mais le fait que les islamistes aient pu être informés d'une visite pourtant tenue secrète est bien la preuve de la force toujours vive d'al Qu'Aïda dans le centre asiatique... il est donc temps de retourner la tête vers l'Afghanistan prévient le quotidien de Madrid. Parce que « le monde a perdu à Kaboul » titre le Temps... " insécurité, corruption népotisme justice et service sociaux en panne et surtout désenchantement de la population dont la confiance a été récupérée par les talibans... le défi est plus dur cette année qu'il y a 5 ans au moment de la chute des talibans... car la réhabilitation de l'état afghan est un échec.... en témoigne rajoute l'article... la course aux armes qui fait rage dans le pays ... elle est l'un des indicateurs irréfutables de la déroute du gouvernement afghan dans le seul secteur où il ait jamais marqué des points: la sécurité... car l'Afghanistan est redevenue une zone de danger... et les américains redécouvrent avec angoisse ce front afghan ! si « ça n'a été qu'un petit boom pour Dick Cheney c'est surtout le signe que les talibans ont repris des forces et qu'ils risquent de frapper encore »... titre le site du Spiegel ce matin « j'ai entendu un grand boom a raconté le vice président américain et on m'a tout de suite emmener à l'abri »... « Il a beau avoir tenté de minimiser l'attentat écrit le journal... la spontanéité de cette attaque suicide a de quoi inquiéter ... depuis des semaines les talibans ont lancé une propagande pour pousser aux attaques suicides... quelques 6000 kamikazes seraient ainsi prêt à agir a déclarer un des chefs talibans à la chaine Al Jazzera... la voilà la nouvelle stratégie des insurgés afghans... et cet attentat doit être considéré comme le point de départ d'une sanglant printemps dans tout le pays... D'ailleurs même le nouveau directeur des services secrets américains le reconnait... dans l'International Herald Tribune ce matin... ça va de mal en pis en Afghanistan et ce pays doit absolument revenir au centre de la lutte antiterroriste D'où l'appel que lance aussi le Guardian ce matin... "Nous avons envoyé des forces supplémentaires en Afghanistan et c'est une bonne chose pour éviter que ce pays ne sombre tout à fait dans la violence... car nos troupes et celles de l'Otan oeuvrent non seulement pour le maintient de la paix mais elles assurent aussi l'établissement de structures d'éducation... bien sûr la situation varie selon les provinces mais nous avons tout de même quelques succès sinon comment expliquer le retour de quelques 5 millions d'afghans depuis 5 ans... Nous avons encore beaucoup à faire notamment pour éviter le développement du printemps sanglant tant annoncé rajoute le Guardian qui conclut... nous devons donc rester unis au sein de l'Otan quelques soient les difficultés nationales ... mais il faudrait aussi faire preuve d'un autre courage rajoute le quotidien celui de parler et de négocier enfin avec les talibans"

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......